Le bavardage intérieur

L'éveil de la conscience est une révolution de la conscience. Parlons-en ici.

Modérateur : Noe

Répondre
Avatar du membre
Lot
Messages : 673
Enregistré le : 12 janv. 2009, 10:55

Le bavardage intérieur

Message par Lot » 21 mars 2013, 12:53

Chers Amis,


Dans cette effroyable guerre sainte, jihad, croisade - intérieure et toujours dirigée contre le moi-même, se dresse une machine de destruction épouvantable appelée le bavardage intérieur.
Nous ne pouvons pas négliger ce mécanisme utilisé par toutes les légions que nous portons à l’intérieur de nous-mêmes.
Que cherchons-nous à faire lorsque nous entretenons ce bavardage mental incessant ? Ne cherchons-nous pas à nous évader de la crue réalité des faits ? Ne cherchons-nous pas à nous distraire, à nous échapper du moment présent pour savourer cette distraction morbide ?
Reconnaître les saveurs subtiles et psychologiques nous fait cruellement défaut.
Pas un homme « sain » de ce monde n’ingérerait ses propres excréments, cela lui serait insupportable. Il ne viendrait pas non plus à l’esprit de tout un chacun, de faire le lien entre manger ses propres résidus intestinaux et consommer nos productions incontrôlées de pensées et émotions, tout au long de notre journée.
L’odeur «psychologique » du bavardage intérieur est pourtant très proche de l’infect, du fétide, du nauséabond.

Observer ce bavardage sans coopération, ni participation, lorsque nous nous brossons les dents, lorsque nous marchons dans la rue, lorsque nous mangeons, que nous sommes à notre travail, dans les transports, etc., ou pour mieux dire dans chaque situation de notre vie quotidienne est indispensable à notre auto-éveil.
http://don-et-compassion.com/psychologi ... rieur.html
Continuer à nourrir cette habitude est proprement désastreux si tant est que nous souhaitons découvrir ce que signifie être en état de «veille» intime, instant après instant.
Le sérieux dans ces études signifie beaucoup de sacrifices conscients et de souffrances volontaires.
A force d’observation de ce bavardage continuel et de larmes versées dans le secret de notre âme, la compréhension, ce précieux baume pour notre cœur meurtri, se déposera dans notre conscience. Nous comprendrons intimement que notre mental doit être le réceptacle passif de la volonté divine et de l’inutilité de bavarder avec soi-même.

Le rappel de l’Etre est le fondement de l’éveil sans lequel rien n’est et ne sera jamais possible.

Je me souviens dans le même registre, du témoignage que nous avons reçu il y a de nombreuses années d’un disciple direct du Maître du Verseau.
Je pense que notre frère Jean-Pascal connait cet épisode.
Un jour, le Maître le surprit en train de lire une bande dessinée. Le résultat fut terrible. Le Maître lui dit d’arrêter tout de suite cette lecture et que la prochaine fois que cela se reproduirait, il devrait partir, quitter le siège mondial et se débrouiller tout seul.
Nous savons bien qu’un Mahatma chauffe de loin et brule de près - ceux qui ne sont justement pas prêts.
Il vient un moment où nous ne pouvons plus servir deux maîtres à la fois.
Il nous faut choisir entre la distraction ou la perception alerte. Ce choix est déterminant pour notre avancement vers l’éveil de la conscience.

La nécessité d’une «bonne» dose de perspicacité et de sagacité s’avère d’un inestimable secours pour nous orienter positivement sur le chemin.
Sans perspicacité, nous continuons à répéter inlassablement les mêmes erreurs.
La perspicacité est une faculté latente que nous cultivons dans la merveilleuse pratique de la méditation.
Cet amour du travail et de la connaissance de soi, rend possible une meilleure sensibilité dans notre auto-découverte.

Paix & Lumière
L.
"Le temps s'écoule plus vite que notre poussière"

Répondre