Le danger de la connaissance livresque

L'éveil de la conscience est une révolution de la conscience. Parlons-en ici.

Modérateur : Noe

Hors ligne Lot
#1
Avatar du membre
Messages : 673
Enregistré le : 12 janvier 2009, 10:55
Contact :

Le danger de la connaissance livresque

Message le

Chers Amis,

Partant du principe éprouvé « qu’il y a de tout dans la vigne du Seigneur » et du respect sacré que nous devons à notre prochain (tu aimeras Dieu par-dessus toute chose et ton prochain comme toi-même), je prends le parti d’exposer certains faits et conclusions personnelles.

Peut-être que certains sentiront dans le cœur la nécessité de donner forme objective à leur propre chemin.

Lorsque je connus (connaissance pratique) la Gnose, je n’avais lu aucun livre sur le sujet.
J’avais eu certes une longue correspondance avec mon frère Noé, au cours de laquelle il m’avait énoncé le principe du Grand Arcane.
Néanmoins, le jour où je me suis décidé à vérifier l’existence du plan astral, je n’avais lu aucun livre sur la Gnose, pas même la moindre conférence.
Je décidais de tout abandonner, de renoncer à mes idées (qui n’étaient pas « gnostiques »), car si N. avait pu vivre et réaliser cette expérience de dédoublement, cela valait la peine de le vérifier par moi-même.

Le jour où cela s’est produit, mes fondations intellectuelles ont subi un véritablement tremblement de terre.
A partir de ce jour, mon rapport avec la pensée s’est modifié de manière radicale.
Mes idées ne sont pas la réalité.
Je pensais une quantité de choses plus ou moins fantaisistes à propos du plan astral, et force a été de constater qu’elles étaient complètement erronées, inadaptées et parfaitement inutiles.
A mesure que je répétais l’expérience, me familiarisant de plus en plus avec ce nouveau monde, une nouvelle manière de penser commençait à se manifester dans ma psyché.

C’est à ce moment là (1989) que nous avons décidé de parler au public et de témoigner de ce que nous vivions.
Notre première association s’appelait « l’Eglise Gnostique », en relation avec le formidable élan mystique qui nous habitait à ce moment.
Pour ma part, j’avais lu alors 2 livres :
- Le Livre Jaune
- La psychologie révolutionnaire
Mais j’avais à « mon actif » des dizaines et dizaines de dédoublement astral volontaires.
Il est clair que lorsque nous nous exprimions, nous parlions de choses vérifiées, expérimentées et nous touchions le cœur de quelques uns.

Ensuite, nous sommes entrés en contact avec de respectables associations gnostiques, qui nous ont offert généreusement leur « matériel », leurs milliers de conférences, leurs magnifiques anecdotes, leurs savantes analyses….
J’ai connu de merveilleux conférenciers, des personnes qui pouvaient éblouir l’intellect des autres à l’aide de leur magnifique savoir livresque.
Ils connaissaient sur le bout des doigts le cœur de la doctrine gnostique révélée par l’Avatar du Verseau, et savaient maquiller très habilement le fait de n’avoir aucune expérience réelle de ce qu’ils affirmaient avec tant de conviction.
Cette conviction était extraordinaire et fascinait les foules.
Et pourtant… le moteur de cette conviction était un tissu de rêves.
Leurs nombreuses années d’expérience dans la gnose leur conféraient une aura de sagesse indiscutable. Je me rappelle de ces habiles recommandations :
«Il ne faut pas chercher à se dédoubler en astral, car nous n’avons pas les corps solaires, il faut travailler sur le mort du moi. »
D’autres disaient qu’il fallait se former, étudier à fond les textes gnostiques et puis se lancer dans le 3ème facteur, le sacrifice.

Dieu m’est témoin que c’est ainsi, que mon mental s’est intoxiqué de toutes ses informations.
Il est évident aujourd’hui pour moi que le mot « intoxiqué » n’est pas trop fort.
Tous les types d’intoxication sont nuisibles pour la santé, mais l’intoxication mentale est proprement catastrophique pour la conscience.
Personne ne me dit de rechercher mon Dieu Interne, de poursuivre coûte que coûte la pratique de la Gnose.
Non, on me dit de lire et de me saouler de textes pour édifier mon intellect !

Je ne reproche rien à ces personnes, je ne dois m’en prendre qu’à moi-même.

Le résultat de tout ceci a été que ma conscience naissante s’est rendormie, fascinée par tout ce savoir, par toutes ces connaissances livresques, par toutes ces stériles discussions.
Dans ces conditions, le travail avec le Grand Arcane a été proprement catastrophique.
On ne peut travailler avec le Grand Arcane, dans le Magistère du Feu, avec la conscience endormie.
Au nom de la vérité, il est indispensable que la conscience se réveille pour pratiquer le Magistère du Feu et de brûler ses livres !

Si nous aimons plus la connaissance intellectuelle que la connaissance de l’Etre, c’est que nous sommes totalement endormis et que notre psychologie est anormale.
Il est capital que l’essence divine reconnaisse l’Intime dans sa plénitude.
Je ne cherche pas à imposer une vision, je témoigne d’une vérité universelle, celle de l’Etre.

Pourquoi chers amis attendre 10 ans ou 20 ans avant que le châtiment de la Justice Divine ne s’abatte sur nous ?
Si réellement, je n’avais pas suivi le chemin des sincères trompés, le chemin des endormis remplis de théories orgueilleuses, le chemin de l’abime de la pensée qui rêve qu’elle est éveillée, je n’aurai pas végété 15 ans comme un loir.

Le Maître n’est pas l’initiateur de l’âge de la raison mais tel qu’il le déclare lui-même : «Je suis l’Initiateur de l’âge de l’intuition ».
« Il ne sert à rien de théoriser, il faut aller au but, au noyau, aux faits. Ne vous contentez pas de l'information livresque, convertissez la doctrine dans les faits. »

C’est pourquoi je souhaite indiquer à travers ma propre expérience et avec une grande véhémence le réel danger d'accumuler du savoir livresque.
En l’état, notre intellect ne peut être équilibré et encore moins illuminé.
L’intellect conditionné tel qu’il fonctionne actuellement est incapable de traduire l’enseignement d’un Maître de Sagesse de manière objective.
La pensée droite, la pensée qui s’écoule sans le filtre de la bataille des opposés, ne peut s’établir dans un intellect contrôlé par l’ego.
L’intellect doit réagir aux impulsions de l’INTIME pour être illuminé.
Pour être bénéfique, l’enseignement du Maître doit servir de support à la MEDITATION.

Que chacun pense et fasse ce qu’il veut,
Ce forum est dédié à la pratique de la Gnosis et nous déploierons tous nos efforts pour soutenir ceux et celles qui souhaitent s’émanciper du courant de la pensée routinière.

Que resplendisse en nous la Flamme de l’Intime
L.
"Le temps s'écoule plus vite que notre poussière"

Hors ligne Jean Pascal
#2
Avatar du membre
Messages : 709
Enregistré le : 25 mai 2010, 09:14

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

Lot a écrit : L’intellect doit réagir aux impulsions de l’INTIME pour être illuminé.
Pour être bénéfique, l’enseignement du Maître doit servir de support à la MEDITATION.
Bonjour,

Je souhaite apporter mon témoignage en accord avec le message édifiant de Lot.

J'ai assisté fin 1988 à une première conférence à Paris sur le dédoublement astral, donnée par un missionnaire d'une association gnostique. J'avais 25 ans, je vivais depuis un an avec mon épouse actuelle et ma fille aînée venait de naître.

Je fus ébloui par tant de savoir car au fond de ma personne j'étais assoiffé et affamé de pain et de vin de lumière. J'adhérais dès le lendemain à cette association. J'avais à mon actif une passion pour l'ésotérisme littéraire et une seule expérience astrale "consciente".

Pendant deux ans, j'assistais coûte que coûte aux cours de cet instructeur en banlieue parisienne, 3 fois par semaine, à des horaires tardifs après une bonne journée de travail et le samedi après-midi. Autant dire que cela fut de grands efforts de compréhension pour mon épouse et d'adaptation pour ma personne, mais j'étais porté par l'enthousiasme que je transmettais à ma compagne.

Début 1991, nous suivions pendant 3 mois le cours de missionnaires de cette association en Espagne avec un disciple direct du Bouddha Maitreya. Ce fut un sacrifice pour notre couple car nous changions radicalement d'existence (vente de l'appartement, démission du travail, garde de notre enfant dans la famille...). La formation fut mémorable avec l'objectif d'un "mental sain dans un corps sain" tout en équilibrant le Savoir et l'Être.

Fin 1991 et 1992, nous étions en mission à Orléans. Ma première conférence publique sur le "dédoublement astral" fut mon seul et unique succès applaudi par l'assemblée d'une trentaine de personnes. Pourtant, il s'est produit un premier déchirement en mon intérieur car ce que je disais ne correspondait pas avec ce que je vivais. Ensuite j'ai continué à placarder des affiches dans la rue (internet n'existait pas), payé des salles pour des conférences, me préparer "intellectuellement", mais il s'était passé quelque chose, l'intérieur n'attirait plus l'extérieur... Après seulement 9 mois passés dans cette ville, je venais d'accoucher de la réalité... Il y avait un décalage terrible entre mon savoir et mon Être, et je remerciais gentiment cette association que je quittais définitivement.

De fin 1992 à 2002, j'ai traversé le désert de l'illusion, de l'amertume, du rejet. Selon un terme qui était couramment usité : "j'étais brûlé", en d'autres termes j'avais dijoncté intellectuellement et émotionnellement.

En août 2002, je fus littéralement secoué par une idée qui me traversa l'esprit : "donner tout mon travail sur les livres à un missionnaire d'une autre association et ne plus jamais entendre parler de gnose et de gnostiques". Cette idée allait totalement en contradiction avec la Volonté intérieure car je voulais m'auto-détruire.

Fin 2002, une idée fulgurante me traversa la tête : "pourquoi ne pas créer un site internet qui s'adresse à l'humanité entière ?". Mars 2003, le site était en ligne. Cette année 2003, j'ai pleuré pendant des mois les larmes de mon corps (au travail, à la maison), c'était un "lavage" intérieur et un début d'ouverture du coeur envers mes frères humains. Contre toute attente et contre toute philosophie d'association gnostique, je faisais le début de la Volonté de l'Être.

De 2003 à fin 2008, j'écrivais dans un forum, je faisais comme je pouvais avec mes écrits et mon coeur. Cependant la blessure était toujours présente, il me manque quelque chose qui me fait souffrir, qu'est-ce que c'est ? C'est en fin 2008, que je retrouve mes chers amis de D&C que j'avais rencontré la première fois au début des années 90.

Une petite anecdote sur Lot qui va peut-être le faire sourire. On me raconta l'histoire qu'il avait mantralisé FARAON pendant des mois jusqu'à la victoire de la sortie astrale consciente. Ce comportement était assez "choquant" pour des membres de cette association, je vous laisse méditer pourquoi. Personnellement, j'ai admiré ce comportement, sans rien en dire à personne.

Noé, Lot, Inwijding ont réouvert mon ancienne blessure par leurs témoignages : "Père-Mère où êtes vous ? j'ai besoin de vous, je veux vous rejoindre maintenant".

Après une bonne heure passée à rédiger au plus juste ce message, chers amis du forum D&C, je vous quitte pour ma méditation.

A bientôt
Pascal

Hors ligne Noe
#3
Avatar du membre
Messages : 625
Enregistré le : 9 janvier 2009, 21:28
Localisation : Genève et Paris
Contact :

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

Bonjour chers frères de mon âme, Lot et Pascal,

A la suite de vos témoignages, j'aimerais également partager avec vous mon témoignage de manière spontanée de mes débuts et de mes rencontres avec les associations gnosticoïdes.

Dès l'âge de 14 ans, j'achetais chaque mois des livres que j'étudiais très sérieusement, la bible, le coran, le chant du bienheureux, papus, grimoires, et d'autres livres d'occultismes, et en plusieurs années j'avais acquis une bibliothèque monstrueuse. Puis à l'âge de 19-20 ans, j'ai découvert le « Livre Jaune » du Bouddha Maitreya, c'est alors que j'entrais en contact intuitionnel avec l'Avatar du Verseau, Samael Aun Weor.

Dès la lecture des premières pages, un choc retentit dans mon cœur et mon âme en fut bouleversée. Dans le désespoir de mes longues années de recherche (où pendant ce temps là, ma famille, mes proches amis, se riaient de ma soi-disante naïveté et fantaisie), je venais de trouver le Grand Arcane et je me suis exprimé avec le cœur et l'esprit unis en parfaite harmonie : « ça y est, j'ai trouvé ! ». C'était l'eureka ! J'en étais fermement convaincu, et j'avais intérieurement reconnu dans ma profonde intimité, la légitimité du Bouddha Maitreya.

C'est alors que je me mis à vérifier le voyage astral et la méditation en appliquant tout simplement ce que le Maître disait. Je commençais par une heure de méditation quotidienne, sans manquer un seul jour. Déjà des phénomènes extraordinaires se manifestaient. Exemple : un matin je me lève et je vois une grande cuillère à soupe à mes pieds, je fus surpris car je ne mangeais par la nuit et personne n'était entré dans la nuit dans ma chambre. Je décidais de prendre cette cuillère à soupe pour la remettre à la cuisine, mais lorsque je l'eus saisie, elle disparue de ma vue et se désintégra dans l'atmosphère. Un autre exemple : un matin, je me lève et je vois une tourterelle blanche voler au-dessus de mon bureau dans ma petite chambre, elle volait librement, je fus également surpris, et lorsque je me levais pour aller la toucher, elle disparue. Encore un autre exemple : dans le nuit, je dormais avec la fenêtre ouverte, puis je me réveillais au milieu de la nuit pour me tourner sur le côté gauche, lorsque j’aperçus un chat noir entrer dans ma chambre par la fenêtre ouverte, j'étais surpris mais à la fois heureux car j'aime les animaux, je le regardais venir vers moi, lorsque tout à coup, un deuxième chat noir entra, c'est alors que je me posa la question : mais comment cela est-il possible ? Puis un 3ème chat noir pénétra, puis encore un 4ème, et lorsqu'une dizaine de chats noirs étaient entrés dans ma chambre, je pris peur, et j'allumais la lumière, mais là : tout avait soudainement disparu. Il y eut encore d'autres manifestations, mais je ne vais pas les énumérer ici, cela serait trop long. Mais je tiens à dire que ces manifestation ne sont pas des rêves mais bel et bien un réalité.

Je décidais alors de passer à deux heures de méditation quotidienne, puis trois, et ainsi de suite jusqu'à obtenir le dédoublement astral, et réaliser un voyage astral avec la conscience pleinement éveillée... Il se passa quelques semaines, pour que cela se produisit et encore quelques mois et années pour que je puisse me dédoubler à volonté chaque nuit. J'ai même obtenu la grâce d'être totalement éveillée pendant trois consécutif au moyen de la méditation profonde...

Puis un jour, je décidais d'aller à la rencontre d'une association parisienne gnosticoïde. J'assistais donc aux cours de première chambre. Cependant, à chaque cours, je posais des questions, et en même temps, je corrigeais les erreurs dites par les conférenciers en leur citant la page et livre de Samael Aun Weor, pour leur montrer qu'ils se trompaient, et qu'ils pouvaient immédiatement vérifier sur leurs livres qu'ils vendaient au sein de leur association gnosticoïde. A la suite de quoi, on m'interdit de poser des questions pendant le cours, mais seulement à la fin du cours pour soi-disant ne pas déranger le bon déroulement du cours. Sur quoi, j'acquiesçais. Néanmoins en tant qu'étudiant, je notais mes questions sur un bloc note, et notais également toutes les erreurs dites par les conférenciers, avec à l'appui, le livre et la page où le chapitre exact de l'oeuvre de l'Avatar. Donc arrivé à la fin du cours, je commençais avec mes questions et mes corrections des mauvaises paroles énoncées pendant le cours. Sans compter que lorsque je racontais mes expériences astrales pour apprendre et en savoir plus, on me disait de me taire car il ne fallait pas parler de cela. J'étais encore plus surpris. Et le jour arriva, où l'on m'interdit carrément l'accès à l'association gnosticoïde, en disant que j'étais un élément perturbateur, et qu'il fallait que je reste en première chambre, le niveau des conférences.

Ce que bien sûr, je n'accepta pas et décida de quitter définitivement cette association de plaisantins gnosticoïdes ignorants. C'est alors que je reçus des menaces verbales, car si je quittais l'association, il allait m'arriver plein d'accidents graves car la loi du karma va me frapper, et blablabla, et encore blablabla, menaces sur menaces. Cette fois ma décision était ferme car je pouvais percevoir avec l'intuition que j'étais en face de contrebandiers gnosticoïdes et non pas d'aspirant à la Vérité.

Voilà pour la 1ère partie du récit, je ne sais pas si j'écrirais le seconde partie, mais cela me semble suffisant pour éclairer nos frères et soeurs sur le sentier de l'authentique initiation : la doctrine du coeur et la pratique quotidienne de la méditation pour vérifier par soi-même l'existence des mondes supérieurs de la conscience, et surtout de provoquer l'éveil de la conscience, afin de travailler sous les instructions de son Intime réel, et de ne dépendre de personne, ni de concept, et encore moins de fausses croyances.

Bien amicalement dans la félicité de l'Intime.
Image
Lorsque le Coeur s'ouvre à la Compassion,
Les fleurs de la félicité fleurissent dans tous les coeurs.


Disponible via skype pour toute aide pratique.

Hors ligne Jean Pascal
#4
Avatar du membre
Messages : 709
Enregistré le : 25 mai 2010, 09:14

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

Avez-vous une autre question, mes frères ?

D. Quand vous parliez au sujet du « code de morale », il m'est venu à l'esprit qu'il peut y avoir le danger que nous convertissions la Gnose, les Enseignements Gnostiques, en un code de morale. Si nous ne comprenons pas l'enseignement, si nous ne vivons pas en accord avec l'enseignement, il peut y avoir ce danger, n'est-ce pas ?

M. C'est certain ! Et je vois une tendance très marquée, chez tous les frères du Mouvement Gnostique, à édifier des codes de morale. Ils ont tous tendance à faire respecter ces codes ; ils veulent tous, dans le mouvement, établir des codes de morale, afin que les frères se conforment à ces codes.

À la longue, ces codes deviennent absurdes, désuets, déplacés ; ils se convertissent, pour ainsi dire, en bouteilles dans lesquelles le Mental reste embouteillé ; alors vient l'échec dans le travail de l'élimination de l'Ego...

Il arrive, dans ce travail, que l'on doive faire des choses qui paraissent « immorales » ; on doit sortir parfois de certaines normes auxquelles vous êtes tous soumis. Il arrive que lorsqu'on croit que l'on va très bien, en réalité on va très mal ; et parfois, lorsque les autres pensent que l'on va mal au niveau interne, c'est là qu'on va mieux...

Tel est le Chemin : « Il y a beaucoup de vertu chez les méchants et il y a beaucoup de méchanceté chez les vertueux »... Il y a des dangers terribles : quelqu'un peut prendre une ruelle en croyant que c'est la bonne voie et s'écarter du Réel Chemin, ce qui le mène à l'échec.

Donc, à quoi servent les codes de morale ? À quoi sert la morale conventionnelle des gens ? Il vaut mieux que nous suivions les Principes de la Sagesse que nous devons trouver en nous-mêmes, ici et maintenant...


Source :
http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/CONF5EV018.html
Les Facettes Occultes de notre Psychologie Lunaire (Le côté caché de la Lune Psychologique)
Samaël Aun Weor
Conférence intitulée "LAS OCULTAS FACETAS DE NUESTRA PSICOLOGÍA LUNAR (El lado oculto de la Luna psicológica)"

Hors ligne Lot
#5
Avatar du membre
Messages : 673
Enregistré le : 12 janvier 2009, 10:55
Contact :

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

Amen, Amen, Amen !
"Le temps s'écoule plus vite que notre poussière"

Hors ligne Jean-François
#6
Avatar du membre
Messages : 142
Enregistré le : 19 juin 2009, 05:35
Contact :

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

Bonjour,

j'ai résisté à l'envie de répondre pour m'opposer à vos avis et puis je profite de la participation de Noé pour avoir un argument de plus :
Noe a écrit :Puis un jour, je décidais d'aller à la rencontre d'une association parisienne gnosticoïde. J'assistais donc aux cours de première chambre. Cependant, à chaque cours, je posais des questions, et en même temps, je corrigeais les erreurs dites par les conférenciers en leur citant la page et livre de Samael Aun Weor, pour leur montrer qu'ils se trompaient, et qu'ils pouvaient immédiatement vérifier sur leurs livres qu'ils vendaient au sein de leur association gnosticoïde. A la suite de quoi, on m'interdit de poser des questions pendant le cours, mais seulement à la fin du cours pour soi-disant ne pas déranger le bon déroulement du cours. Sur quoi, j'acquiesçais. Néanmoins en tant qu'étudiant, je notais mes questions sur un bloc note, et notais également toutes les erreurs dites par les conférenciers, avec à l'appui, le livre et la page où le chapitre exact de l'oeuvre de l'Avatar. Donc arrivé à la fin du cours, je commençais avec mes questions et mes corrections des mauvaises paroles énoncées pendant le cours. Sans compter que lorsque je racontais mes expériences astrales pour apprendre et en savoir plus, on me disait de me taire car il ne fallait pas parler de cela. J'étais encore plus surpris. Et le jour arriva, où l'on m'interdit carrément l'accès à l'association gnosticoïde, en disant que j'étais un élément perturbateur, et qu'il fallait que je reste en première chambre, le niveau des conférences.
Comment Noé a pu se rendre compte que les conférenciers se trompaient dans ce qu'ils énoncaient, tout simplement parce que Noé avait lu les livres de Samael, connaissaient parfaitement les passages et pouvaient en donner les références. Sans la connaissance livresque des oeuvres de Samael, Noé n'aurait pas pu se rendre compte du décalage entre les dires des conférenciers et ce qu'avait dit originellement Samael.

Peu peuvent se dispenser de la connaissance livresque : seulement ceux qui voyagent dans l'astral naturellement et/ou méditent correctement depuis toujours (peut-être que ça correspond à ceux qui ont développé dans des vies antérieures la corps astral solaire et le corps mental solaire)... Ainsi, ils pourront par le voyage astral recevoir l'enseignement de maîtres du rayon de Mercure ou autres de la loge blanche, d'être testé, de recevoir la révélation de l'arcane AZF, de l'appliquer et ainsi de progresser dans les initiations.

Mais ceux qui n'ont pas ces corps, qui ne savent pas réaliser ses deux pratiques depuis leur naissance ou presque, s'ils n'apprennent pas dans les livres de Samael ou sur votre site/forum la nature de l'arcane AZF, ils ne pourront guère avancer dans ces études.

D'autres part, vous qui critiquez l'enseignement livresque, n'êtes-vous pas entrain de féliciter le travail de recherche et de collecte réalisé par Pascal dans le sujet : Mantras utiles pour la Méditation : http://forum.don-et-compassion.com/view ... ?f=6&t=327 Comment a-t-on la chance de lire cela, grâce aux livres de Samael. Si certains ne s'étaient pas versé dans leur lecture, ce sujet ne serait pas disponible et n'est-il pas essentiel pour choisir ses mantras ?

On ne peut se dispenser d'avoir de bonnes bases, on apprend tant de choses dans les livres de Samael, comme les conjurations pour se protéger, ou le truc pour rester plus longtemps dans l'astral, pour recharger ses batteries entre mille autres choses... certains reprochent à Samael d'avoir trop donné de clefs, de mantras, de techniques comme Rabolu, il me semble.


Samael attendait que le disciple se prépare correctement, connaisse bien la gnose et fasse preuve de certaines qualité tout en résonnant sur la note qu'il faut pour le faire passer d'une chambre à une autre :
Tout cela est une question de travail intense, de luttes infatigables. Aujourd'hui donc, nous avons plusieurs groupes bien organisés, nous avons des bases très solides pour le gigantesque labeur qui nous attend, car le mouvement gnostique au Mexique sera très bientôt un puissant mouvement bien organisé en accord avec la Loi cosmique.

Il y a dans la Première Chambre beaucoup de gens, beaucoup d'aspirants aux études de premier cycle. Dans la Deuxième Chambre, il y en a un peu moins, parce qu'ils ont besoin, pour y entrer, d'une bonne préparation, je suis assez exigeant pour les étudiants qui veulent passer à la Deuxième Chambre. Je veux être certain que les aspirants à la Deuxième Chambre seront bien décidés, car divers aspects ésotériques requérant beaucoup de responsabilité entrent en jeu, comme les rituels, etc., et il va de soi que l'étudiant doit faire preuve de beaucoup de vénération, de respect et de responsabilité.

L'étudiant qui entre en Deuxième Chambre doit être dûment préparé pour apprécier la valeur ésotérique de la Liturgie ; je ne pourrais pas admettre en Deuxième Chambre des individus qui ne soient pas tout à fait décidés, ce serait absurde, cela leur ferait du tort et ferait du tort à tout le groupe.

C'est pour cette raison que je ne suis pas pressé de faire passer quelqu'un à la Deuxième Chambre, j'attends même souvent un an ou deux ans, et il y a des personnes que je fais attendre jusqu'à trois ans avant de les faire passer en Deuxième Chambre, parce qu'elles ne donnent pas la note qu'il faut, la note juste.

Bon, maintenant, en ce qui concerne la Troisième Chambre, ils sont peu nombreux car ils doivent être très bien décidés, fermement résolus à faire le travail ésotérique. La Troisième Chambre fonctionne, ici, dans un Sanctuaire spécial, nous t'y emmènerons pour que tu voies comment elle fonctionne.

La Troisième Chambre n'a qu'un seul objectif : éveiller la Conscience ; ici, nous travaillons en groupe pour l'éveil de la Conscience à l'aide de méthodes pratiques et efficaces. Nous avons parmi nous des individus qui travaillent déjà en Jinas (ou Djinn) : il y a des frères qui travaillent parfaitement dans la quatrième dimension, qui voyagent avec leurs corps physique dans la quatrième coordonnée, la quatrième verticale. Il y a des personnes qui sont allées au Tibet, en état de Jinas, avec leur corps de chair et d'os, ce sont des gens de Troisième Chambre, évidemment.

On travaille très intensément avec la concentration, la méditation, le Samadhi, etc. Ici, les frères de Troisième Chambre s'éveillent très rapidement parce qu'on travaille à toute vapeur, de façon pratique, pour sortir en corps astral, en Jinas, pour atteindre l'extase, et je ne suis pas content jusqu'à ce qu'ils soient complètement éveillés.

Un jour viendra où nous nous réunirons seulement en état de Jinas et ceux qui ne seront pas capables d'accourir avec leur corps en état de Jinas vont rester en dehors. Il y en a actuellement, en Troisième Chambre, qui travaillent très fort, et d'autres qui ont déjà eu le bonheur d'atteindre leur but. C'est cela l'essentiel : travailler ardemment dans les pratiques. Un jour, donc, tous devront accourir en état de Jinas et seuls ceux qui pourront venir en Jinas seront admis dans la Troisième Chambre ».

extrait de TR03 La Kundalini et la Création des Corps Internes : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... ternes.php
Peut-être qu'il vient un moment où l'on peut se permettre de brûler les livres et d'avancer uniquement par la magie sexuelle, l'immersion dans les mondes internes et les différentes pratiques comme la méditation, le voyage astral, la pratique des runes, la retrospection, l'analyse des égos et qu'ainsi on peut recevoir l'information naturellement, mais vaudrait mieux bien se former sur la théorie pour ne pas commettre d'erreur.

Et combien moi-même, j'en ai commise, disant ici-même que les femmes ne pouvaient commencer la magie sexuelle qu'à partir de 21 ans, alors qu'elels peuvent le faire à partir de 18 ans... jk'ai induit en erreur une de vos membres lui disant d'attendre 21 ans. Egalement pendant des mois, j'ai prononcé ISIS de la manière suivante : IZZZZZ ZZZZISSSSSSS alors que ça se prononce : IIIIIIIIIIIIIIIISSSSSSSSSSSS IIIIIIIIIIIIISSSSSSSSSSSSS Pour s'en souvenir, souvenez-vous d'un des nom du premier aspect de noter Divine Mère, l'Immanifesté : Nephtis issssssssss.

Maintenant, c'est vrai que si on se donne le rôle de missionnaire gnostique dans la vie réelle ou sur le net, on se doit de connaître sur le bout des doigts les subtilités de la gnose pour transmettre l'enseignement correctement ou le plus correctement possible.

Si maintenant votre prochain ne vous préoccupe pas et que vous ne comptez que vous développer vous-même, bien que ça me semble illusoire parce que vous sautez sur la clef du sacrifice pour l'humanité, vous pouvez vous dispenser de tout lire.

Il est vrai que j'ai retardé ma pratique à force de me complaire dans la lecture des oeuvres de Samael et qu'il faut mettre en pratique la théorie.

La connaisssance livresque peut être imparfaite, cette imperfection peut être dommageable. Certains parmi les plus doués dans la pratique peuvent même se passer de la connaissance livresque, peut-être les compassionnels qui ont le cardias ouverts et les anciens nirvanis. Mais ceux pour qui c'est plus difficile, qui ont besoin d'être convaincu par le mental avant d'adhérer, vous ne pourrez pas les prendre par la main pour les mener à l'Intime. Sans Samael, je n'aurai pas goûter aux réves apparentés aux voyages astraux, je ne me serai pas mis à prier, ni à méditer. Ses livres m'ont convaincu. J'Y étais sensible, qu'est-ce qui a fait que j'y étais sensible que je n'ai pas tout rejeté, une ouverture particulière, une inquiétude spirituelle provenant de l'Intime...

Bonne journée.

Hors ligne Nohamius
#7
Avatar du membre
Messages : 84
Enregistré le : 8 janvier 2009, 21:44
Localisation : Genève - Suisse
Contact :

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

Bonjour frère de mon âme Gémani,

Bravo et félicitation pour ton message exceptionnel, car à mon humble avis, tous ces témoignages, en commençant par celui de Lot, puis Jean Pascal, ensuite Noé et pour terminer celui de Gémani, me semble tous complémentaires.

Encore fois, je te remercie infiniment pour ce juste point de vue, car chaque tête est un monde, et il est admirable de partager ses expériences et finalement de se rendre compte qu'elles sont complémentaires.

Quelqu'un a dit me semble-t-il : << l'Unité est la diversité. >>

Bien amicalement dans la compassion.
<< Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui >>.

Hors ligne Lot
#8
Avatar du membre
Messages : 673
Enregistré le : 12 janvier 2009, 10:55
Contact :

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

chers Amis, Cher Gemani,

Une phrase humoristique de ce monde est : « c’est le dernier qui parle qui a raison ».
Dans le mental, toute pensée formulée ou non formulée crée une série de réaction en chaine sous l’impulsion de la « sainte raison », avec la peur que la précédente pensée soit la bonne.

Il m’est égal d’avoir raison car je ne souhaite convaincre personne avec mes déclarations.
Si quelqu’un comprend ce que je veux dire et souhaite travailler en ce sens, c’est très bien si un autre ne comprend pas, c’est très bien aussi.
Opposer le vert avec le bleu est le propre du mental.

Le Maître a écrit, c’est un fait indéniable, et même beaucoup écrit !
La seule question est : qu’allons-nous faire avec ce matériel ?
Qu’on puisse se fourvoyer - à l'instar d'une intoxication - avec toute cette masse d’informations, c’est un aussi un fait constaté et pour ma part je me suis prononcé sur cette question spécifique et j’en assume la pleine responsabilité.

Lorsque tu dis :
« Maintenant, c'est vrai que si on se donne le rôle de missionnaire gnostique dans la vie réelle ou sur le net, on se doit de connaître sur le bout des doigts les subtilités de la gnose pour transmettre l'enseignement correctement ou le plus correctement possible.
Si maintenant votre prochain ne vous préoccupe pas et que vous ne comptez que vous développer vous-même, bien que ça me semble illusoire parce que vous sautez sur la clef du sacrifice pour l'humanité, vous pouvez vous dispenser de tout lire. »

Pardonne-moi de te dire qu’à mon avis, ces phrases sont du pur dogmatisme avec un brin de fanatisme, parce qu’il n’existe pas une seule manière de transmettre l’enseignement.
Un jour, j’ai reçu un mail d’insulte d’un instructeur, me disant que comme je n’appartenais pas à son organisation j’étais un menteur, un illusionniste, un mégalomane ou que sais-je encore.
Pour voir l’illusion ou l'illusoire, il faut en être soi-même libéré.
Il est très dangereux, comme l’a indiqué notre frère Pascal, de créer des codes moraux d’enseignement.
L’opinion qu’on s’est forgée de la Gnose n’est pas la Gnose.

La Gnose est l’Etre, ce n’est pas l’intellect.

J’affirme non parce que je l’ai lu dans un livre mais parce que je l’ai vérifié, que chacun est responsable de sa manière d’enseigner devant la Loi.
Il y a la Loi pour les endormis, c’est le Karma,
Il y a la Loi pour les initiés, c’est la Katancia.

J’ai souhaité souligner pour ceux que cela intéresse, le danger de confondre la connaissance intellectuelle avec la connaissance de l’Etre.

Je n’accable personne, je suis moi-même lamentablement tombé dans l’illusion de la pensée qui rêve qu’elle marche parfois bien ou parfois mal, qu’elle avance, qu’elle est protégée, qu'elle accumule un savoir positif, qu'elle va s'éveiller, que demain tout ira mieux, etc., etc., etc.…

Un jour quelconque de sa vie, il faut renoncer à tout.
Que la Paix règne entre nous, cher Gemani.


Louange & Gloire à notre Intime
L.
"Le temps s'écoule plus vite que notre poussière"

Hors ligne Jean-François
#9
Avatar du membre
Messages : 142
Enregistré le : 19 juin 2009, 05:35
Contact :

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

Je me dois quand même mettre quelques arguments contraires qui doivent tôt ou tard nous détourner des livres :

Connais-toi toi-même et tu connaitras les univers et les dieux :

Tant qu'on se tourne vers l'extérieur pour trouver la connaissance (or, c'est ce qu'on fait en lisant des livres), on n'avance pas (véritablement, peut-être en compréhension intellectuelle mais pas en vécu). C'est quand on se tourne vers l'intérieur que commence le chemin, que vient la connaissance des mondes internes, des univers et des dieux. En notre intérieur, on retrouvera une organisation identique à celle qui existe dans les univers (à l'extérieur de nous même) comme par exemple les 12 apôtres ou puissance de l'Etre ou notre Anubis particulier... absolument toutes les parties de notre être comme la contrepartie intérieure des 24 vieillards des constellations :
Nos douze facultés, c'est-à-dire nos douze sens, sont aussi en rapport avec les douze constellations zodiacales qui palpitent à l'intérieur de nous. Nous devons faire resplendir notre Zodiaque au moyen de ces pratiques, afin de nous convertir en Dieux ineffables.
Le Maître Huiracocha dit qu'une heure de vocalisation quotidienne vaut plus que lire un million de livres de théosophie orientale.
passage extrait du chapitre http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... issons.php

Lot, je viens juste de voir que tu avais écrit un message mettant en doute mes écrits ou soulignant l'illusion de ma compréhension de la gnose pendant que je rédigeais ce message.

Hors ligne Lot
#10
Avatar du membre
Messages : 673
Enregistré le : 12 janvier 2009, 10:55
Contact :

Re: Le danger de la connaissance livresque

Message le

Attention, mon cher Ami, de ne pas dénaturer mes propos.
Loin de moi l'idée de souligner ta compréhension ou ton manque de compréhension de la Gnose.
Je parlais du "travers" du fanatisme, ce n'est pas pour en user à mon tour.

Je m'exprimais à propos de deux phrases que tu avais écrites à propos de la transmission de l'enseignement gnostique et qui me semblent dogmatiques dans leur contenu.

Par ailleurs, tu as toi-même donné une nouvelle impulsion à ton premier témoignage.

Je te souhaite une excellente soirée dans la Joie et la Félicité,
L.
"Le temps s'écoule plus vite que notre poussière"

Répondre