Carnet de route de Paul

Apprendre comment faire un voyage astral : démarrez ici votre plan d'action.

Modérateur : Noe

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 17 déc. 2017, 15:04

Je souhaite compléter mes propos précédents sur le fait qu'il n'est pas possible de s'en sortir seul, car l'égo est parfois trop fort pour pouvoir faire un travail d'introspection.

En réalité, je pense que c'est juste, mais qu'en partie. Nous pourrions aussi dire que c'est juste à partir du moment où c'est ce que l'on croit.

Après réflexion et le peu d'expérience concluante que j'ai vécu, je suis d'accord pour dire qu'avec des efforts, on parvient à des résultats, même seul.

De toute façon, que l'on soit aidé ou non par quelqu'un d'autre, le travail doit se faire malgré tout par sois-même. C'est sans doute plus facile accompagné (d'un Maître ou autre), mais l'effort devra être fait malgré tout.

Il me parait donc plus juste de dire qu'il est possible d'y arriver seul, mais que de l'aide et évidemment plus facile.

Mais surtout, qu'il y a un ordre à donner à nos pratiques.

Si je me base sur mon travail et mon expérience, je peux constater que toute tentative astrale ou de Vide Illuminateur me semble quasiment impossible ou très partielle.

Je répète que c'est mon cas PERSONNEL.

C'est pourquoi j'encourage toute personnes à essayer d'éveiller sa conscience en astral et d'atteindre le Vide Illuminateur dès ses débuts. Car tout dépend du niveau de chacun.

Certains ont déjà bien avancé dans les vies passées, d'autres pas encore assez.

Ou plutôt, certains ont un égo fort, et d'autres moins. Mais cela reviens au même car si l'ont travail, on réduis l'importance de ses défauts.

Ceux qui n'ont pas de résultats lors de leurs efforts pour sortir en astral, ce n'est pas juste de dire que c'est juste un manque de travail et de pratique.

Samael lui-même n'a jamais réellement mentionné pourquoi certains y arrivent tout de suite et d'autres non. Il signal simplement qu'a un certain niveau d'éveil, sortir un astral n'est plus un problème.

Je crois donc qu'il n'y a pas 36 chemins pour réussir à éveiller sa conscience en astral. Pour éveiller sa conscience, il faut libérer de la conscience qui est emprisonné dans l'égo.

Après un certain travail de mort psychologique, ont atteint suffisamment de conscience éveillée pour réussir à sortir en astral facilement.

Je crois que c'est pour cette raison qu'étant adolescent, j'y arrivais plus facilement. J'avais sans doute moins d'égo et plus d'énergie (je n'étais encore pas vraiment dans le vice de la masturbation qui épuise les ressources d'énergie).

Donc oui, il faut pratiquer. Mais dans un ordre qui dépend du niveau que l'on a.

Pour savoir le niveau que l'on a, il faut déjà essayer avec ce que l'on nous propose.

Après un certain temps, si nous avons très peu de résultat, alors il faudra prioriser un ordre de pratique plus salutaire pour notre développement.

Nous pouvons aussi dire "Pour obtenir, il faut donner".

Prétendre obtenir des capacités spéciales sans avoir fait ses preuves avant, c'est faire preuve d'orgueil et de vanité.

Il faut déjà se situer en essayant un certain temps. Selon nos résultats, on adapte.

C'est aussi pour cette raison, et là j'insiste lourdement car je leur ressens au fond de mon Cœur, que je peux prier tant que je veux ma Mère Divine ou les Dieux ou mon Père Intime Adorée, pour avoir de l'aide pour sortir en astral, je n'ai jamais eu aucun retour et je n'en aurais jamais en continuant ainsi.

Mais il m'a suffit de prier UNE SEULE FOIS ma Divine Mère, qu'elle me montre mes défauts pour travailler dessus, et dès le lendemain j'étais face à un défaut qui me paraissait totalement infranchissable à l'époque.

D'après Oscar (un disciple de Samael), il s'agit d'un aspect de la Divine Mère qu'il appel "La Divine Mère Mort".

Peut-être s'agit-il de Kali chez les hindous. Peu importe.

Oscar disait qu'elle met en avant un défaut quelconque pour que l'on travail dessus. Mais c'est tellement éprouvant qu'il faut un certain niveau de détachement de son mental pour y faire face. C'est très douloureux et si l'on est fragile, cela peu aller loin dans le désespoir. Même si ca dure que quelques jours.

Tout cela pour dire que je ressens cela comme : "Tu voudrais des pouvoirs alors que tu ne fais pas d'efforts pour te libérer de ton égo ?"

Chaque chose en son temps.

Si l'on a pas de résultat à prier et pratiquer pour aller en astral, alors on a déjà un travail à faire au niveau de l'égo.

Et ce travail est quelque part plus salutaire et merveilleux que tout les pouvoirs que l'on peut obtenir, parce qu'on découvre un chemin magnifique et lumineux au fur et à mesure que l'on avance sur notre travail psychologique.

Je signal que Noé et les autres n'ont jamais dit le contraire. Mais je me permet de baliser les choses pour que les Frères et Sœurs ne prennent pas le chemin à l'envers ou insistent et se désespère parce qu'il veulent les pouvoirs avant d'avoir fait le travail nécessaire.

Alors haut les Coeurs ! Soyons heureux de travailler pour notre libération ! Soyons dans la Joie de détruire toute nos illusions, tout nos attachements ! Soyons comblé de réussir enfin à lutter contre l'Ombre et d'être guider par la Lumière du Père.

La réalisation se fait sur le Chemin. Les cadeaux les plus merveilleux sont les prises de conscience que l'on a lorsque l'on se libère de l'égo et qu'on commence à voir la Lumière tant recherchée.

Merci à tout les Grands Frères qui nous guident,

Puissiez, Frères et Sœurs adorées, recevoir tout le courage et la volonté nécessaire pour vous détacher de votre Ego.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 18 déc. 2017, 17:21

Depuis, je me concentre avant tout sur mes défauts et sur la rectification de mon comportement, j'accorde une attention différentes à mes rêves.

Je médite le plus longtemps possible le soir au couché, et le matin au réveil. Je ne fais pas à heures fixes pour le moment.

Pratiquer le matin au réveil fait que j'ai tendance à me rendormir et me réveiller plusieurs fois durant ma méditation. Ce qui fait que je fais plusieurs rêves et que je m'en souviens généralement très bien.

Auparavant, je n'accordais pas vraiment d'attention à ce qu'il se passait car pour moi, cela n'avait pas d'intérêt puisque c'est le mental qui projète tout et n'importe quoi en lien avec ce que nous vivons et avons vécu.

Ceci-dit, c'est aussi un excellent moyen de voir son égo en action dans des situations particulières, qui n'arriveraient jamais, ou peu fréquemment, à l'état de veille.

Dorénavant j'analyse mes rêves précisémment au réveil et je vérifie mon agissement et mes pensées. Je ne suis pas toujours acteur, mais la plupart du temps si. Et même si l'on est pas acteur, nous nous réveillons avec un état sentimental particulier qui nous fait encore voir nos égos.

L'important me parait d'avoir une ferme volonté de se libérer de l'égo. De faire attention à chaque instant à ses choix, ses pensées, ses paroles, ses actes. Et de corriger son comportement.
C'est parfois difficile de savoir si il faut corriger tel comportement, mais pour d'autres, cela devient évident et on se réjouis de l'avoir remarqué et réussi à le transformer. Chaque chose en son temps concernant les défauts les plus subtils.

Ainsi on évite de contracter du karma et on se détache de l'égo. Pour ce qui est de le supprimer en profondeur, je ne sais pas si c'est suffisant de faire comme ca pour le comprendre profondément. Peut-être qu'à la longue d'observer on fini par comprendre pleinement.

Je vais donner des exemples de ma façon de faire :
- Je me réveil le matin avec ou sans réveil, je me rendors durant ma méditation, ou sans. Etant donné que je suis reposé de ma nuit, je me réveil rapidement et me rappel bien de mon rêve. Je somnole ainsi plusieurs fois et donc rêve plusieurs fois.
Etant donné que les rêves se passent en astral, le monde des émotions, et que c'est une extension de l'état de veille, ce que nous ressentons et faisons et directement lié à notre égo. Pour être plus clair, si nous ne sommes pas conscient dans les rêves, c'est parce que nous ne le sommes pas à l'état de veille. Trop identifié à l'égo. Les rêves sont par définition un état lié à l'égo. Sinon nous serions dans le monde astral en pleine conscience et nous ne serions pas en train de créer des scénarios liés à l'égo.

Nous sommes donc dans l'ombre de l'égo. Quoi de mieux pour sortir de l'ombre que de la regarder en face et de la transformer en actes et en pensées plus lumineuses ?

- Lors de mon rêve, j'essaye d'être le plus conscient possible en étant attentif à ce qu'il se passe. Si je suis très attentif la journée, il arrive que je prenne conscience durant mon rêve. Je me rend compte que je suis en train de rêver, alors je saute en l'air pour vérifier si je flotte. Si c'est le cas, je deviens conscient dans mon rêve et alors je peux sortir de ce scénario lié à l'égo.

Si je ne prend pas conscience que je suis en train de rêver, alors je peux au moins faire attention, à mon réveil, de ne pas me lever tout de suite, de rester immobile un instant, pour me rappeler en détails mes rêves.

- Dans tous les cas, si nous faisons attention la journée à nos comportements, à nos égos, nous continuerons dans nos rêves. Tout ce que nous faisons la journée se répète la nuit. Personnellement, a défaut de parvenir durablement à me rappeler à moi-même, à cause d'un égo trop présent, il me semble bon de déjà commencer par l'observer avec attention pour le comprendre, et de corriger le tir pour éviter le karma.
Se rappeler à sois-même est de toute façon obligatoire, mais je pense (je ne sais pas si j'ai raison) que l'éveil de la conscience en astral se produit après un certain détachement de l'égo, ou après un certain niveau de mort psychologique. Voila pourquoi il est possible de réussir une sortie astrale correcte sans pour autant y arriver encore systematiquement. Sois on apprend à se détacher de l'égo parfaitement un instant pour sortir, sois on élimine l'égo définitivement et il n'y a plus d'effort à faire.

- Donc à mon réveil, j'étudie mes rêves et j'observe ce qu'il se passe.
J'ai par exemple rêver qu'une personne et son chien se faisait agressée par deux voyous. Un des agresseurs sortait un couteau et blessait le chien. J'ai couru immédiatement en direction des agresseurs pour les arrêter. Seulement, au lieu de me soucier de la personne agressée, j'ai poursuivi les agresseurs qui détalaient pour leur donner une leçon.

Au réveil, après étude, je me suis rendu compte que mon agissement n'était pas correct. Venir en aide à l'agressée était courageux, mais la suite n'était qu'un égo détestant l'injustice. Je ne sais pas encore exactement d'où il vient, mais je sais que c'est un des égos les plus forts que je possède.

Plutôt que de me soucier de l'état de l'agressée, j'ai préféré faire justice moi-même. Ce qui n'est absolument pas mon rôle. J'ai donc préféré utiliser mon courage pour satisfaire un égo d'injustice. Certes j'ai aider cette personne. Mais pas vraiment pour l'aider lui il semblerait.

Un autre rêve assimilait ma compagne avec un fou psychopathe aux tendances perverses qui l'avait menacée par message. J'ai convoqué cette personne pour tenter de le dissuader et de le mettre en garde. Il se rebella, mais je parviens à le calmer en lui faisant voir ca façon d'être. Il accepta et s'excusa. Mais j'ai agis parce qu'on à menacé ma compagne. Ce qui m'est intolérable. Evidemment je l'ai protégée. Mais ais-je agit réellement agi pour la protégée ou parce que je trouvais cela injuste ? Devant un manque de compréhension, je me dis que j'ai malgré tout bien agis en limitant le pire et en raisonnant l'opposant avec le plus de sagesse possible.

Un autre rêve était un peu brouillon, mais cela à fini en relation sexuelle entre deux jolies filles. J'étais spectateur. La relation s'est visiblement passée derrière une vitre opaque qui floutait et j'avais aussi la possibilité de revenir en arrière avec une télécommande (???) pour revoir la scène (peut-être d'anciennes habitudes pornographique...). Je me rappel avoir glissé la vitre pour voir, et etre revenu en arrière avec la télécommande pour revoir la scène depuis le début. Les souvenirs sont vagues mais je me rappel avoir fait cela.

Inutile de dire que mon égo de luxure m'a bien eu !

Cela fait plus d'un an que j'ai totalement arrêter le vice de la masturbation et les films porno qui accompagnait cela. Prendre conscience de ce vice fut une réelle humiliation pour moi.

Je ne suis pas enchanté de parler de ca en publique, il n'y a pas de quoi être fier. Mais je suppose que je suis loin d'être le seul, et si je peux servir d'exemples à d'autres qui passent par là...

Je conclu donc que ce rêve signal que je n'ai pas encore assez de contrôle sur cette luxure, ce voyeurisme. Que je dois faire plus d'efforts dans la vie de tout les jours. Il est vrai que la beauté féminine m'envoute facilement. Je regarde le sexe opposé en retrouvant peu à peu mes yeux d'enfants. c'est-à-dire de moins en moins vicieux et axée sur la fornication. J'essaye donc d'observer attentivement une femme que je trouve belle pour essayer de la voir autrement que comme un objet de désir. J'essaye plutôt de voir la beauté en elle comme un fragment de la beauté de la Vie.

Je m'éduque donc à un vision plus pure.

Voila comment j'utilise mes rêves désormais. C'est une véritable aide pour apprendre à connaitre ses défauts. Je peux également certifier que mes comportements et les scénarios ont changés à mesure que je transformais mes actions. Il pouvait m'arriver occasionnellement de tomber dans un scénario ou je tombais dans la fornication. Après mes efforts, j'ai fais bon nombre de rêves où j'étais confronté à nouveau à de la luxure de fornication. Mais je ne cèdais plus à la tentation ou je stoppais dès que je me rendais compte de ce que je faisais.

Je précise que mon but n'est pas de modifier les enseignements des Maîtres, infiniment supérieurs à moi. J'apporte simplement mon approche personnelle qui correspond à mon niveau. Je crois que le niveau des Maîtres est tel qu'il leur est difficile d'expliquer les difficultées rencontrées à notre niveau. Comme un pianiste professionelle avec des 10 aines d'années d'expériences, aura du mal à se mettre à la place du novice qui a des difficultées sur des choses devenues tout à fait courante chez ce pianiste pro. D'autant plus que la plupart des Maîtres naissent avec des facultés déjà acquises. Donc il devient difficile pour eux d'expliquer en détails certaines choses. Et ils leur manque le temps.

Et on peut ajouter également notre égo qui nous empêche de comprendre correctement les enseignements.

J'essaye donc de faire preuve de don de sois en donnant mon approche qui est plus au niveau de la majorité.

J'invite tout les Etres plus avancés à me rectifier si je ne suis pas sur la bonne Voie. Même si pour l'instant, je suis seul au monde sur ce forum :D
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 19 déc. 2017, 14:38

Ce matin, c'est ma jalousie qui fut mise en scène dans un rêve. Je ne décrirai pas le scénario parce qu'il n'y a pas d'intérêt particulier.

Cela à fait ressortir d'anciennes douleurs assez fortes. Je parviens nettement mieux à m'en détacher et j'arrive à me faire comprendre que cet état n'est pas juste et logique. Les gens ne m'appartiennent pas. Je réflechi/médite dessus.

Je suis donc conscient mentalement par le raisonnement que ce défaut ne devrait pas exister en moi. J'ai également prié ma divine mère pour qu'elle élimine ce défaut. Mais est-ce suffisant ? J'en doute.

Sans doute faut-il faire face en rationnalisant le défaut un certain nombre de fois jusqu'à ce qu'il disparaisse véritablement. Il y a-t-il un "signal" lorsqu'on a vraiment annihilé un défaut ? Un songe ? Quelque chose de concret autre que le fait de ne plus réagir lorsque la situation se représente ?
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 20 déc. 2017, 13:38

Ce matin, trois rêves m'ont renseignés sur d'autres défauts, mais je n'ai pas pris suffisamment le temps de me les remémmorer et je n'ai pas pus capter le ressenti émotionnel de ceux-ci convenablement. Au levé, j'ai oublié en partie.

Je sais que cela concernait un égo d'amour propre blessé par une insulte, un égo d'orgueil peut-être blessé lié à une personne qui connaissait mieux le métier que j'exerce que moi. Je me suis senti diminué et un peu honteux, même si dans le rêve, je faisais preuve d'humilité face à cette personne et accueillais avec plaisir ses précieux conseils.

Et un autre égo, plus important, mais je m'en rappel malheureusement pas.

Je crois que d'attendre impatiemment mes prochains rêves fait que j'arrive également mieux à faire attention à moi la journée. Depuis cette attention portée à mes rêves, je fais face à certains défauts sans aucun problème.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 22 déc. 2017, 12:26

Ce matin, il ne me semble pas avoir fait comme d'habitude. j'ai été réveillé par un rêve.

En général, ce se passe ainsi : réveil naturel, endormissement, rêve, réveil, endormissement, rêve etc...

J'ai fais un rêve très étrange où j'étais chez ma mère en journée. Je discutais de choses basiques avec elle. Les volets étaient fermés mais le peu de lumière de l'extérieur montrait que le temps était gris,

Dans la peine ombre nous discutions. Une voiture arrivait dans notre cours, j'allais voir par la fenêtre, je constate une voiture de commercial.

Je préviens ma mère en disant qu'il n'était pas utile de répondre pour être dérangé pour des avances commerciales. La personne que je pensais commerciale est entrée sans même prendre la peine de toquer. C'était en réalité un de mes oncles.

Il se dirigeait vers moi l'air très triste. Et comme si ma mère connaissait la raison, elle l'emmenait vers le salon.

Je comprend instantanément qu'en réalité, mon père venait de décédé et son corps étendait sur un canapé du salon. Ma mère ne m'avait rien dit, sans doute par peur de ma réaction.

Je voyais au loin juste ses jambes, le reste du corps ne m'était pas visible d'où j'étais.

Mais, je voyais ses pieds bouger subitement. Je suis aller dans la même pièce que lui et il ne restait que ma mère, l'oncle n'était plus là. La pièce était très sombre, cela devait être le soir désormais.

Je regardais mon père et il semblait qu'il avait comme des spasmes qui pouvait donner l'impression qu'il était encore vivant. Je prévenais ma mère mais lorsque l'on regarda à nouveau, mon père avait disparu. (en quelques secondes)

On le cherchait dans la maison car quelque chose nous disait qu'il était encore là. L'ambiance était pesante, angoissante, car en réalité j'avais plus l'impression d'avoir affaire à un mort possédé plutôt qu'a mon père. Je m'attendais à le voir surgir de quelque part avec des actes de démence.

Nous supposâmes qu'il était parti dans sa chambre. Comme si le canapé ne lui convenait pas et qu'il décidait d'aller se coucher comme à son habitude.

Je fini par me réveillé, dans un posture un peu étrange sur le côté, l'ensemble du corps très tendu. Ce fut douloureux de me détendre.

J'ai vu dans ce rêve un défaut de peur, d'angoisse lié à quelque chose d'irrationnel, de paranormal. Comme un scénario de film d'horreur sur des fantômes. Je ne croyais pourtant pas être peureux de ce genre de choses.

Cela n'était pas une peur lié à ce que mon père décède, puisqu'il est décédé il y a déjà une dizaine d'années.

J'ai fais au moins 3 autres rêves mais je n'y ai pas décelé de défauts particulier.

Ceci-dit, je crois avoir eu une prise de conscience dans l'un d'entre eux.

J'étais une nouvelle fois chez ma mère, je regardais par la fenêtre de la salle de bain qui donne sur notre terrain. J'étais stupéfait car des centaines de champignons types cêpes, mais très gros, poussaient un peu partout. Il y avait également beaucoup de gens, connus ou non, qui semblait fêter quelque chose. Une bonne partie me rejoignais dans la salle de bain pour me voir. Nous discutâmes.

Je remarquais que nous étions tellement nombreux que nous étions entassés. Un petit garçon ou petite fille était en train d'être compressé parmi eux et personne ne faisait attention. Je me suis un peu énervé devant cette inconscience et j'ai sorti cet enfant de sa difficulté.

Je passe les détails inutiles, le soir, tout le monde partaient. Il neigeait beaucoup. Les gens quittait notre cours. Mais la plupart glissait et tombait en voiture dans un petit fossé en repartant. C'était absurde.

Je ne sais pas si c'est cette absurdité qui m'a fait prendre conscience ou non.

Je me suis dit que je devais absolument prendre conscience. Je me concentrais fortement je ne sais plus trop comment, pour sortir de ce rêve. Je me voyais ne plus regardé les voitures mais me concentré en regardant ailleurs. Je devenais tout à coup vraiment très présent dans le rêve. Comme si je rassemblais ma conscience dans ce corps astral. Mais je ne sais pas si c'était véritablement une prise de conscience, ou si je rêvais que je prenais conscience.

Puis je me suis réveillé. Tout du moins je croyais ! Car je me suis réveillé dans mon lit d'enfance, toujours chez ma mère. Et là je n'ai pas remarqué que je rêvais encore.

Puis je me suis effectivement réveillé dans mon lit actuel

J'ai fait un ou deux autres rêves confus et peu importants d'après moi.

Le problème, c'est qu'en faisant cette pratique d'attendre le réveil naturel, et de se rendormir pour rêver a nouveau etc... Je suis par la suite extrêmement fatigué. Collé au lit. Pas du tout la force de bouger.

Je dois me faire violence pour me lever et ensuite cela passe.

Je tenais également à préciser que depuis quelques semaines, j'assiste aux cours que proposent Venerabilis Opus : http://www.venerabilisopus.org/fr/

A tout ceux qui veulent apprendre l'enseignement de la Gnose universelle, qui veulent se libérer de leur souffrance et devenir des Hommes véritables, je vous recommande grandement de suivre ces enseignements. Cela demande un engagement de votre part au niveau apprentissage, vous êtes suivi par un missionnaire qui vous aide.

Cela condense merveilleusement tout ce qu'il faut savoir de l'enseignement. Vous avez des vidéos, des pratiques à faire, des questions à répondre, des textes à lire. Pas à pas.

C'est beaucoup plus facile que seul à lire les livres dans son coin. Même si cela ne dispense pas de lire à côté.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 26 déc. 2017, 12:44

Une série de 5 rêves plus ou moins sans intérêt cette nuit.

Mais j'ai eu une prise de conscience dans l'un d'entre eux. Même expérience, tout devient comme dans la journée niveau perception, ressenti et état de conscience. Je ne sais pas vraiment ce qui a déclenché la prise de conscience. On dirait que c'est automatique. Car dans la plupart de mes rêves, je pourrais constater une anomalie, tellement il y en a. Mais je n'ai pas l'impression que ce sont ces anomalies qui me font prendre conscience. J'ai plus l'impression que c'est lié à l'habitude de se rappeler à sois-même. Si je me rappel à moi dans le rêve, alors le rappel à sois provoque une sorte d'étincelle de prise de conscience. Il suffirait en gros que cela tombe au moment où je me souviens de mon rêve. D'où mes expériences de me rendormir au réveil pour avoir un meilleur souvenir.

Dans ces 5 rêves, que des scénarios absurdes. Ont peut y trouver des défauts, j'en remarque certains, mais je suis moins à cheval dessus actuellement. Il ne faut pas que je relache mes efforts sur l'observation de mes défauts.

Je prenais conscience dans mon ancienne chambre. Devant cette prise de conscience, je prend contrôle du scénario, quand je prend conscience, généralement, si il y a d'autres personnes, tout "disparait", ou je ne m'en occupe plus. Je suppose que quand cela disparait, c'était moi qui faisait mon cinéma, sinon c'était des formes pensées ou des entités extérieures à moi. Dans ce cas j'ai plus tendance à essayer de continuer la discussion. Mais c'est très rare que cela arrive (voir peut etre jamais arrivé).

Je décidais de sauter par la fenêtre pour vérifier si je volais. Mais ce qui fut amusant et curieux, c'est que je me demandais si je n'étais pas effectivement dans la "réalité"... Je me suis dit, ca à l'air quand même très concret, si je saute et que finalement je ne rêvais pas... Ce serais une fin tragique, mais vraiment absurde :D

Alors je suis monté sur le lit et j'ai sauté par terre et effectivement je planais un peu et redescendait au sol.

J'ai sauté alors plus fortement et je restais alors en planant au plafond de la chambre. Je décide de traverser le mur direction le couloir. Mais en traversant le mur, tout est devenu noir, je suis resté là quelque secondes, puis je me suis réveillé.

Je n'ai pas eu la présence d'esprit de m'asseoir pour appeler quelqu'un ou prier. Surement parce que je manquais d'énergie ou de conscience.

la veille au couché, j'ai médité environ 1h - 1h30. Pas souvenir de l'endormissement.

Digestion difficile et je ressens généralement un symptome difficile à supporter quand je reste longtemps. Des démangeaisons internes au niveau du sexe, vessie et parfois les jambes. Je ne sais vraiment pas d'où vient cette sensation, mais c'est difficile à supporter. Et du coup, je ne suis pas parfaitement détendu.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Sophia
Messages : 304
Enregistré le : 13 oct. 2015, 03:58

Re: Carnet de route de Paul

Message par Sophia » 31 déc. 2017, 22:49

Bonjour Paul et à tous ici et bonne nouvelle année à tous, plus particulièrement à toi Paul fidèle à ton journal.
même si on sait que l'année à venir aura ses hauts et ses bas, cependant rappelons nous que tout passe les bonnes commes les mauvaises choses,...
Continues Paul à travailler sur l'auto observation pour dénicher ces qqes égos et demandes à ta mère dans la prière à les faiblir, le maître rabolu avait, il me semble cette technique, d'instant en instant demander à la mère intime dans la prière.
Et dans l'acte intime , idem il faut demander en prière surtout si on est pas encore prêt pour le verbe sacré dans l'arcane.
Je te souhaite gros courage pour ce 2018, me voilà dans ma 4eme année deja.....il y a eu des hauts, des bas, comme pour bcp... Mais aussi bcp de bienfaits.....bien qu'on passe ici, autre forum, X pays et X groupe et X machin, choses, le plus important c'est tjrs son propre travail interne avec notre propre guide/ parents intimes.
Il faut se dire même si on nous oublis, on est rien, et notre vie physique sans importance aussi et toujours continuer et tjrs apprendre à ne pas s'identifier ni autres, ni aux situations.....tout ce qui nous entoure est pure illusion.....

Paix à toi Paul.

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 03 janv. 2018, 13:23

Bonjour Sophia,

C'est toujours un plaisir d'avoir de tes nouvelles et de voir que certains d'entre nous restent constant et fidèle au travail intérieur.

De toute façon, qu'avons-nous d'autre à faire de plus utile et important ? Arrêtez de travailler sur sois reviendrais à se laisser mourir.

Je te souhaite également beaucoup de courage, de joie et de réussite. Oui il y aura des hauts et des bas, et les bas seront sans aucun doute beaucoup plus important pour nous que ce que nous considérons comme les moments "hauts".

Je suis d'accord avec ce que tu dis de Rabolu. Malheureusement, beaucoup le décrie, disent qu'il serait tombé, qu'il aurait trahis Samael etc...

Je n'en sais rien, mais je suis d'accord avec ce qu'il a dit sur le travail d'observation d'instant en instant, il n'a fait que mettre en avant certains points que Samael avaient déjà mentionnés. Et qui sommes nous pour juger quelqu'un qui a atteint l'auto-réalisation, ou presque ?

Ce qu'il aborde est a prendre en considération, avec notre propre intuition, notre propre niveau.

Une chose que j'ai compris par rapport à mes débuts, c'est qu'il n'y aucune émotion inférieure et négative qui soit à accepter dans son esprit.

Restons toujours dans les émotions supérieures. Le plus souvent possible. Transformer les impressions des défauts en les comprenant et en priant, et ne simplement pas prêter de crédit aux émotions inférieurs.

C'est ce que j'ai constaté en observant parler les êtres avancés comme Noé ou autres, par rapport à ceux qui n'avancent pas et qui intellectualisent trop.

Il est vital de vivre dans les émotions supérieures, dans le Cœur. Rien de négatif ne doit être accepté tel quel. Parce que c'est un comportement erroné qui nous empêche d'avancer. Avancer sur le travail de dissolution commence par cesser toute identification à nos pensées.

Tout le monde semble le savoir, mais bizarrement peu de gens y arrivent. Parce que c'est un travail qui doit comporter la valeur ÉMOTIONNELLE.

Tout ceux qui cherchent à comprendre un défaut par l'intellect n'aborde pas le travail dans sa totalité.

Il faut réfléchir/méditer sur le défaut que l'on remarque (savoir où il se manifeste, émotionnel ? Intellectuel ? Sexuel etc...) et par ce travail, on connait le défaut intellectuellement, PUIS vient alors le travail émotionnel sur ce défaut. Maintenant qu'on le connait intellectuellement, on doit se rendre compte par le cœur que ce défaut est nocif pour nous et les autres. Alors le repentir doit est présent. C'est à ce moment qu'il faut prier.

Si nous ne ressentons pas de repentir, alors peut-être qu'un amour propre, de l'orgueil nous en empêche. Il faut véritablement se "remettre à sa place". Par le repentir, nous devons nous rendre compte qu'on a développé un défaut, vraiment émotionnellement. Nous devons ressentir dans le Cœur un remord et un besoin impérieux de ne plus JAMAIS laisser se défaut se manifester.

Malheureusement, je crois que beaucoup s'arrête à l'intellect.

Pour prendre un exemple, c'est comme un fumeur qui veut arrêter. Il sait intellectuellement que c'est mauvais. Alors il veut arrêter. Il essaye, et reprend un jour ou l'autre. Ou s'il ne reprend pas, parce qu’il est courageux, il vivra avec cette envie toute sa vie.

Parce qu'il n'y a pas eu de travail véritablement émotionnel, simplement intellectuel. Or, la connaissance du défaut doit passer par l'émotionnel pour pouvoir être dissous. La peur de souffrir émotionnellement peut poser des difficultés à aller dans son cœur également.

Un défaut ne s'élimine pas en un instant, il faut revenir dessus sans arrêt. C'est pour cela que la précision de Rabolu me parait juste.

Il faut répéter cela jusqu'à ce que "mort" sans suive. Ce n'est pas : "je cherche a comprendre un défaut intellectuellement, puis émotionnellement j'ai du repentir, j'affine ma connaissance de ce défaut émotionnellement et POUF plus de défaut".

Ce serais plutôt : "J'observe mes défauts se manifester, et a force d'observer, je les comprend de mieux en mieux intellectuellement, j'acquiers une connaissance intellectuelle de ce défaut. Ensuite, l'intellecte n'a plus besoin d'être utilisé spécialement puisque je connais ce défaut intellectuellement. Je vais alors l'abordé émotionnellement parlant, avec le coeur, le repentir, la prière dans le travail d'observation." C'est ainsi qu'un défaut perd de son pouvoir. Si il y a repentir, il y a ferme décision de ne plus se laisser avoir. C'est clair et net ! Alors on s'en détache au fur et à mesure, il rétrécie par l'observation, la transformation des impressions qui surgissent, par la prière et le travail dans les émotions supérieures du repentir et de la dévotion.

Avec un travail émotionnel de repentir, un travail du Coeur, le défaut n'a plus le choix, il est prit au piège. Nous avons trop de volonté de le faire disparaitre. Il va essayer pendant un temps de s'affirmer, mais il viendra un moment où il disparaitra définitivement. Alors nous pourrons verser une larme de joie et remercier notre Etre, notre Divine Mère. Ce qui développe notre dévotion, notre Volonté.

Je répète : Une fois un défaut compris intellectuellement, qu'on le reconnais quand il arrive, qu'on sait ce qu'il est. Le travail émotionnel devra être fait jusqu'à disparition du défaut.

Je trouve qu'il est bon de se dire que CHAQUE JOUR EST UN DEFI A RELEVER. CHAQUE JOUR EST UNE MISE A L'EPREUVE.

Sois on se réveil le matin et on se dit : "OK, aujourd'hui, je vais être mis à l'épreuve sur des défauts particulier, je vais devoir rester alerte et observer".

Sois on reste dans un état de "bon je sais que je dois travailler sur moi, je vais essayer de faire face blablabla..."

C'est bien, mais ce n'est pas suffisant, parce qu'il y a un manque de volonté, de remord sur ce que l'on est.

Il n'est pas utile de souffrir et de se rendre la vie impossible, parce que cela aussi, est un comportement erroné de culpabilité (ce qui est différent du repentir). Mais il faut voir les choses telles qu'elles sont.

Haut les Cœurs !

Cultivons la Joie, le Respect, l'Amour, la Compassion, la Sagesse, et tout ces valeurs supérieures.

Et bannissons le reste qui nous alourdis ! Peur, Ambition, Colère, Avarice, Luxure, Cupidité, Convoitise, Crainte, Doute, Inquiètude, etc...

Quand on est très inquiet, faisons une pause avec l’intellect et alors utilisons l'émotionnel : Allons marcher en nature, écoutons de la musique qui nous élève etc... L’inquiétude disparaitra.

On se crée des problèmes inutiles. Par contre, une dette n'est pas un problème, mais un FAIT physique/matériel. Et un fait doit être réglé, c'est ainsi. On doit faire ce qu'il faut.

Mais un problème c'est bien souvent un excès émotionnel, ou intellectuel. Il n'a pas de consistance véritable. C'est juste que nous utilisons trop ce centre, ou de manière erroné.

Il faut apprendre à utiliser son intellect, son émotionnel, et son instinctif uniformément.

Si vous travaillez beaucoup avec la tête, faites une pause dans le coeur. Si vous êtes trop dans l'émotion, allez dans la tête ou l'instinctif un petit moment. Le cœur vibre par la musique, les arts, l'émerveillement, la dévotion etc...

Il faut utiliser des supports matériel et physique pour changer de centre un moment.

Plaçons notre attention dans un autre centre plutôt que constamment dans la tête (pour les intellectuels). Sinon c'est la fatigue et les problèmes assurée.

Si vous n'êtes pas d'accord avec ce que je dis et ce que je rappel, parlez.

Il est toujours utile de rappeler et d'affiner ces connaissances.

Paix et Joie à tous !
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 15 janv. 2018, 17:25

Il est temps pour moi de passer à la vitesse supérieure en terme de pratique astral.

J'en ai assez de commencer à douter à peine je pratique. Je lis quelque chose qui me fait me dire que l'astral est accessible qu'après un certain niveau de développement, ou que ce n'est pas la peine d'essayer pour le moment etc...

En réalité, dès l'âge de 12 ans je m'intéressais à l'astral, je voulais y arriver. A cet âge, s'intéresser à cela, ce n'est pas un hasard.

Je décide de ne plus me laisser écarter par quoi que ce sois. Que je lise qu'il faut atteindre ceci, celà, que je ne suis pas encore capable, que je me mette à douter, que je ressente des difficultés, ou peu importe, je ne lâcherai plus.

A compter d'aujourd'hui, j'intensifie ma pratique. Je continue mes pratiques habituelles, mais je décide d'intensifier au maximum la pratique d'une technique de voyage astral par incantation.

La plus agréable, pratique et facile pour moi est l'incantation suivante :

JE CROIS EN DIEU
JE CROIS EN MA MERE DIVINE
JE CROIS EN LA MAGIE BLANCHE
DIVINE MERE, AIDE MOI A SORTIR DE MON CORPS PHYSIQUE, AIDE MOI A FAIRE UN VOYAGE ASTRAL CONSCIENT.

Cette incantation m'aide à me concentrer, m'aide à rester fixer sur mon objectif. Elle synthétise aussi tout ce qui est nécessaire.

Je varie parfois l'incantation en y ajoutant mon ressenti émotionnel, pour y mettre plus de Cœur.

J'en ai assez de m'identifier à mon intellect continuellement, qui me mène en bateau, qui me fait tourner en rond, qu'il aille voir ailleurs si j'y suis. Sinon qu'il me soit utile pour mon Etre.

Cette incantation m'aidera aussi à prier mon Père et Mère. M'aidera a développer ma Foi.

Chaque jours, je posterai mes expérimentations (s'il y en a) et au moins combien de temps j'ai pratiqué.

Plus de réflexion inutiles, ACTION !

Aujourd'hui, de 15h30 a 17h : 1h30 de pratique

Résultats : Comme d'habitude, j'ai le cou très raide, c'est gênant, impossible de le relaxer. Ceci viendrais d'une des 5 blessures émotionnelles les plus courante vécu, souvent durant l'enfance : L'injustice.

J'ai le profil parfait de l'être qui s'est identifié à l'injustice. Je suis rigide, et ai le haut du corps raide depuis presque toujours.

Je sais que cela vient de l'enfance.

Pour plus d'informations, car la grande majorité à AU MOINS l'une de ces 5 blessures, cherchez "les 5 blessures de l'être sur Google".

Cette raideur doit m'empêcher de me relaxer profondément. Je dois trouver un moyen de le détendre davantage en enlevant mon oreiller, ou je ne sais quoi d'autres.

Cette blessure ancienne est puissante, et est un obstacle. Je ne sais pas encore comment je vais la surmonter. Mais je continuerai dans l'effort et on verra, un jour cela changera.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de route de Paul

Message par Paul12 » 16 janv. 2018, 10:55

Pratique du soir au couché : Minuit - ???? : au moins 45min éveillé.

Perte de conscience.

Pratique du matin : 7h50 - 9h25 : 1h30

Expérience vécue :
Je récite l'incantation suivante aussi longtemps que possible, avec autant d'attention que possible :
JE CROIS EN DIEUX
JE CROIS EN MA DIVINE MERE
JE CROIS EN LA MAGIE BLANCHE
DIVINE MERE, AIDE MOI A SORTIR DE MON CORPS PHYSIQUE, AIDE MOI A FAIRE UN VOYAGE ASTRAL CONSCIENT.

Cette incantation m'aide beaucoup à rester attentif. Je pars beaucoup moins facilement dans mes rêveries et mes identifications.

Passée une heure environ, mon incantation est un peu plus difficile à garder en tête, l'intensité de rappel à sois s'espace de plus en plus, mais je ne faibli pas et reviens à mon incantation dès que possible.

Je fini tout de même par tomber dans une rêverie proche du sommeil. Je dis proche du sommeil parce que je reste un peu conscient d'être dans mon lit.

Je me retrouvais à côté d'une route de forêt où il y avait un chemin privé qui menait à une sorte de propriété. C'est ce que j'ai conclu car je voyais un couple, suivi d'un gendarme, revenir de ce chemin de propriété vers la route de forêt où j'étais.

Ils passaient pas loin de moi sans faire attention à moi.

Je me suis retourné, sans doute pour voir ce qu'il y avait autour. Je voyais donc la même route qui montait un peu, la forêt de chaque côté. Une route macadam assez propre et récente. Pas un vieux chemin de terre.

Et machinalement, surement parce que j'avais un certain niveau de conscience éveillé, je me laissais tomber en arrière avec la certitude que j'allais planer.

Ce fut le cas, arrivé au moment de la chute où mes pieds doivent quitter le sol, je me retournais sur le ventre et restais là, à planer près du sol.

Mais à peine commencais-je à voler un peu que ma vision se brouilla. Il me semble entendre aussi un son comme un feu qui brule, en même temps. Comme si je "brulais" le peu d'énergie que j'avais.

Tout était alors noir, mais je restais conscient. J'essayais alors de me mettre en position, pied et main joints pour conserver mon énergie, mais le mouvement me paraissait un peu compliqué, et j'avais l'impression que cela allait me réveiller.

Je me suis retrouvé ensuite dans 2-3 autres scénarios rapides, où je me retrouvais dans mon lit d'enfance, j'essayais de m'accrocher à la tête de lit en bois pour me hisser du lit, j'étais ensuite devant mon frère de la chambre d'a côté, puis je suis revenu à mon corps physique, que je n'avais pas quitté à proprement parlé.

Quand j'étais dans le scénario de mon lit d'enfance, je me souviens des bruits de draps, de la solidité des draps sur moi, de mes mouvements. Je me demandais si je n'étais pas en train de bouger réellement physiquement dans mon lit tellement c'était réaliste. La crainte de faire quelque chose qui pourrait me blesser physiquement me venait à l'esprit. Mais non je n'avais pas bougé d'un pouce.

D'après-moi, j'étais dans mes rêves, mais pas totalement inconscient, j'avais gardé une petite partie de conscience.

J'étais en quelques sortes conscient de mes rêveries, j'étais balotté de scénarios égoiques en scénarios égoiques, en essayant de m'en soustraire.

Ces incantations m'ont permi de rester vigilant assez loin pour avoir un peu de conscience éveillé. Je ne suis sans doute plus très loin d'une véritable sortie hors de corps.

En tout cas, c'était tout de même étrange, car c'est comme si je n'avais pas été totalement moi. Mes mouvements, mes tentatives durant ces rêveries, cette obscuritée, ma façon de penser, c'était sombre. J'avais l'impression d'être une sorte d'âme en peine qui se débattait, totalement perdue. Difficile à exprimer. J'espère que j'ai simplement fait ces rêveries avec l'un de mes défauts comme "véhicule". D'où ces sensations.

Je ne peux pas dire si c'était une sortie dans le bas astral, parce que pour moi, je ne suis pas "sorti", j'avais simplement un certain niveau de conscience dans mes rêveries.

Difficultés rencontrées :
- Légère tension dans le cou, mais moins pire qu'hier, plus détendu le matin, et j'avais fais des étirements la veille.
- Légères démangeaisons, mais celà ne me dérange plus tellement
- Passé un certain temps, il m'est pas vraiment confortable de rester totalement immobile, car en général, je varie mes positions dans mon lit. Ne serais-ce que décaler une jambe etc... Mais je persévère.
- Perte de concentration au bout d'une heure de méditation environ. C'est relativement fatiguant de réciter mentalement sans cesse. Je pense aux paroles de Noé, j'essaye de ne pas crisper le mental, de ne pas trop forcer, de trouver l'équilibre. Mais c'est délicat car trop de concentration, on ne se relaxe pas assez, et pas assez, on sombre.
C'est d'ailleurs surement au moment où j'ai sombré dans la rêverie, que je n'ai pas assez conservé d'attention à mon incantation.
Je pense a Samael qui dit qu'il faut s'endormir. Sans doute que l'équilibre est difficile à trouver, mais une fois trouvé, ca roule.

D'après moi, ma conscience s'est retrouvée divisée en deux durant cette expérience. 10% conscient, le reste inconscient qui continue son cinéma.

Que faire pour avoir plus de conscience ? Allez plus loin dans l'endormissement sans perdre l'attention ?
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Répondre