Interview avec le Diable

L'éveil de la conscience est une révolution de la conscience. Parlons-en ici.

Modérateur : Noe

Avatar du membre
Noe
Messages : 626
Enregistré le : 09 janv. 2009, 21:28

Re: Interview avec le Diable

Message par Noe » 06 oct. 2018, 09:54

Bonjour cher Moustapha,

Alors où en es-tu dans tes pratiques ésotériques Gnostiques? ou bien es-tu encore à lire et à étudier?

Quoi qu'il en soit, tu peux lire mon message qui t'aideras certainement

http://forum.don-et-compassion.com/view ... 7088#p7088

A bientôt, cher Moustapha, dans l'action de la compassion.

***
Image
Lorsque le Coeur s'ouvre à la Compassion,
Les fleurs de la félicité fleurissent dans tous les coeurs.


Disponible via skype pour toute aide pratique.

moustapha
Messages : 176
Enregistré le : 05 mars 2014, 11:27

Re: Interview avec le Diable

Message par moustapha » 13 oct. 2018, 17:03

merci Noe
Celui qui ressent de la douleur ou qui se sent blessé quand on le calomnie, quand on l'accuse prouve qu'en lui vit toujours le moi de l’orgueil

Avatar du membre
Noe
Messages : 626
Enregistré le : 09 janv. 2009, 21:28

Re: Interview avec le Diable

Message par Noe » 19 nov. 2018, 17:57

Bonjour cher Moustapha,

Je suis heureux de notre dernière discussion sur skype, car il n'est pas vraiment facile de travailler sur le diable.

***
Image
Lorsque le Coeur s'ouvre à la Compassion,
Les fleurs de la félicité fleurissent dans tous les coeurs.


Disponible via skype pour toute aide pratique.

moustapha
Messages : 176
Enregistré le : 05 mars 2014, 11:27

Re: Interview avec le Diable

Message par moustapha » 22 nov. 2018, 11:00

merci NOE pour ces éclaircissements.vous étés d'une grande aide
Celui qui ressent de la douleur ou qui se sent blessé quand on le calomnie, quand on l'accuse prouve qu'en lui vit toujours le moi de l’orgueil

moustapha
Messages : 176
Enregistré le : 05 mars 2014, 11:27

Re: Interview avec le Diable

Message par moustapha » 22 nov. 2018, 13:52

28 - DANSEZ VOUS SUR LE RYTHME DE LA VIE ?

Sous des ovations « multi-sonores », nous vous invitons sur l’estrade pour danser.

Et Maintenant vous voici au beau milieu de l’Estrade, dans une soirée auréolée d’invités de grandes classes,
sous des lumières variées. Vous êtes bien habillée, sur votre 31 comme on le dit et prêt à esquiver

des pas de danse, donner le meilleur de vous-même et impressionner le magnifique public.
A vos maques, prêt ? les dés sont lancés Mais vous voici en train de danser hors du rythme
de la musique, aux yeux du grand public, c’est une véritable déception.

Avec votre esprit imperméable à tout autre chose que l’envie de s’éclipser, vous sombrez dans la frustration et le doute.
Réellement, la Vie est une douce musique et nous ne dansons pas toujours sur cette musique résultat : nous sommes des gens déçus et frustrés par les situations, qui forment ainsi une coupe amère.

Comment dansons alors en dehors du rythme de la vie ? et bien en nous oubliant ou même,
en nous identifiant aux situations douloureuses comme heureuses, à la roue du plaisir et de la douleur.

Pour citer Samael Aun Weor : « Dans ce Monde, vous ne vous rappelez jamais de vous-mêmes et
on se rend compte de cela surtout quand on conduit une voiture : on est stupéfait de voir
comment les gens se lancent devant les voitures, se jettent sous les roues ; c'est quelque chose de terrible !...
Ils marchent tous, absorbés dans leurs propres pensées, mais absorbés, disons, tout en se rappelant l'ami
ou l'amie ou le commerce ou ceci ou cela ; mais ils ne se rendent pas compte d'eux-mêmes et une voiture
peut passer et les tuer misérablement... »
Il va sans dire que nous devons nous habituer peu à peu à exercer notre attention dans la méditation
et dans la vie quotidienne comme une sentinelle en temps de guerre. Ainsi pourront nous nous libérer de la souffrance et de la cause de la souffrance.
Avons-nous un projet qui n’a pas abouti ? dansons sur cette musique ;
Un succès professionnel ? dansons sur cette musique comme des enfants plein de sagesse mais dansons quoi qu’il arrive.
La danse correspond ici à vivre chaque moment comme un cadeau, un présent,
l’ici et le maintenant sans inquiétudes d’aucunes sortes, ni pour le passé ni pour le futur mais
dans l’éternel présent.
La vie peut être une coupe amère pour certains ou une douce et ineffable musique pour d’autres : tout dépend de notre pratique quotidienne de l’attention afin de disperser les pensées parasites et Etre ici et Maintenant
Celui qui ressent de la douleur ou qui se sent blessé quand on le calomnie, quand on l'accuse prouve qu'en lui vit toujours le moi de l’orgueil

moustapha
Messages : 176
Enregistré le : 05 mars 2014, 11:27

Re: Interview avec le Diable

Message par moustapha » 23 nov. 2018, 15:18

29 - AVEUGLE PAR NOS YEUX ?

Supposons un instant qu’il y est une grosse vipère noire qui vous attend au carrefour,
dans le buisson mais que vos yeux vous la font percevoir comme une jolie colombe
blanche perchée dans un magnifique jardin.
Et bien vous n’aimeriez pas avoir de ce genre d’yeux n’est-ce pas ?

Cependant êtes - vous toujours totalement lucide pas rapport a toutes les situations de votre vie ?
N’avez-vous jamais pensez qu’une chose était bonne pour après se rendre compte qu’elle était mauvaise ?
dans quel état étiez-vous ?
Voyez-vous donc ? vous êtes concerné.
De sorte nous ne savons pas toujours distinguer le bon du mauvais, ce qui est bon pour nous
et ce qui est mauvais pour nous comme nous l’enseigne ostensiblement un des piliers
fondamentaux du bouddhisme à savoir : la Vue Juste.
Le christ en parle également en parabole en disant : je cite "si l’un de vos organes
de votre corps cous empêche d’entrer dans le royaume des cieux et de
faire ce qui est juste alors supprimez la
"

Loin de moi l’idée de proposer aux gens de couper leurs membres
qui se révèle une partie importante de leur corps et sans lesquelles
le corps ne peut totalement accomplir ses fonctions, je souhaite
néanmoins attirer l’ATTENTION de chacun sur le fait nous sommes
tous dans une prison psychologique.
Alors par quoi est-on aveuglé si tant est qu’on a des yeux en parfaite état ?

Et bien par nos états psychologiques erronés, la colère, la haine, la peur,
l’orgueil, la vanité etc. bref, par nos défauts et notre manque d’ATTENTION
en ce qui concerne leur EXISTENCE en nous.
Les psychologues savent très bien, que nombreuses sont les personnes
qui meurent par ambition, colère par jalousie.
« Aussitôt que notre volonté s’enferme irrévocablement, dans une tendance
absurde nous devenons des candidats pour le cimetière ou le mausolée.

Othello devint un prisonnier, à cause de sa jalousie, et les prisons sont remplie
de gens sincères qui se sont trompés » Samael Aun Weor

"Le pire ce n’est pas d’être né aveugle ou de perdre l’usage de ses yeux,
mais de rester aveugle même si on a une « bonne vue "
.
Celui qui ressent de la douleur ou qui se sent blessé quand on le calomnie, quand on l'accuse prouve qu'en lui vit toujours le moi de l’orgueil

moustapha
Messages : 176
Enregistré le : 05 mars 2014, 11:27

Re: Interview avec le Diable

Message par moustapha » 26 janv. 2019, 09:10

Bonjour a tous, je partage ce message de Noé par ce que je pense que cela peut aider nombres de personnes aspirant au dédoublement astral et a l'éveil de la conscience

lun. 21 janv. 2019 13:13

Cher Être,

Nous allons bientôt fêter la nouvelle ère du verseau, le 4 février 2019.

En tant que conférencier et instructeur, j'ai créé plusieurs groupes d'études sur la gnose. J'ai travaillé avec des centaines de personnes sur l'expérience du voyage astral, les états de méditation et la mise en place de la psychologie révolutionnaire dans la vie quotidienne. J'ai formé des groupes de travail sur la psychologie révolutionnaire, la méditation et le voyage astral. Et j'ai constaté que la vaste majorité réalisait des expériences d'éveil dans le plan astral en combinant le travail psychologique sur la dissolution des egos et la méditation. Cette majorité obtenait ces résultats en moins de trois mois. Cet accompagnement était réalisé par des personnes expérimentées (avec un minimum de 6 mois d'expériences astrales) et également par ma personne qui ne vaut rien.

S'il était facile d'obtenir des sorties astrales en 3 mois, la difficulté du travail psychologique sur la dissolution des egos -la lutte à mort contre nous-mêmes- se faisait ressentir après ces 3 premiers mois. Être ou ne pas être. Nous devons choisir de mourir (notre personnalité egoïque, ensemble d'egos, doit mourir afin de libérer l'essence divine) ou de continuer à vivre dans le sommeil de la fascination. Voilà la nature de cette difficulté! Mais la présence de ma personne qui ne mérite rien, et celle des personnes expérimentées (certaines avaient plusieurs années d'expériences), contribuaient à maintenir une véritable rébellion à mort contre nous-mêmes.
Celui qui ressent de la douleur ou qui se sent blessé quand on le calomnie, quand on l'accuse prouve qu'en lui vit toujours le moi de l’orgueil

moustapha
Messages : 176
Enregistré le : 05 mars 2014, 11:27

Re: Interview avec le Diable

Message par moustapha » 31 août 2019, 11:29

« Demeurer un seul instant dans la connaissance transcendante de la vérité absolue, dans la vacuité, recèle infiniment plus de mérites que d'écouter le Dharma, lire les textes ou pratiquer la générosité et les autres sources de bien pendant la durée d'un kalpa [ère cosmique]. [...]

Ainsi lit-on dans un Soutra : “Le yogi acquiert plus de mérites en une seule séance de méditation profonde sur la vacuité qu'en hébergeant et nourrissant tous les êtres des trois mondes jusqu'à leur mort.” »

GAMPOPA (maître tibétain du 12e siècle, disciple du célèbre Milarépa et fondateur de la lignée Dhagpo Kagyu).

Je vous ai déjà partagé cette citation, mais ce qu’elle dit est si important que j’aime la relire de temps à autre pour dissiper un moment les mirages de cette vie mondaine et me rebrancher sur l’essentiel, sur la réalité.

Alors j’ai pensé que vous aimeriez vous aussi la relire. Même si elle parle de notions pour nous inaccessibles actuellement, comme la « vérité absolue » et la « vacuité ». Mais ce n’est pas grave : nous semons la graine et un jour, lorsque les causes et conditions seront propices, elle pourra germer. Dans cette vie ou dans une autre, peu importe. Car il nous faut cesser de voir notre vie de façon étroite, comme ce bref espace de temps, entre notre naissance et notre mort : nous avons eu d’innombrables existences avant celle-ci et nous en aurons vraisemblablement d’innombrables autres après, à moins que nous reconnaissions pleinement notre nature véritable, notre nature de bouddha…

Alors l’illusion du cercle des renaissances se dissipe et nous nous libérons de ce rêve que nous prenons pour la réalité… Comme la nuit en rêve quand on se rend compte qu’on est en train de rêver : on a le choix, soit d’émerger du rêve, soit de rester dans le rêve avec la possibilité de le modifier à notre guise…

Une citation comme celle-ci fait vibrer en nous cette dimension cachée qui est notre nature profonde : c’est comme un appel (ou un rappel ?) issu des profondeurs secrètes de notre être.

Bien sûr, pour actualiser cette vérité absolue qui est la nature de toutes choses, il nous faut pratiquer la « méditation profonde ». C’est-à-dire la capacité de rester longuement concentré et absorbé sans effort. Tant que notre esprit vagabonde et saute comme un singe fou de distraction en distraction, nous n’aurons aucune chance d’avoir ne serait-ce qu’un aperçu de la vérité absolue, de la vacuité.

Vacuité veut dire « vide » mais cela ne signifie pas qu’il n’y a rien, que rien n’existe. Les choses existent mais n’ont pas la réalité solide, indépendante, autonome et permanente que nous leur prêtons. Elles n’existent pas en elles-mêmes et par elles-mêmes, elles sont interconnectées, changeantes, insaisissables…

Il nous faut donc pratiquer l’attention consciente et persévérer dans la méditation, pour apprendre à maîtriser notre esprit sauvage et rebelle. En fait, pour le libérer de son attachement à l’existence réelle des choses. Cela requiert de la discipline, de la patience, de l’humilité et une bonne dose d’humour pour ne pas désespérer sur la Voie.

Nous devons donc fournir un effort soutenu, ce qui n’est pas facile en cette époque du « tout cuit dans la bouche » : nous croyons que tout nous est dû, nous cherchons la satisfaction immédiate de nos pulsions et désirs. De sorte que lorsque nous nous intéressons à la spiritualité, nous nous contentons généralement de quelques petites expériences d’« être là » : nous pensons alors que nous avons des expériences de vacuité ou même que nous avons atteint l’illumination suprême. Et nous ouvrons une école de méditation où nous empoisonnons les étudiants qui s’y présentent avec nos opinions fantaisistes sur l’amour infini, la vraie nature, la réalisation, l’éveil des chakras, et même sur la vacuité, etc.

Nos pratiques doivent aller plus loin, devenir plus vastes et plus profondes, elles doivent tendre à la reconnaissance pleine, entière et directe de notre nature profonde. Alors seulement connaîtrons-nous la « vérité » et serons-nous en mesure d’aider véritablement les autres.

C’est pour cela, dit Gampopa, que « demeurer un seul instant dans la vacuité, recèle infiniment plus de mérites que de pratiquer la générosité et de nourrir tous les êtres sensibles pendant la durée d'un kalpa »…

Il y a là matière à réflexion, vous ne trouvez pas ?

Andre beaudoin
Celui qui ressent de la douleur ou qui se sent blessé quand on le calomnie, quand on l'accuse prouve qu'en lui vit toujours le moi de l’orgueil

jerome
Messages : 370
Enregistré le : 04 févr. 2019, 17:45

Re: Interview avec le Diable

Message par jerome » 31 août 2019, 12:06

Merci cher Mustapha pour ce partage! Oui visiblement plusieurs Maîtres parlent de cette vacuité à atteindre. Se vider de toute créature (pensées mécaniques, attachements, désirs, etc...) afin que Dieu remplisse ce vide. Il y a là clairement un but à atteindre. Au plaisir de te lire!

"Fais le Vide afin d'être comblé" http://www.philo5.com/Les%20philosophes ... ns.htm#_01

Amour fraternel

Répondre