Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Apprendre comment faire un voyage astral : démarrez ici votre plan d'action.

Modérateur : Noe

Hors ligne Paul12
#261
Avatar du membre
Messages : 620
Enregistré le : 20 décembre 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

Chers Frères et Sœurs, Cher Humanité en quête de Lumière.

Après une période de renaissance intérieure, de mort en soi-même, ma vie est devenue moins amère, plus douce et paisible. Car j'ai dû mourir un peu pour pouvoir voir comme je vois aujourd'hui.

Cependant, cette paix intérieure est ressentie comme égoïste pour le pèlerin que je suis. Car grâce au Sacrifice de l'Avatar du Verseau et des autres Maîtres, je sais que je ne suis rien, et que mon Temple intérieur est encore très sale.

Je suis alors passé par une nouvelle crise intérieure, devant ma propre misère et ma conscience endormie.

Je réclame, j'exige de ma personne des efforts, des résultats concrets dans la pratique. Il m'est toujours aussi nécessaire de m'éveiller dans les plans supérieurs de la Conscience. Pour apprendre au pied des Maîtres.

Ce n'est pas parce que j'ai payé du Karma par la souffrance, que je suis mort un peu, que je vais mieux par rapport à hier, que j'en suis pour autant sauvé. Très loin s'en faut.

Cela fait maintenant quelques jours que je met en pratique un plan d'action plus sérieux et que je fais le bilan chaque jour de mon travail.

Je me retrouve à méditer entre 9h45 et 22h, jusqu'à sombrer. Malgré ces horaires assez tôt, je m'endors après environ une heure, même si je me réveil dans la nuit. Il me faut donc démarrer encore plus tôt, ou m'autoriser un peu de sommeil et me réveiller en milieu de nuit.

Cette perte de conscience provient de ma capacité d'éveil durant la journée. Elle est faible.
Je travail donc à identifier les mécanismes mentaux qui me font sombrer. Pour ainsi rester totalement stoïque et observateur.

Pour cela, je redouble le rappel de soi et l'auto-observation, et je dois réussir à méditer profondément très longtemps.

J'ai également mis en pratique 45min de mantra par jour : I, E, O, OU, A, M, S Selon les conseils de Noé.
Il m'a attesté qu'après 2 mois de pratique 1h par jour, il sortait en astral plusieurs fois par nuit. Même s'il manquait de stabilité, cela l'a beaucoup aidé.

Cette pratique m'est finalement très agréable. Je me laisse plonger dans le son qui résonne en mon Intime. C'est aussi un exercice de vigilance efficace.

La pratique de ces mantras fait tourner les chakras et améliore grandement les possibilités de sorties astral, entres autres choses.

J'ai également intégré avant ma méditation du soir la pratique de la Rune OS : https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr ... ter_28.php

Elle a pour but de développé la Volonté, éveiller la conscience et faire monter l'énergie sexuelle au coeur.

C'est une forme de prière intense, mêlé à du pranayama et un judo de l'esprit.

Si Samael Aun Weor a fait un livre entier sur les Runes, c'est qu'elles sont très utiles.

J'ai entière confiance, totale, en les enseignements de l'Avatar.

J'ai pratiquais la Rune LAF et THORN, mais la Rune OS est un genre de mélange de ces deux runes et semble tout à fait intéressant.

Je pratiquerai maintenant la Rune LAF uniquement le 27 de chaque mois au levé du Soleil et au couché, devant la Nuit étoilée.

Ces pratiques ne seront plus faites quelques temps et "merci au-revoir". Je constate que mon manque d'avancement provient d'un manque de pratique intense et constante.

Je remédie alors à cela concrètement.

Je remarque déjà maintenant que ces pratiques assidues sont percutantes pour ma Volonté et ma Dévotion.

Mais il me faut réellement faire de gros efforts pour éveillé la conscience.

Je ne me sens plus très loin de cette capacité à sortir en astral.

J'ai comme le sentiment qu'il ne me manque plus qu'une pratique soutenue et radicale. Les barrières qu'il me reste me semble tout à fait illusoire et dépassable désormais.

Je ne réfléchis plus à "pourquoi je n'y arrive pas". C'est finalement très clair. La pratique règle tout. Tôt ou tard. La quantité de pratique et de Volonté appliqué à s'éveiller élimine les barrières.

Je brûle également chaque soir 3 parfums :
- Oliban pour attirer les Forces Blanches : Maîtres, Elementaux, Anges...
- Myrrhe pour développer la Dévotion dans la mort du Moi
- Le Camphre pour la Chance et repoussé les forces ténébreuses.

Il me manque le Soufre pour éliminer les Larves astrales, et l’Aloès pour repousser les ténébreux.
Je vais les recevoir cette semaine.

J'apprécie le parfum de ces résines pures. Elle aide à la pratique.

Et Noé m'a certifié qu'en effet, en sortant en astral nous pouvons constater que les forces Blanches sont présentes, et que les larves disparaissent.

Je n'oublie pas non plus mon adorable Nahual, très fidèle et présent, qui n'attend que mon éveil pour m'aider. Car il est très probable que mon manque de vigilance consciente l'empêche de m'aider, ou que je ne m'en rappel pas du tout.

Honte à moi ! Réveil-toi paresseux ! Négligent !
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Hors ligne shadow
#262
Messages : 293
Enregistré le : 29 mars 2019, 21:53

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

🙏 !

Hors ligne Paul12
#263
Avatar du membre
Messages : 620
Enregistré le : 20 décembre 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

36. L’Histoire du Maître Chinois Kao Feng

Le Maître chinois Kao Feng entra dans la prêtrise à l’âge de quinze ans et fut ordonné à l’âge de vingt ans dans le monastère de Chin Tzu.

Kao Feng comprit que tous les êtres humains sont de misérables automates endormis et il se proposa depuis lors d’éveiller sa conscience par la science de la méditation.

Kao Feng réalisa ses premiers travaux sous l’intelligente et sage direction du Maître Tua Chiao, qui lui enseigna à travailler avec le Hua Tou (« phrase mystérieuse ») suivant : « Où étais-je avant ma naissance, où serai-je après ma mort ? »

Kao Feng se proposa de travailler avec ce Hua Tou, mais il ne put pas concentrer son mental, à cause de la bifurcation de cette phrase : son mental se divisait en de nombreuses opinions et concepts opposés et Kao Feng souffrait jusqu’à l’indicible parce qu’il désirait de tout son cœur et de toute son âme se libérer du dualisme mental.

L’expérience du réel s’avère impossible tant que l’Essence, la Bouddhata, l’âme, est emprisonnée dans le dualisme intellectuel.

Les opinions qui s’opposent, la bataille des concepts opposés, les idées antithétiques, correspondent aux divers fonctionnalismes illusoires du mental.

Kao Feng pleurait des larmes de sang dans son désir profond de s’affranchir du dualisme mental, mais il échoua avec le Hua Tou du Maître Tua Chiao.

La tradition raconte que dans un état d’angoisse et de désespoir terrible, Kao Feng alla trouver le Maître Hsueh Yen qui, compatissant avec sa douleur, lui enseigna le puissant mantra WU et exigea de lui de l’informer quotidiennement sur ses travaux.

Le mantra WU se chante comme un double « ou » (ou ou), en imitant le hurlement de l’ouragan dans les vagues déchaînées de l’océan furieux. Durant cette pratique, le mental doit être absolument tranquille et dans un silence profond et épouvantable, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur ; ni le moindre désir ni la pensée la plus insignifiante ne doit agiter le lac profond du mental.

Les explications du Maître Hsueh Yen étaient en réalité si simples et si claires que son disciple Kao Feng tomba dans la négligence et dans la paresse, à cause du fait qu’il n’avait franchement besoin de faire aucun effort pour les comprendre.

Le Maître Hsueh Yen, en dépit de sa douceur habituelle, savait également être très sévère lorsque c’était nécessaire.

Un jour, comme d’habitude, Kao Feng entra dans la chambre de son Maître, mais celui-ci lui dit alors d’un ton très sévère : « Qui a apporté ce cadavre en ton nom ? » Il n’avait pas terminé de dire cela qu’il le jetait dehors de sa chambre.

Plus tard, Kao Feng suivit l’exemple de Chin Shan et chercha refuge dans la salle de méditation.

Les pratiques de méditation intime provoquent de façon graduelle l’éveil de la conscience, l’éveil de la Bouddhata.

Le néophyte commence à réagir aux représentations internes suprasensibles d’une façon très distincte, très différente de la normale ; il commence par dire : « Je suis en train de rêver, ceci est un rêve » ; plus tard, il s’exclame, rempli de joie : « Je suis en dehors du corps physique ; mon corps physique est endormi, mais moi, je suis en dehors du corps, totalement conscient et éveillé ! »

Un jour où Kao Feng était sorti de son corps endormi qui ronflait sur le lit, il se rappela en toute clarté le Koan qui dit : « Toutes les choses se réduisent à l’unité, mais à quoi se réduit l’unité ? »

Les traditions chinoises relatent qu’à ce moment, son mental se remplit de confusions terribles, jusqu’au point où il ne parvenait plus à distinguer l’est de l’ouest ni le nord du sud.

Après avoir passé six jours dans cet état mental malheureux, il arriva que pendant qu’il marmottait les prières collectives avec une dévotion infinie dans le Lumitial de méditation, il leva la tête et vit de façon clairvoyante ces deux dernières phrases mystérieuses du poème oriental composé par le cinquième Patriarche, Pa Yan : « Oh !, c’est toi, celui que j’ai toujours connu, toi qui vas et viens durant les trente mille jours d’un siècle. »

Kao Feng se mit immédiatement à travailler sur la phrase mystérieuse et énigmatique : « Qui a apporté ce cadavre en ton nom ? » Celle-ci était restée tellement gravée dans son mental depuis ce jour où le Maître Hsueh Yen l’avait prononcée, qu’il lui était impossible de l’oublier.

Il se sentit comme si son mental et sa personnalité avaient péri et comme si son esprit divin ressuscitait après la mort. Il se sentait heureux comme si on avait enlevé de ses épaules un fardeau énorme et pesant. Il avait alors vingt-quatre ans, et il avait obtenu le désir d’atteindre l’éveil de la conscience en l’espace de trois ans.

Lorsqu’on demanda à Kao Feng : « Peux-tu te dominer toi-même à la pleine lumière du jour ? », il répondit avec fermeté : « Oui, je le peux. »

« Peux-tu te dominer quand tu es en train dormir ? » Sa réponse fut de nouveau : « Oui, je le peux. »

« Et quand tu dors sans rêver, où se trouve le Maître ? » Kao Feng ne put trouver de réponse à cette dernière question, et de nouvelles souffrances intimes l’affligèrent au fond de son âme.

Le Maître lui dit : « À partir de maintenant, je ne veux pas que tu étudies le bouddhisme ni le Dharma, je veux que tu n’étudies rien, ni d’antique, ni de nouveau. Je veux seulement que tu manges quand tu as faim et que tu te couches quand tu es fatigué. Et pour ce qui est de t’éveiller, rends ton mental alerte et demande-toi : “Qui est le Maître de cet éveil ? Où son corps se repose-t-il ? Et dans quelle direction mène sa vie ?” »

Kao Feng était assurément un homme de Thelema (volonté), et il décida avec grande fermeté qu’il devait comprendre cela d’une manière ou d’une autre, même si, dans son acharnement, il donnait l’impression d’être un idiot pour le reste de ses jours.

Cinq années de travail intensif passèrent. Un jour quelconque, alors qu’il travaillait sur ce point en plein sommeil, un de ses compagnons moines qui dormait à côté de lui dans le dortoir commun du monastère saisit inconsciemment un coussin, qui tomba bruyamment sur le sol. À cet instant, ses doutes disparurent immédiatement. Il sentit avec une joie immense qu’il était parvenu à bondir hors d’un piège. Toutes les phrases mystérieuses des Maîtres et des Bouddhas, les multiples problèmes du passé, du présent et du futur, devinrent clairs pour lui. À partir de cet instant, Kao Feng fut illuminé.

Il existe deux types d’illumination : on appelle habituellement la première eau morte, car elle implique des entraves. On fait l’éloge de la seconde sous le nom de grande vie, parce qu’elle est l’illumination sans entraves, le vide Illuminateur.

Le premier type d’illumination est l’autoconscience éveillée. Le second type d’illumination, bien qu’on le nomme dans le Quatrième Chemin « connaissance objective » ou « conscience objective », transcende en réalité ce qu’on appelle la conscience : c’est l’Être, et la raison d’être de l’Être, c’est l’Être lui-même.

Kao Feng se transforma par le fait même en un Turiya, car il parvint à se rendre absolument indépendant du mental par le biais de la méditation de fond.

Le monde est du mental cristallisé, et c’est pourquoi il est maya (l’illusion). Quand le grand jour cosmique prend fin, cette forme illusoire du mental est réduite en poussière cosmique.

En réalité, ma personne, les personnes, ta personne, les choses et les créatures de toute espèce n’existent pas : ce ne sont que des formes mentales illusoires qui doivent être réduites en poussière cosmique.

L’unique réalité est Brahma, l’Espace-Esprit infini, qui renferme l’éternel féminin et la monade sacrée : le reste n’est qu’illusion.

Nous devons tous nous perdre en quelque chose. Des millions d’êtres humains se perdent dans les mondes infernaux, mais nous, les Gnostiques, nous préférons nous perdre en Brahma.

Il est urgent d’empêcher que le contenu mental (Chitta) acquière différentes formes (Vrittis) durant la méditation intérieure profonde. Lorsque les vagues mentales ont cessé et que le lac intellectuel s’est apaisé, l’illusion que nous crée la houle des opposés se trouve à cesser, et l’expérience du réel survient alors.

Lorsque l’Espace-Esprit infini nommé Brahma assume une forme quelconque pour parler à ses avatars, il devient alors Ishvara, le Maître de tous les Maîtres, un Purusha très spécial dépourvu de mental et exempt de souffrances, d’actions, de résultats et de désirs.

La seule chose à laquelle sert l’intellect luciférien, malheureusement, c’est à nous tourmenter par la bataille incessante des opposés. Kao Feng s’est libéré du mental et il s’est transformé en Turiya.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Hors ligne Paul12
#264
Avatar du membre
Messages : 620
Enregistré le : 20 décembre 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

Je continue ma méditation à heures fixe et mes mantras.

J'aime beaucoup mantraliser et m'immerger dans les vibrations produites. Je pose mon attention dans le son et je me concentre également sur la zone qui est censée vibrée avec le mantra correspondant.

Cela permet de chanter correctement la note pour constater une meilleure vibration de la zone.

Il est aussi nécessaire d'être entièrement détendu, même au niveau de la mâchoire. Il faut être détendu.

Par exemple, pour le "I". Nous savons que ce mantra agit sur le chakra d'entre les deux sourcils.

Mais suivant la forme de la bouche pour chanter ce mantra, la zone vibre plus ou moins. Il suffit de "sourire'" un peu pour que la zone vibre mieux.

Samael Aun Weor explique qu'il est utile de se concentrer sur la zone qui est censé vibrée.

Le "M" se chante plutôt avec le bas ventre. etc...

Tout ceci, très détendu.

J'ai également trouvé une posture pour éviter de m'endormir aussi vite : une posture moitié assise, moitié allongée.

Assis dans un fauteuil confortable et les jambes posées sur le lit.

Je chante le mantra WU comme pour imiter le son du vent fort, c'est un super support de méditation.

Je vois les vagues du sommeil arrivées, mais certains raisonnements on tendance à m'empêcher de rester suffisamment alerte.

J'ai recu les parfums manquants. J'ai donc les 5 parfums pour le rituel complet de purification.

Et je dois dire que sans l'aloes et le soufre, cela n'avait rien à voir !

C'est un rituel assez magique dans son processus.

L'aoles est très étrange dans sa manière de bruler, le soufre fait apparaitre une légère flamme d'un bleu nuit et le camphre saupoudré fait des flammes crépitantes.

J'en suis au troisième jour de purification.

9 jours et je passerai à une simple atmosphère d'oliban et de myrrhe.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Hors ligne Paul12
#265
Avatar du membre
Messages : 620
Enregistré le : 20 décembre 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

Je décide de répertorier tous les raisonnements qui apparaissent dans mon mental durant la méditation. Car ce sont ceux qui reviennent en journée, selon ce que je vis au quotidien.

Le but étant de mettre une discipline de mort de l'égo plus intense pour passer les portes du sommeil.

Cette méditation restera la même dans sa forme, mais je renforcerai l'auto-observation sur ces raisonnements plutôt que de les laisser passer, durant cette méditation et un maximum durant la journée.

Voici la liste des raisonnements observés et les éventuels sentiments ressenti qui doivent être étudiés pour y découvrir l'Ego qui raisonne :

1. Chercher un moyen de générer de l'argent pour payer ses dettes nécessaires :
- Inquiétude ?
- Cupidité ?

2. Pas envie d'aller à un repas entre amis situé assez loin
- Envie de ne pas y aller ? Paresse ? Mauvaise Volonté ?
- Agacement ?

3. Passage de bilan médical passé :
- Inquiétude ?

4. Fin des temps :
- Peur ?
- Désir d'avancer vite

5. Manger miam miam :
- Gourmandise

6. Passage médical médecin traitant :
- Agacement
- Auto importance ?
- Orgueil ?

7. Discussion avec Noé
- Curiosité
- Convoitise
- Agacement
- Auto-importance
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Hors ligne jerome
#266
Messages : 451
Enregistré le : 4 février 2019, 17:45

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

Super, Paul! C'est excellent de te voir tenir le cap avec toujours plus de motivation...


C'est bon signe de pouvoir commencer à dénombrer les raisonnements, c'est qu'ils sont déjà pas si nombreux :D

Nous devons trouver toujours de nouvelles stratégies pour démasquer l'ego, car lui-même s'adapte sans cesse à nos attaques, se "raffine", se déguise en brebis, passe d'un département à un autre, etc.

Je dirais que répertorier les raisonnements est en soi un raisonnement, n'est-ce pas? Mais les mots ne sont que des mots, nécessaires pour témoigner et pourtant si loin de la réalité... Je suis sûr que tu ne répertories pas intellectuellement, l'essentiel étant bien sûr de se rendre conscient des raisonnements sans avoir à se les formuler, ce que tu fais certainement très bien, je n'en doute pas. Simple précision pour nos nombreux lecteurs ;)


Toujours plus de Lumière, mon frère bien-aimé!

Hors ligne Paul12
#267
Avatar du membre
Messages : 620
Enregistré le : 20 décembre 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

Oui Jérôme,

Je précise que je répertorie avec l'intellect ce que j'ai observé comme raisonnements. Dans le but de pouvoir structurer mon travail d'observation et d'analyse.

Car comme le dis Samael, quand on chasse plusieurs lièvres en même temps, on en élimine aucun. Il faut y aller par ordre.

Puis j'ai mis des défauts éventuels suivant ce que j'ai pu observer. Mais pour le moment cela reste très superficiel.

Il n'est en effet pas très utile de poser ces noms.

Lorsque l'on médite, on est assailli par différents raisonnements selon ce que nous vivons en journée.

Il est important de les observer et de les étudier avec l'auto observation consciente un à un.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Hors ligne Paul12
#268
Avatar du membre
Messages : 620
Enregistré le : 20 décembre 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

Le temps passe, les pratiques d'études, de méditation passive et actives continuent.

Ma vision du travail à faire évolue encore et encore.

Je me rend toujours plus compte à mesure de la pratique qu'il est impossible d'exprimer le cœur du travail et de comment le réaliser par les mots.

C'est un travail dans le vécu, dans l'expérimentation de la vie ici-bas. Dans l'observation, l'étude de soi, la mise en pratique.

Concernant les pratiques pour sortir en astral, je reviens aux bases.

Car on remarque toujours plus que le chemin le plus direct pour s'éveiller dans le plan astral consciemment nécessite un engagement important dans le rappel de soi et la méditation.

C'est pourquoi je veux suivre la voie de ceux qui ont réussit et qui n'ont pas cherché de détours.

Le détour est possible, mais je remarque dans mon expérience personnelle que les détours que l'on prend sont plus souvent de l'auto-justification pour éviter d'en faire trop, ou de faire tout court.

J'empoigne l'épée de la Volonté et je décide de passer à l'offensive toujours plus, malgré les tentations de l'Ego.

Il y a encore des résistances intérieures, mais le "combien de temps cela va me prendre" n'a pas d'importance.

L'important est que je reste ferme et constant dans mes pratiques.

Je médite le soir, allongé sur le lit et non sous les couvertures, pour éviter de sombrer trop rapidement dans le sommeil.

Je pose mon attention sur un support audio, ou sur les sons du cerveau, ou ma respiration. J’apprécie particulièrement les sons du cerveaux et la respiration.

J'apprends à relaxer le corps un maximum.

J'apprends à me détacher du principe pensant.

J'apprends à rester immobile, passif et détendu durant plusieurs heures, jusqu'à réussir à rester totalement alerte, passif, détendu et immobile toute la nuit.

Cette pratique provoque l'éveil de la Conscience de manière rapide et violente.

C'est une attitude guerrière qui ne prend pas de gants.

La résistance est parfois grande, le corps veut bouger, se retourner, dormir, le mental ne veut pas rester ici.

C'est un travail de passivité, d'observation des mécanismes internes qui font barrière, ces parties qui ne veulent pas être éveillées.

Il n'est pas question de lutter contre, mais bien de comprendre pour savoir rester passif et paisible.

Avec la pratique, j'apprends donc à dépasser ces barrières psychologiques et mécaniques du corps et du mental.


Mon objectif actuel est donc de briser toutes les barrières qui m'empêchent de me projeter dans le plan astral en toute conscience, par une pratique de méditation immobile radicale.

Actuellement, au-delà de 2h immobile, j'éprouve des gènes du genre "spasme" au niveau de la colonne vertébrale à hauteur du nombril.
Ce sont des mouvements rapides vers la gauche ou la droite. Des mouvements du bassin.

J'assimile cela à la mauvaise volonté du corps physique, qui veut dormir et donc se retourner.

Ou des pensées, raisonnements qui m'invitent à essayer de me mettre sous les couvertures pour être plus au confort.

Ce genre de barrières paraissent infranchissables sur le moment, mais je sais par expérience directe qu'il suffit d'apprendre à être relaxé, passif et observateur pour que ce genre de gènes finissent par disparaitre totalement.

C'est la même chose pour la déglutition. Dès lors que l'on y fait plus attention, que l'on ne s'identifie plus à ce genre de tracas, la déglutition disparait. Il est important d'apprendre à méditer bouche ouverte, pour que la mâchoire soit bien détendue et la bouche sèche. C'est une aide pour les pratiques de conscience éveillées avancées.

Il y a aussi un travail de compréhension par l'auto-observation sereine.

Cette pratique est une sorte de confrontation directe, où il nous faut réussir à contourner le problème grâce à la passivité totale.

Bien entendu, et plus que jamais, j'apprends à rester près de mes Parents.

Note : L'excès de confort est pour moi un frein à une pratique vigilante.

Mais l'excès d'inconfort également.

Il faut donc apprendre à trouver le bon compromis pour ne pas s'endormir trop rapidement, sans pour autant être frigorifié. Bien que ces barrières peuvent se dépasser, on doit apprendre à doser l'inconfort simplement pour mieux rester vigilant.

Concernant les pensées, il ne faut pas en donner d'intérêts et les laisser passer paisiblement.

Haut les cœurs !
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Hors ligne jerome
#269
Messages : 451
Enregistré le : 4 février 2019, 17:45

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

Haut-les-coeurs cher Paul ! Moi aussi j'essaie de tenir la barre au mieux, malgré les creux des vagues. Oui nous avons tous ces barrières physiques à dépasser (corps qui veut bouger et faire sa propre volonté).


Mais lorsque nous arrivons à les dépasser, ça vaut le coup n'est-ce pas ;) ? Heureusement qu'il y a ces petits cadeaux pour nous motiver à progresser sur ce difficile Sentier...


Amour fraternel !

Hors ligne iro
#270
Messages : 3
Enregistré le : 16 mars 2018, 18:51

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message le

La lutte est grande: allé consciemment en astral ou inconsciemment.Le vénérable maitreya SAW aun nous parle de la nécessité, l'urgence de prendre conscience du processus du sommeil.

Répondre