Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Apprendre comment faire un voyage astral : démarrez ici votre plan d'action.

Modérateur : Noe

Paul12
Messages : 599
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par Paul12 » 09 déc. 2019, 18:23

Ce n'est pas un achat :) une gentille dame m'a contactée sur leboncoin car j'avais mis une annonce.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Paul12
Messages : 599
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par Paul12 » 16 déc. 2019, 17:54

Voilà maintenant plusieurs semaines que je suis libéré de l'emprise de certains horribles Moi qui me causait beaucoup de souffrance.

Ces mois durent être acceptés, observés, compris, renoncés, détruits.

L'identification et la douleur fut telle que je dû m'abandonner dans un lâché prise auprès de mes Parents Divins. Je dû accepter les épreuves de la vie et chérir ces leçons de vie.

Dans l'abandon de ses croyances, dans l'immolation de ses douleurs et dans l'acceptation, j'ai fait un pas de plus vers la Lumière de mon Être.

Mon niveau d’Être est différent. Je ne tolère plus en mon Cœur aucune émotions négatives et destructrices. Je m'affirme dans mon cheminement et suis capable de laisser passer certaines émotions qui auparavant m'étaient atroces à supporter. Aujourd'hui, je ne comprend pas comment j'ai pu voir la vie sous cet angle. Quel perte d'énergie, quel tristesse. Tourne-toi vers ta Lumière et tes Ténèbres ne te possèderons plus.

Aujourd'hui je suis heureux de Vivre, peu importe l'événement qui m'arrive. Mon niveau d'attention s'est accru.

Ce dont je redoutais depuis tant d'années est arrivé. Je savais que cela devrait être vécu un jour pour pouvoir évoluer. Et ce fut l'événement le plus grandissant de mon existence. Je n'attend rien pour la suite, tout est possible et je vivrai en accord avec ce qui arrivera.

Je suis parti marché hier après-midi sous la pluie. Je respirais l'air glacé et chérissait cette pluie revigorante.

J'ai Joie à être le plus conscient possible. Les pensées viennent, m'emporte, mais je reviens. Je jongle tel un funambule entre auto-observation du processus de la pensée et contemplation du monde extérieur.

L'eau ruisselle sur le chemin de gravier, transparente et énigmatique.

Je ne sais rien de cette eau, ni de ces graviers, ni de cette forêt, ni même de cette feuille posée sur le miroir de cette flaque d'eau.

Je n'ai pas envie de savoir, je n'ai pas envie de comprendre et ranger dans des concepts intellectuels tout ceci. Cette simple flaque d'eau renferme des secrets que je ne saurais percer, même en plusieurs vies.

Je suis simplement Joyeux d'être là, libéré de mon état de conditionnement précédent, horriblement froid et ténébreux.

Quelle chance que de vive tout ceci. Quelle chance!

Je suis également libéré de la chute sexuelle depuis plusieurs mois maintenant. Je n'ai plus de tentations de chuter, je n'ai plus d'envie de chuter. J'ai déjà dit ceci auparavant, et j'ai chuté par manque de contrôle et par égoïsme. Il faut rester prudent toute sa vie.

Mais il est clair, effectif et assuré que je suis libéré de la fornication physique et de la chute depuis quelques temps. Mes pensées en ce domaine sont rares (elles ne m'intéressent plus) voir inexistantes et seul reste le désir d'un acte amoureux serein et lumineux. Ce nouveau niveau de pureté (qui est naturellement loin de la pureté parfaite) est né suite à la mort de certains défauts lié à la luxure d'une manière ou d'une autre.

Il semble que nous chutons avant tout par luxure, mais souvent par le ressors d'un autre égo. Tel que l'amour-propre, l'orgueil etc... Lorsqu'un égo lié à la luxure diminue, les pensées et l'acte se purifient également.

Là ou à mes débuts je ne rêvais que de serpents, souvent de scènes de fornications, aujourd'hui plus aucune rêve de la sorte depuis des mois. Ce fut radical et profondément concret et clair dans tout les aspects de ma psyché. Il faut rester sur ses gardes malgré tout, car la luxure vit dans de nombreux replis subconscients.

-

Bien que je jouisse d'un état d'être plus lumineux et paisible intimement, je continue mon travail pour sortir en astral et éveiller ma conscience.

Je profite de mon nouvel état pour simplement être, tout en méditant le plus souvent possible. Mais je commence à me sentir prêt à dénicher la prochaine barrière mentale qui m'empêche d'aller plus loin.

Il existe deux manières de vivre en état de conscience éveillée :

- La discipline de l'instant présent, dans l'auto-observation sereine et le rappel de soi. Afin de savoir rester détaché de toutes identifications aux processus mentaux. Celui qui commence à savoir rester détaché de l'activité dispersée de son Mental, qui devient suffisamment discipliné afin de demeurer ancré dans un état conscient, peu vivre l'éveil tant qu'il sait rester dans l'état requis, en accord avec son niveau de détachement au principe pensant.

Cette discipline permet d'aller en astral consciemment et de vivre la conscience éveillée, tant que nous ne nous laissons pas identifier par les pensées, émotions, attachements, instincts, désirs de l'égo présent dans le Mental.

Dès que nous nous identifions au principe pensant, l'éveil cesse et nous tombons dans la rêverie.

- Apprendre à s'auto-observer dans le but de découvrir et comprendre les différents Moi qui nous endorment par identification à leurs manières de penser, ressentir, agir erronées.

Tout Moi découvert par une auto-observation détachée, compris et détruit par la prière, et une nouvelle action juste, libère et cristalliseune portion de Conscience emprisonnée dans ce Moi, ce défaut.

De la sorte, l'éveil se fait graduellement, et le silence, l'état présent détaché, est plus facile à obtenir.

Il convient donc d’œuvrer des deux côtés en même temps.

Travailler tout le temps dans le détachement aux processus mentaux, et prendre du temps le soir ou immédiatement lorsque nous découvrons un Moi, pour étudier et dissoudre.

A nous de définir le temps que l'on prend pour étudier et dissoudre l'égo radicalement.

C'est le soir, après cette marche en Nature que je m'interrogeais sur mes difficultés à m'éveiller dans le plan astral. Je ressentais une certaine frustration et une interrogation sur mes difficultés. Quelles sont mes difficultés ?

Je ne parviens pas à rester immobile plus de 3h sans avoir des mouvements compulsifs du corps, qui laissent prétendre que je ne suis pas bien relaxé.
Il y a aussi un niveau d'identification au principe pensant encore trop grand.

J'identifie donc mes deux obstacles principaux comme :
- Le manque de relaxation profonde
- Un certain manque de concentration et de détachement du mental, malgré une nette amélioration depuis ces dernières semaines.

Je tomba un peu par hasard sur ce chapitre page 90 déjà lu, du V.M Samael Aun Weor : https://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr ... dicale.pdf

J'ai relu une partie, et je le compris sous un nouveau niveau de profondeur.

"Soi plus présent, soi encore plus détaché du principe pensant."

Oui je vois... Davantage de Silence du Cœur. Plus de continuité de propos, plus de discipline consciente.

Je ressentais une grande fatigue, j'allais donc me coucher pour méditer jusqu'à m'endormir comme à mon habitude.

Réveil à 4h30, mais cette fois-ci, je restais collé à mon matelas, terrassé par la fatigue et la rêverie.

Je plongeais en rêve, me réveillais naturellement, m’efforçais de méditer, mais replongeais très vite en rêverie. Ce manège se fit plusieurs fois dans la matinée.

Si je ne me lève pas vraiment, mon mental m'emporte très vite car je suis encore identifié en partie à mes rêveries.

Trois rêves principaux sont resté clairement en ma mémoire.

Le premier me plaçait dans un supermarché. Je devais remplacer une personne dont le rôle était de parader entièrement nu dans les rayons pour sois disant animer le magasin.

Je n'étais absolument pas motivé à faire ceci, mais il semble que c'était comme cela, je n'ai pas réfléchi à savoir si je pouvais décider de ne pas le faire. J'hésitais à porter des lunettes de soleil pour me "cacher derrière".

Je faisais mon travail qui devait durer quelque chose comme 45min. Cela me paraissait être des heures.

Je n'étais pas extrêmement humilié, ni narcissique. Je n'ai pas souvenir d'être dans un état de gêne ou de vanité particulier.

Je me souviens que les femmes étaient amusées de ce manège, et cela semblait fonctionner pour l'animation que voulait ce supermarché.

Une femme inconnue fut amusée et attirée par ma personne. Il n'y avait là aucune luxure morbide ni aucun désir luxurieux de mon côté. Je me rappel que nous avions discuté normalement durant mon "animation" et qu'une certaine affinité indescriptible s'était passée.

Je n'avais pas de désir de la revoir, ni rien de particulier, mais j'ai constaté que le "courant passait" au niveau émotionnel et intellectuel.

Cette femme était plus impactée que moi et je remarquais qu'elle avait ressenti la même chose que moi, mais en plus fort. Elle me le faisait comprendre et je lui reconnaissais avoir également ressenti une certaine complicité de caractère et "d'âme".

Elle parti du magasin naturellement.

2ème Rêve :
Je me rendais chez des proches. Avant de sonner, la femme me vit par la porte fenêtre et m'ouvrit. La jeune fille de cette proche femme était là. Elle ne se souvenait plus de mon prénom et plus trop de moi. Il faut dire qu'elle est âgée d'environ 7 ans et que cela fait quelques semaines que je ne l'ai pas vue. Elle m'appelait quelque chose comme "Michel" et lui dit " C'est Polo !" en lui posant la main affectueusement sur la tête, un peu étonné qu'elle ne se rappel pas de mon prénom. J'étais étonné, mais n'étais pas vexé pour autant.

Je me rendais dans les autres pièces, suivant la femme pour je ne sais qu'elle travail à faire. Cela devait être un service pour quelque chose en lien avec l'informatique.

Soudain, le conjoint et ami de cette dame arriva et nous nous saluâmes chaleureusement. Il me montra un endroit en travaux dans la maison.

Il y avait un très gros trou avec plein de conduites. Je trifouillais et une conduite se mise à fuir sévèrement.

Je disais qu'il fallait couper l'eau, mais la femme ne trouvait pas.

Tout devenait un peu confus et sans dessus dessous, mais globalement, je me démenais avec une grosse conduite d'eau qui fuyait très fort.

Le rêve se dispersa en un autre scénario plus ou moins lié.

Des anciens amis, avec de la famille était à une tablée. Je ne sais pas trop si c'était dans le même lieu. C'était un mélange.

Je me retrouvais à devoir prendre ma douche juste à côté de cette tablée. Je plaçais une serviette pour me dissimuler mais je n'avais du coup quasiment aucun espace pour me laver.

C'était étrange, absurde et j'étais dans un état plutôt embarrassé.

3ème Rêve :

Je ne sais plus si cela était lié au précédent.

J'étais dans une salle avec une grande tablée, le lieu changeait quelque peu.

C'était une fête. Des amis proches et moins proches étaient présent encore une fois (c'est pour cette raison que je ne sais plus si ce rêve est lié au précédent)

De vieux amis, souvent de l'époque du collège ou de la primaire.

Nous étions assez nombreux et les gens arrivaient progressivement.

Rien de particulier dans ce rêve, si ce n'est que j'ai le souvenir qu'une fille que je connais, avait un pincement pour moi dans ce rêve (et un autre rêve plus ancien).

La raison est que je supposais qu'à l'époque, je lui plaisais. C'était une fille relativement belle à mes sens.

J'étais plutôt touché par le fait que je lui plaise, mais personnellement, je n'essayais rien et n'étais pas dans cet optique. J'étais présent tout simplement, et cela ne m'importais pas vraiment.

Fin des rêveries, réveil brumeux et complètement à l'ouest.

Je ne sais pas si je dois accorder du crédit à ces rêves. Si je dois en tirer des éléments propices à me comprendre.

Au réveil, en repassant ces scénarios, je me suis dit que j'étais prêt à aller plus loin dans la mort du "Je". Que je me sentais prêt à attaquer un nouveau pan de mur de ma fausse personnalité.

Je me disais aussi que cela représente certainement un gros attachement à mon image. L'image de soi.

Je ressens intiment qu'il m'est nécessaire de percer cette image de soi. Que c'est l'actuelle barrière la plus problématique.

Ce qui à retenu mon attention est que ces rêves sont liés à mon image. Bien que je ne réagissais pas spécialement dans les rêves, tout tournait autour de "Moi".

Nu, réparateur de fuite (peut-être que la fuite représente ma faiblesse, qu'elle est problématique pour mon éveil), un désir inconscient de plaire (au femme comme aux amis).

Je crois en cet instant qu'il va me falloir m'attaquer à un gros morceau de ma personnalité, avec le bistouri de l'auto-observation et l'auto-critique.

Je suppose que tout ceci est lié à l'auto-importance, l'auto-considération.

Si je laisse l'égo parler avec l'intellect, il dirait "j'ai développé une certaine fierté de ma personne par des épreuves d'enfance, un renforcement de la personnalité qui ma permis d'éviter de souffrir du regard des autres. Sans cet endurcissement et certains astuces de vie, je serais encore raillé et humilié par les autres".

Sachant que ceci est une vision tout à fait égocentrée et qu'elle ne reflète pas la vérité vraie. Mais c'est ce qu'une partie de "Moi" pense.

Je m'interroge donc à savoir comment démarrer ce travail pour apprendre à voir avec clarté et vérité. Tout ceci est basé sur un passé assez lointain, et cela conditionne encore mon existence actuelle.

En plus de la discipline de l'éveil dans l'instant présent, je souhaite également activement méditer et m'auto-observer sur ce domaine.

Il est assez clair qu'une fois ce pan de mur abattu, ce journal se résumera à des récits objectifs.

Paix à vous tous, chers frères et sœurs du sentier.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Paul12
Messages : 599
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par Paul12 » 18 déc. 2019, 12:15

En cherchant un peu le sens de la nudité en rêve, je suis tombé sur plusieurs significations évolutive comme involutive.

A la lumière de mon observation intérieur et de ma manière de penser subconsciente, c'est chez Jung, élève de Freud que j'ai trouvé les meilleures réponses qui confirme en partie mon ressenti.

J'apprécie le travail de Jung car lui, contrairement à Freud, était très porté sur la spiritualité et l'ésotérisme. Il approcha également l'alchimie avec son approche purement psychologique. Il décrit les différentes étapes de l’œuvre (noir, blanche, jaune, rouge) etc... J'y vois donc une approche plus large que Freud.
Pour C. G. Jung, un tel rêve invite à se découvrir sans artifice, loin des carcans imposés par la société et l’éducation. Le rêveur se voit et s’accepte alors tel qu’il est.

Pour les judéo-chrétiens, la nudité renvoie à la pureté. A l'inverse, dans l’Islam, être nu(e) en public est signe de difficultés et de déshonneur. Elle est liée à la honte et au discrédit.

Rêver que l’on est nu(e) laisse entendre à la fois un besoin d’exhibition et une grande vulnérabilité, qui peut faire peur et que l’on a besoin d’affirmer. Le rêve le plus fréquent est celui où on se retrouve nu(e) dans la foule sous le regard des autres. Cela peut être une forme de puissance comme un aveu de faiblesse et de mésestime de soi. Mais être nu est aussi un besoin de revenir aux premiers temps de la vie et à un besoin d’être materné, consolé et aimé.
Je me retrouve tout à fait là-dedans.

Depuis mon "avancée", je suis, et ressens le besoin naturel, d'être sans masques. J'ai ôté un masque et cela me plait. Mais d'un autre côté, je sens que certains Moi ont encore peur du regard des autres et du jugement. Il y a encore de l'amour-propre lié au désir d'être aimé, sans doute.

Mon enfant intérieur innocent que je souhaitais tant retrouvé commence à revenir, grâce à la mort de l'égo, je suis en joie de l'accueillir et de vivre à travers lui, mais j'ai encore quelques craintes qui l'accompagne.

Je fais donc des rêves où les états inconscients sont un mélange entre "exhibitionnisme de se montrer tel que je suis" et "fond de crainte d'être humilié".

Il reste donc un travail sur l'amour-propre, la peur, l'image de soi.

J'ai également fait un rêve quelques jours auparavant ou je me croyais conscient. Je sautais pour voler tout en joie, et j'étais chez ma mère. L'endroit était assez différent, j'étais très attentifs aux détails. Je voyais beaucoup de choses mais peu utile à raconter.

Mais je posais une question étrange à ma mère : en quel année sommes-nous ?

Elle me répondit : En 1508, (ou 518, ou 1518, ou 508)

Elle était plutôt joyeuse.

Je ne suis plus sûr malheureusement de la date. En étudiant avec le calcul kabbalistique, j'y trouvais une arcane qui me parlait intérieurement, en lien avec ce que je vis, je ne sais plus son nom. Ce n'est pas "l'indécision" car je n'hésite pas. Je suis juste encore "dérangé" par d'autres Moi.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

shadow
Messages : 243
Enregistré le : 29 mars 2019, 21:53

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par shadow » 19 déc. 2019, 11:05

TT mes encouragement cher Paul,le regard des autres est souvent le regard que l'on se porte a sois même.

Paul12
Messages : 599
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par Paul12 » 19 déc. 2019, 18:25

Merci cher Shadow,

J'ai fait un autre rêve absurde où j'achetais une console de jeux à une personne pour noel. Elle valait 140€.

Je n'étais pas du tout dans une reflexion sur les rêves précédents.

Mais il est clair qu'en me réveillant, et voir limite pendant, je ressentais une partie de mon être retenir ce chiffre.

La date que m'a donné ma mère dans le rêve précédent était très certainement 1508
Calcul kabbalistique pour les arcanes :
1508 = 1+5+0+8 = 13
Nous pouvons encore réduire si l'on veut :
1+3 = 5

Console à 140€ :
1+4+0 = 5

Arcane N°5 (Je découvre tout de suite car je ne suis pas encore allez voir) = Le Pape (le Hiérarque)

Est-ce que ces associations d'idées sont utiles ? Absolument aucune idée. J'ai envie de dire que le but est au-delà de tout cela bien entendu. Mais est-ce que cela peut être utile pour mon cheminement ? Je vais étudier la question.

Axiome : « Je te connaissais par ouï-dire, mais maintenant mes yeux te voient et mon coeur te sent ».

Sens général : Anubis, l'Archonte de la Justice, la Loi cosmique, le Karma, la balance : miséricorde et rigueur de la Loi. 5 est le nombre de Mars, de la guerre, et du Pentagramme ésotérique (l'étoile à 5 pointes), signe de la toute-puissance divine et du Verbe fait chair. L'Enseignement, la Philosophie, l'Art et la Science.

Positif : domination de la nature inférieure pour épanouir la nature supérieure, négociations avec Anubis dans les tribunaux du Karma.

Négatif : rigueur de la Loi, ignorance.

http://www.don-et-compassion.com/arcane ... karma.html

C'est toujours une source d'enseignement.

J'y comprend qu'il faut toujours travailler dans les bonnes œuvres, pratiquer l'Arcane et dissoudre l'égo.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Paul12
Messages : 599
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par Paul12 » 07 janv. 2020, 19:19

J'ai traversé, et traverse des périodes où certains démons (égo) viennent me tourmenter.

Je m'identifie à eux et souffre par passade.

J'en suis content, car cela signifie que j'avance et que j'ai du travail à faire. Je n'aime pas stagner. Le jour où tout va très bien, ce n'est en général pas très "normal".

Je ne fuis pas l'état joyeux et serein bien-entendu. Je précise simplement qu'il y a toujours à faire. Et croire que tout va bien sous prétexte que durant quelques jours nous ne sommes pas tourmenté par nos Mois, c'est que nous ne travaillions pas, ou que nous avons un petit peu de repos avant de continuer notre révolution intérieure.

Nous cherchons le bonheur, la félicité et la Joie dans l'instant présent, mais aussi dans les victoires contre nos ténèbres. N'en déplaise aux fanatiques du "il faut fuir toutes confrontations avec soi-même et s'isoler dans un paradis illusoire".

Le chemin est fait pour les révolutionnaires, les courageux et les Hommes qui veulent la Lumière, même si cela nécessite d'être en confrontation avec notre laideur.

Le juste équilibre entre sérénité dans l'instant, et découverte, étude, compréhension et dissolution du Moi.

-

Je ne comprenais pas mes difficultés actuelles, mes tourments. Mais je réalise finalement après coup, que ces tourments sont directement liés à mon amour-propre. C'est donc la continuité de mon cheminement depuis ces quelques temps.

Durant mes méditations, toutes mes pensées sont tournées vers Moi. Je m'auto-fascine de mes raisonnements. "Mes pensées sont toutes puissantes et ma perspicacité merveilleuse. Je suis assurément un grand penseur, sage et inspirant tout ceux qui me coutoient. "

C'est sensiblement l'idée globale qui résulte de l'étude de mes pensées. Je suis un être à part, dans la mouise, mais possédant de grandes qualités de réflexions.

Vrai ou pas, c'est une sérieuse barrière à mon éveil. Mon auto-considération est très problématique. C'est ce genre de pensées qui m'empêchent de me relaxer et m'enfoncer dans le Silence Intime de mon Être Réel.

Je commente et explique tout ce qui m'arrive, je sais tout!

Malgré ma petite compréhension à ce sujet, malgré une petite évolution pour le silence méditatif, ce n'est réellement pas suffisant.

Tout mes tourments annexes sont directement liés à cette auto-considération. Je m'aime trop. Malgré une amélioration, je me sens avoir le pouvoir de mieux savoir penser que la personne elle-même. Et ce, pour toutes les situations.

Mon autre problème aujourd'hui, que je réalise davantage par rapport à avant, est que je me sens vraiment très égoïste et perso.

Je manque de Cœur et de considération pour les autres. C'est trop faible, c'est toujours teinté de la laideur de ma propre auto-considération.

Malgré ma volonté de vouloir aider et aimer davantage, je ressens un manque profond de cœur pour les autres d'un point de vue action pour son prochain. Je suis trop occupé avec moi-même.

J'ai compassion et cœur pour autrui, de manière générale, mais cela s'arrête aux pensées.

Je voudrais pouvoir agir sans crainte et aimer dans l'action mon prochain. Je ressens cela comme nécessaire à mon développement.

Il a des défauts ego-centrés qui doivent mourir radicalement.

Que mon Père m'accorde son aide.

Ce début d'année est classé sous le signe du décès par chez moi. Des connaissances plus ou moins proches s'en vont.

Je suis surtout atteint par la peine des autres. Moi personnellement, je n'en souffre pas vraiment, ce ne sont pas des amis très proches, pas suffisamment pour que cela m'affecte, peut-être, et je crois aussi que je suis relativement mûr à ce sujet, depuis le temps que j'expérimente cette facette de la Vie.

La mort n'est plus vraiment source de peine pour moi.

Mais je m'identifie assez vite à la peine des autres, la gorge qui se "serre". Je m'autorise de souffrir avec eux. C'est assez problématique, je pense. Ne pas s'identifier à rien.

Autre chose, c'est le départ d'un personne avec qui j'ai partagé quelques sorties. Un personne qui à été paralysée vers l'âge de 20 ans d'un accident de moto. Il n'était pas en tort, une voiture lui à coupé la route.

Il vint de mourir à 60ans.

L'église était remplie. Des gens de tout horizons.

Le curé fut également touché par son témoignage et d'un ton fort et engagé, il expliquait que cet homme était une personne rare à ces yeux. Éminemment christique dans sa manière de vivre.

"De ma vie de prêtre, je peux dire qu'il est rare de rencontrer des gens qui ont autant suivi le chemin du Christ dans leur humble vie quotidienne. Je remercie JP pour son exemple, durant mon homélie à 3heures du matin, je ressentais que cet homme était vraiment inspirant et exceptionnel de générosité"!

S'en suivait tout un tas d'exemples et de raisons à ces paroles. Mais il est vrai que cette personne avait toujours un regard attentif pour son prochain. N'hésitais jamais une seconde à aider et partager ses passions avec des inconnus.

Donc naturellement, lorsqu'il savait son heure arriver prochainement, il avait déjà tout préparé pour que ses proches ne manquent de rien. Jusqu'à son message d'adieu, très spirituel. Malgré qu'il était quelqu'un de simple et par forcément pratiquant ni "religieux".

Il exprimait l'Amour dans ses actes désintéressés, c'était d'un grand naturel chez lui. Son handicap n'existait pas.

Il donnait l'envie aux valides de Marcher et profiter de leurs jambes. Il inspirait beaucoup par sa simplicité et tout le monde l'appréciait.

C'est plutôt cet aspect qui m'a touché, moi qui souhaite savoir aimer avec simplicité. Cet homme à mis un coup de pied au cul d'un grand nombre de gens par son exemple de vie simple et tourné vers les autres.

Incroyable de simplicité et il était incapable de juger qui que ce sois. Bienveillance et simplicité, ces mots mis ensembles m'émerveille de leur Lumière.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

shadow
Messages : 243
Enregistré le : 29 mars 2019, 21:53

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par shadow » 07 janv. 2020, 19:36

Merci pour ton témoignage et ta sincérité ! Paix a toi

jerome
Messages : 425
Enregistré le : 04 févr. 2019, 17:45

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par jerome » 08 janv. 2020, 12:49

Bravo pour les progrès! Depuis hier soir, j'ai justement à lutter ça (autoconsidération) un peu + profondément, en lisant un Enseignement très clair à ce sujet dans La Volonté Christ : le probistme (environ p.11)

Amour Fraternel!

jerome
Messages : 425
Enregistré le : 04 févr. 2019, 17:45

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par jerome » 08 janv. 2020, 23:27

et aussi "La Psychologie Révolutionnaire" pp.99, 100, 101

jerome
Messages : 425
Enregistré le : 04 févr. 2019, 17:45

Re: Carnet de Route de Paul (PARTIE 2)

Message par jerome » 09 janv. 2020, 00:35

:oops: Désolé, alors que je la relis pour mon compte, je vois que la citation de la Volonté-Christ n'a aucun rapport avec ce sujet. Ce n'est pas ici que je voulais citer ce passage, j'ai interverti avec l'autre passage de la PR que j'avais lu le même soir :mrgreen: .

Répondre