Carnet de Route de Coralie

Apprendre comment faire un voyage astral : démarrez ici votre plan d'action.

Modérateur : Noe

Coralie
Messages : 21
Enregistré le : 19 nov. 2018, 16:33

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Coralie » 25 nov. 2018, 19:22

Retour sur ma pratique quotidienne :

Cela fait trois jours que je fais mes méditations matin et soir. Aux mêmes heures (7h à 8h et 17h à 18hh/18h30). Presque à chaque fois au bout de 20 min, des images oniriques commencent à m'emmener et je fini par perdre conscience quelques minutes puis rebelotte. Lutter contre le sommeil est vraiment désagréable. Au bout d'environ 15-20min ça passe puis ça va mieux. Ces images ne sont plus là. C'est le jour et la nuit. Dans cet état c'est agréable. J'ai encore quelques pensées mais assez espacées. Je sens mon corps endormi. Il reste toujours ma tête.

Dans cet état, je suis bien, le temps ne me dure plus. Je reste d'ailleurs souvent plus longtemps (environ 1h30 de méditation en tout, enfin en comptant la période à lutter contre le sommeil).
Mes pensées ne m'assaillent plus. Parfois je me sens partir dans une pensée de surface mais je me recentre facilement et je la repère assez vite.
Petit à petit mon corps s'endore un peu plus, je sens ma respiration un peu plus lointaine. Mais il est toujours difficile d'endormir ma tête durablement.

D'ailleurs un détail me surprend, quand je fais ma méditation allongée les mains droites le long de mon corps, lorsque mon corps est endormi, je sens à chaque fois mes mains posées sur mon ventre l'une sur l'autre. Alors que je suis sûr qu'elles ne le sont pas. Ce n'est qu'un détail, mais qui m'étonne à chaque fois.

Au bout d'un moment, j'ai aussi des genres de frissons qui me parcours le corps, de la nuque au coccyx. Je ne sais pas si c'est que mon corps physique à froid ou autre chose. Ce n'est pas désagréable au contraire.

Je me pause aussi une question concernant une phrase de Samael, dans le livre jaune il me semble, qui disait que durant les méditations, il fallait que le facteur sommeil soit présent sans quoi cela abîmait le mental. (Peut être ai-je mal retenue la phrase). Quelqu'un pourrait-il m'éclairer à ce sujet ? Que veut dire abîmer le mental ? Que le facteur sommeil soit présent signifie-t-il que le deuxième état que je trouve plus agréable n'est pas bon ?

Bonne continuation à tous dans vos pratiques,
à bientôt

Avatar du membre
Noe
Messages : 622
Enregistré le : 09 janv. 2009, 21:28

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Noe » 26 nov. 2018, 18:15

Bonjour chère Coralie,

Les dernières questions que tu soulèves ont leurs réponses dans les liens sur l'Intime. Pour le reste, ce ne sont que des phénomènes transitoires et éphémères.

Par contre, quelques notions sur l'oeuvre: "La Révolution de la Dialectique" pourront certainement t'aider à améliorer ta pratique de la méditation, ainsi que répondre également à certaines autres questions.

Voici donc un lien pour savoir comment méditer pour atteindre le silence du mental qui provoque l'éveil de la conscience, l'éveil de la bouddhata:
http://www.don-et-compassion.com/commen ... dhata.html

A bientôt, chère Coralie, dans le Silence du mental et la félicité de l'Intime.

***
Image
Lorsque le Coeur s'ouvre à la Compassion,
Les fleurs de la félicité fleurissent dans tous les coeurs.


Disponible via skype pour toute aide pratique.

Coralie
Messages : 21
Enregistré le : 19 nov. 2018, 16:33

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Coralie » 26 nov. 2018, 23:12

Merci Noé, c'est vrai que j'ai commencé à étudier les liens aujourd'hui (je ne les avais pas encore lu quand j'ai posté ce message). Et j'ai en effet déjà trouvé quelques réponses. Je continuerais demain. Merci de prendre le temps de m'aiguiller vers le site qui est une grande mine d'informations mais je ne sais pas toujours par où commencer, ça m'aide beaucoup.



Sinon je voulais partager avec vous une discussion avec mon ami qui m'a bien aidée pour mes méditations.

Ça partait de l'énervement que j'ai à m'endormir durant mes méditations, alors que lui peut rester plusieurs heures à méditer sans problème (c'est même le contraire, il a du mal à s'endormir le soir).

Je lui ai demandé comment il "mettait" ses yeux, ou plutôt où il mettait sa conscience quand il méditait.

Pour moi il y a trois solutions:
- en surface, juste derrière les yeux clos à fixer le noir (en se concentrant pour faire le point dessus, je suis myope donc je vois des "étoiles" quand je ferme les yeux ou dans le ciel bleu, je fais le point
dessus)
- en surface derrière les yeux clos mais le regard dans le vide, sans fixer, moins énergivore je trouve
- vers l'intérieur la conscience plus au centre de la tête, plus de lien avec les yeux, mais plus proche du son du cerveau

Dans les deux premiers cas, je me situe encore facilement dans mon environnement, dans le troisième je perd la notion d'espace et je suis plus dans le noir intérieur.

Jusqu'à maintenant je pensais qu'il fallait opter pour la troisième solution car sinon les yeux bougent et je croyais que cela empêchait le corps de s'endormir. Mais avec cette solution, sans repère, j'ai tant de mal à rester consciente plus de 30min.

Mon ami m'a dit que non, la dernière "position" que j'ai énoncée était pour lui seulement pour dormir et que c'était normal de s'endormir en faisant ça. Que les deux premières permettent de rester conscient/éveillé et de regarder le corps s'endormir tout en étant bien là.

Du coup je me dis que je n'avais rien compris. J'ai testé hier soir au coucher, et c'est vrai que je suis restée éveillée au moins 20min jusqu'à ce que mon corps me "teste" en me grattant ou en me donnant une envie insupportable de bouger/déglutir. (D'habitude le soir je ne suis jamais spectatrice de cet état et je m'endors avant). J'ai bien résisté jusqu'à ce que ça passe mais après ça trou noir, je me suis endormi. C'est encourageant.

Ce matin lors de ma méditation de 7h à 8h, je ne me suis pas du tout endormie. Le soir c'est toujours plus fastidieux.

Et vous concernant cette "position" des yeux/de la conscience, comment faites-vous ?

Avatar du membre
Paul12
Messages : 602
Enregistré le : 20 déc. 2016, 12:20

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Paul12 » 28 nov. 2018, 08:20

Bonjour Coralie,

Je t'avais répondu hier mais par la fatigue, ma réponse prêtait à confusion. Alors j'ai préféré supprimer pour mieux te répondre.

Il y a effectivement des détails dans la posture qui peuvent aider lors de la pratique. Néanmoins, avec la pratique nous pouvons constater qu'en général, c'est plutôt le raisonnement intellectuel lié au doute, à la paresse etc... qui met les d'obstacles, même ceux qui sont liés au corps (picotements, agitation, etc...)

C'est pourquoi, dans tes choix de postures, il te faut comprendre que le seul but est d'être absolument détendu.

Pendant que tu te poses la question de savoir si tes yeux sont biens positionnés, tu n'es pas détendue mentalement. Puisque tu doutes.

A ton niveau, c'est normal de chercher la meilleure posture, alors ce n'est pas grave de se poser ce genre de question. Mais je te dit cela pour que tu comprennes que beaucoup reste stoppé à ce niveau. Ils développent le doute, pensant qu'ils ne font pas correctement les choses, alors ils stagnent.

Or la posture en elle-même n'est vraiment pas la recette miracle, mais plutôt un avantage pour y arriver plus facilement.

C'est vraiment dans le détachement au principe pensant que la clé se trouve.

Alors voici mon avis personnel à ce sujet,

La position des yeux peut aider à nos débuts. Pour ceux qui méditent assis, nous leurs faisons remarquer que lorsque nous relevons légèrement la tête et le regard, cela nous aide à ne pas somnoler.
Par conséquent, lorsque l'on se sens somnolent, on peut dès le départ adopter une posture un peu relevé.

Si au contraire nous sommes agité mentalement et physiquement, nous pouvons baisser légèrement la tête et le regard.

Ce sont de petites astuces qui peuvent aider au début. Tu peux les appliquer même allongée, mais au moment de commencer ta méditation, puisqu'il faut rester immobile.

Concernant la bouche, il est recommandé, fortement, d'avoir la bouche ouverte, au moins légèrement, comme lorsque tu dors profondément. La raison est qu'une bouche maintenue fermée garde toujours une légère tension, qui peut poser problème.

Pour te donner un exemple, des disciples de Samael Aun Weor lui ont demandé s'ils pouvaient le prendre en photo durant un état de Vide Illuminateur.

Samael ayant accepté, les disciples ont pris une photo qui à circulé sur internet où l'ont pouvait voir le Maître, en position semi-allongée sur son fauteuil, bouche ouverte, en état de Samadhi.

Parce qu'ainsi, il était parfaitement détendu. Tu remarqueras que le crâne, la bouche, est un endroit souvent tendu. Il faut y prêter attention.

Comme lorsque tu penses fortement, tu peux remarquer que la tête est raide, la langue bouge de manière imperceptible car la pensée qui bavarde fait bouger la langue. D'où l'intérêt de se détacher du principe pensant en étant dans l'auto-observation.

On peut objecter que certains bouddhistes ont la bouche fermée lorsqu'ils méditent, souvent dans la méditation Zen. Mais c'est une erreur pour atteindre le Vide et l'état de demi-sommeil facilement.

Alors que faut-il retenir ?
Priorise la détente complète du corps.
Si tu t'endors trop vite, peut-être devrais-tu essayer de méditer plus tôt ou moins tard, si possible.

Personnellement, j'ai mis du temps avant de remarquer que mon horaire idéal était autour de 20h. Ni trop fatigué, ni trop réveillé.

Très tôt le matin, je m'endormais rapidement, trop tard le soir, pareil.

C'est plutôt bien quand on maitrise déjà bien, mais à nos débuts, on sombre assurément.

Malgré tout, tôt le matin aide à avoir le corps détendu.

C'est donc vraiment à toi de faire comme tu l'entends, en gardant simplement à l'esprit que le corps doit être détendu, AINSI que le mental !

C'est-à-dire qu'il ne faut pas douter, s'identifier à ses propres pensées, émotions, désirs etc... Tout laisser passer sans s'attacher à rien.

Tu peux t'encourager en lisant ces témoignages :

http://www.don-et-compassion.com/voyage ... nages.html

Et tu peux en lire d'autres dans la colonne de gauche de cette même page.

A bientôt, chère sœur.
Image
Que celui qui pleure et souffre véritablement demande consolation et réconfort auprès de ses Parents Divins. De l'observation intime naît l'humilité, de l'humilité naît la Compassion, de la Compassion naît l'Amour.

Sophia
Messages : 304
Enregistré le : 13 oct. 2015, 03:58

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Sophia » 28 nov. 2018, 12:59

Bonjour coralie...
Perso je ne me suis jamais questionner sur les yeux, comment il fallait être etc, cela est déjà la détente du mental, se détendre et arriver à être très très relax est le mot d' ordre. Se détendre en physique, en tout, comme si on ne faisait plus partie de rien du tout. Je ne peux expliquer veritablement.

Il m' arrivait et m' arrive parfois de juste fermer les yeux et de voir des couleurs et voir au niveau milieu, une scène, des images, et la aucun commentaires, j' observais cette scène et çà m' arrive vraiment en étant très détendue en tout. la position pour la colonne droite peut être assis et en tailleur, pas besoin d' avoir des asanas yogiques, cela n' est pas tjrs evident pour un occidental non habitués aux postures de yoga.

Cela m' est arrivé de ne pas être en mode faraon, mais vautré dans le lit sur le côté droit position recroquevillé et sans m' y attendre et de sortir, vas savoir comment, d' ou je pense la détente du corps et du mental que j' ai retenu.
Les postures sont la pour nous discipliner, pour faire circuler les énergies certainement, nous faciliter la tache et nous donner plus de chance, aussi l' immobilité est la plus importante en tout et arriver à ne plus sentir ce corps physique et demande de rester ltmps en méditation.
On peut arriver à un résultat de détente extrême dans diverses positions, certains y parviennent, en fonction de leur aptitude.

Faire du yoga, étire le corps, les muscles comme le stretching et a son importance. les indiens le fontet fait partie de leurs spiritualité pas par hasard.
Le maître saw donne des exercices orientaux, comme les rites tibetains très bénéfiques , il nomme cela la lamaserie, comme les 5 tibétains mais avec des mantras en interne pour s' autoguerir et nous aider spirituellement, ainsi on discipline le corps physique et on sombre moins en paresse.

Je te conseillerais aussi le jeune, non obligatoire, mais conseillé, le jeune tout doux, d' une journee, de 12 h, puis de 24h, aussi il faut se preparer pour un nouveau.
Par ce procedé, on met le système digestif au repos, ce système est un grand bouffeur d' énergie, et de temps en temps lui donner du repos est bénéfique... on est pas obligé de faire un arrêt total draconien, mais boire des bouillons maisons sans légumes, on dira eau des légumes cuits, des purs jus coupé avec eau, un jus de raisin par ex etc. Cela ne peut faire que du bien au niveau de la santé et faire de temps en temps, recharge les batteries et purifie le corps de ses toxines.
Un plus pour préparer le corps en physique et l' esprit. Après attention pour le jeune , il faut prendre en considération sa santé, ses pathologies etc etc, cela se prépare en amont. Il existe bon nombres d' ouvrages a ce niveau afin d' éviter de faire des gaffes. Je m' étais inspirée à une époque d' un livre d' une certaine Lacoste , les surprenantes vertues du jeune.

Il faut savoir que lorsqu' on veut mediter, le ventre ne doit être plein ou en pleine digestion. Si c'est le soir, il faut mangé tôt et peu, des legumes de preferences, loin de la méditation.

On m' a tjrs dit que je suis une poule, je mange très tôt, a 18 h qd le soleil se couche, bien souvent, benefique si je médite le soir, parfois je fais un seul repas a 4 heures, ou des repas tt petit et fractionne, parfois le jeune de h24, mon entourage ou amis me disent tjrs , que je manges mal. Il faut passer outre cela, on connait mieux que les autres, nôtre propre corps, et on saura de toute façon ce qu' il faut ou pas pour nous.
A force de faire et de tester, on sait. Il m' est arrivé de jeuner pdt 3 jours , voir presque 4. En préparation en amont, donc tt cela n' est pas une affaire des autres, mais d' une préparation et une habitude sur le long terme. Et dire qu' avant, je pensais qu' on ne pouvait se passer de nourriture, lié à des preparations physiques, et surtout spirituelle.
Chacun doit faire ses propres expériences et éviter de copier untel. C' est une piste permettan aussi de se contrôler et faiblit l' ego de gourmandise, penser aux pauvres etc etc et surtout personnel.

Pourquoi tte ces recommandations et conseils ? A une période ou je faisais plus ces jeunes et regulierment, je sortais plus facilement, nous etions un groupe qui travaillait sur nous même en pratique et on a décidé après maintes préparations de faire h 24, le jeûne, bcp de clés de sol , rappel de soi etc, et effectivement , je ne peux t' expliquer tt ce qui se passait au niveau énergétique interne, mais je vivais des choses assez mystiques, de clairvoyance, de sorties en excès etc et j' en passe.
Bien entendu cela n' a pas fait de moi , une experte en la matière, je suis encore très loin de tout et me considère comme une débutante toujours.
Les égos sont tjrs la. Mais l' expérience vécue, je pense que moins manger nous est bénéfique dans notre quête spirituelle.

Faut dire que maintenant j' ai appris à manger moins, voir pas du tout parfois dans la journee etc, cela s' acquiert avec le temps. Très peu de viande etc. Très peu de tout. Un travail de longue haleine pour faiblir l' ego de gourmandise et épicurien de ma personne.

A mon avis sortir en astral et aller très loin dans la spiritualité est une question de sacrifice sur le matériel, notre vie et notre corps avant tout
Soit on est Trop attaché à ce corps physique, soit par la peur de le perdre etc ou les deux meme, sans oublier la paresse freine notre entraînement quotidien,
hier soir j' ai eu comme une peur en allant au toilette :lol: pourquoi, je ne sais ?? , milieu de nuit, alors que cela m' arrive jamais, peur du sombre par ex.
Il faut que je médite dessus, et cela me freine encore pour les sorties.... Le mental encore ! j'ai fini par prendre le dessus , Je ne sais, cela montre bien qu' on est encore attaché à ce corps et qu' il nous arrive difficilement d' avoir ce lâcher prise total sur nous même et nous fait dormir encore et encore. d' ou un rappel de soi constant pas toujours évident. Et un travail en profondeur sur nos divers egos en parallèle.

Il est une force parfois qui arrive en nous, je dirais, cette force est une sorte de "foi" ou on soulèverait des montagnes associé à ce lâcher prise du corps, est cela le secret de bien des sorties. On sait qu' il va se passer un quelque chose, une sorte d' impulsion ou une voix qui dit : tu somnole, vas mediter. Et qu' a ce moment , on le fait et on vit des choses assez mystiques. Un appel de l' Etre.
Cette petite voixl , il faut l' écouter et rentrer en méditation... raison pour laquelle j'apprends a écouter cette force ou petit voix, si je devais aller faire un quelque chose de profane, je le laisse de côté , pour aller mediter que je vis la sortie. Il faut savoir observer cette situation.

Il est bon de se programmer certe un créneau horaire, mais il est aussi bon de bien observer dans la journee et si on peut écouter, voir cet appel de somnolence pour entrer en méditation, ce sera bénéfique. Quitte a mettre tout de côté.. le ménage, le fone etc

Si je parle de tout cela, ce sont des expériences vécues et non lues tt simplement, mais comme chaque tête est un monde dirait ce cher Noé, alors il est bon de faire sa propre experience, de prendre ce qui a prendre et de le vérifier par soi même.

Courage coralie et sois perseverante, une qualité que je n' ai pas toujours parfois.

Coralie
Messages : 21
Enregistré le : 19 nov. 2018, 16:33

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Coralie » 30 nov. 2018, 18:58

Bonjour Sophia et Paul,

Merci de prendre autant de temps pour m'expliquer tout ça. Ça m'aide beaucoup.

Sophia, J'ai déjà plusieurs fois essayé le jeune (plusieurs fois 2 jours, mon maximum étant 4 jours). Sinon dans la semaine je fais ce que certains appellent le jeune intermittent, qui consiste à manger assez tôt le soir et ne pas manger le matin.
Je te rejoins sur le fait que mon esprit me semble plus clair et calme en période de jeune. Du moins plus énergique. Je le faisais aussi pour diminuer l'ego de gourmandise et sa fonctionne bien, mais ma gourmandise revient vite.
Tu as raison je fais refaire un jeune de quelques jours régulièrement, et surtout surveiller cet ego de gourmandise.
Et bien ma chère Sophia, je suis loin de te considérer comme une débutante (tout doit dépendre du point de vue, pour l'instant vous êtes des modèles ;)

Je ne parviens pas encore à faire assez de rappelle de soit et de clés de Sol dans la journée, mais chaque jour un peu plus que la veille...c'est déjà ça.

Je ne pensais pas que les envies de somnolence étaient des appels à la méditations. Puisque j'ai tendance à m'endormir, jusqu'a maintenant, je choisissais plutôt des moments où la somnolence était absente. Je vais essayer de repérer ces moments là pour essayer.

Suivant vos conseils, je fais maintenant une méditation allongée le matin et le soir assise (en tailleurs sur mon lit). Je vois bien la différence. Et même si la position est difficile à tenir 1h (moins confortable et tension dans le bas du dos), je suis beaucoup plus consciente et présente dans cette position. Je pense que je vais aussi passez à la position assise le matin car allongée, je n'arrive pas à rester consciente toute l'heure et je fini par lutter et me faire emporter sans le vouloir. Au moins le temps de réussir à me dissocier de mes pensées, je repasserai à la position allongée quand je serai plus avancer dans la dissociation avec mon mental.

Merci de répondre à mes questions, même si elles sont parfois un peu naïve. Je comprends tout à fait ce que tu m'expliques Paul. Je vais mettre en pratique l'astuce de la bouche semi-ouverte, c'est vrai que ça ne m'était pas venu à l'esprit d'essayer.

Je garde donc à l'esprit que la posture du corps aide juste à la détente. Ensuite c'est un travail intérieur et surtout de calme mental, une fois la posture choisie/adopter on y pense plus.

Tes sorties dans diverses positions en sont en bon exemple Sophia. Merci de partager vos expériences :)

J'essaie d'être persévérante et patiente, je ne laisse pas ma paresse prendre le dessus, et je ne laisse pas un jours sans méditation. Une fois que ça devient une habitude c'est plus facile, on le fait sans se poser de questions :)

Courage à vous tous dans votre pratique

Coralie
Messages : 21
Enregistré le : 19 nov. 2018, 16:33

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Coralie » 01 déc. 2018, 23:20

Méditation du jour :

La méditation assise me donne plus de facilité à rester consciente.

Ce matin, j'ai encore médité allongé, mais après 45min il m'est très difficile de rester consciente. Pourtant je sais que ce n'est qu'une question de volonté, qu'il ne faut pas laisser place à la paresse. Que c'est bien moi qui décide, mais pourtant, je perds conscience quelques instants, puis je reprends conscience en sursaut, m'apercevant que malgré mes efforts, j'ai lâché. Alors je continue. Je pense que la méditation allongée est quand même un bon exercice.

Je comprends bien que l'objectif est que je réussisse à me dissocier de mes pensées, du principe pensant. Jusqu'à maintenant, je me laisse assaillir et je ne m'aperçois qu'une pensée est là que lorsque j'ai commencé à dérouler le fil de cette pensée. Je vois difficilement comment m'en dissocier.

Durant ma méditation de ce soir, j'ai alors essayé de me "reculer" par rapport à mes pensées. Ce qui n'est vraiment pas facile pour moi. Je ne sais pas trop comment faire. J'ai essayé de saisir l'instant juste avant qu'une pensée n'arrive, pour mieux connaître le processus, et "sentir" quand une pensée arrive pour ne pas me laisser happer. Dans un premier temps, j'ai juste mis une étiquette/ un thème /un mot sur chaque pensée quand elle arrivait, en la laissant passer devant moi sans m'y accrocher, sans en savoir plus.

En faisant ça, j'ai l'impression que mes pensées sont plus nombreuses que lorsque j'essaie de les éviter. Mais là je parviens à juste les voir passer, sans m'y accrocher. Alors que lorsque je les évite, je m'accroche à celle qui me parviennent sans toujours m'en apercevoir, j'entre forcément quelques secondes dans la pensée, puisque je ne l'ai pas vu arriver, dés que je m'en aperçois je me recentre sur le son de mon cerveau ou mantras. Ça doit être comme faire l'autruche, je m'aperçois qu'elle est là quand c'est déjà trop tard, sans la voir venir.

Après un moment à regarder les pensées passer en voyant seulement le thème mais sans entrer dedans. J'ai essayé d'affiner cette perception, pour "sentir" la pensée arriver, afin de la regarder passer, sans même savoir de quoi il s'agissait. J'ai l'impression qu'avec de l'entrainement, ça doit fonctionner, et me permettre de rester calme, centrer à apercevoir mes pensées passer au loin, sans y porter d'attention.
Je vais m'entraîner durant mes méditations assises.

Je ne sais pas si c'est une bonne chose, je vais vite m'en apercevoir si ça ne l'est pas. Je reviendrai à ma concentration de base sur le son du cerveau, en essayant de réduire le dérouler des pensées que je suis.




Autre chose, je me suis aussi souvenu de la manière dont j'avais atteint l'un des sept niveaux d'extase que l'on peut atteindre en méditations (expérience que Noé m'a expliqué dans les messages précédents)

Je ne sais pas si cela vous arrive ou si c'est dû à mon mental qui pense trop. Mais depuis que je suis petite (primaire/maternelle). Il m'arrive de regarder dans le vide (en regardant les gens passer par exemple, ou plus tard lorsque quelque chose me stressait), et de me poser plusieurs questions en même temps, pour saturer mon cerveau du type : et si tout ça n'existait pas ? et si il y avait rien ? Le vide ? Si je n'existais pas ? Je ne serait pas là pour y penser ?
Et là je me retrouve en suspend, en genre d'état mélancolique, avec une image de l'univers devant les yeux (enfin pas statique, l'univers en mouvement mais très lent) et pas vraiment devant les yeux car ils sont ouverts, en superposition, comme une image dans ma tête.

Je ne sais pas si c'est très clair.

Donc j'étais en méditation et je me suis mise dans cet état un petit moment et ensuite c'est l'expérience "d'extase" que j'ai raconté dans le premier message de mon carnet.
Depuis cette expérience, je n'arrive plus à me remettre dans cette état, puisque les questions "et si rien de tout ça n'existait....etc" n'ont plus lieu d'être.

Don-et-Compassion
Messages : 22
Enregistré le : 02 sept. 2018, 12:06

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Don-et-Compassion » 02 déc. 2018, 02:17

Bonjour Coralie,

Pourquoi ces questions n'auraient-elles plus lieu d'être ?

Ta méthode s'apparente a un Koan. Je te laisse te renseigner à ce sujet. http://gnosis.gnose.samael.free.fr/text/CB18.html

A bientôt !

Sophia
Messages : 304
Enregistré le : 13 oct. 2015, 03:58

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Sophia » 02 déc. 2018, 12:22

Bonjour coralie, c'est bien que tu en parles et que Noé réponde aussi, je vais profiter pour suivre le lien et lire aussi. Merci noé.

En te lisant hier soir, me suis dit la même chose que Noé, pourquoi elle ne se base pas sur cette expérience et le refaire puisque tu sais et tu l' as déjà vécu avec des résultats.

Ces questions dont tu poses, je ne sais pour les autres, mais tout comme toi, je me les posais déjà bon nombres de fois petite..Et Encore souvent aujourd' hui, et puis je me dis je dois être un peu fillette, fofolle..... je crois que tout enfant fait cela...
Et bien souvent qd je vais dans un endroit rempli par la foule, je me sens la physiquement sans être la dans ma tête, on dirait que tout tourbillonne, et c' est la je suis assaillie par les questions dont tu fais mention, je suis ravie que je ne sois pas la seule, c ' est un sentiment etrange, on est comme ailleurs, mais je ne ressens pas cela comme de la rêverie, comme si tout ce qui nous entoure est invisible ou le contraire, je suis invisible et je n 'ai aucune espèce d' importance. Et on se dit tout cela est invisible, n' existe pas du tout, je ne suis rien, ils sont rien, de l' irrrel etc etc etc on est la, mais sans être la. :lol:

Parfois qd on médite, cela arrive aussi, je sens tt tourbilloner, et je me sens absente, une sensation assez bizzare, comme si on sentait la terre tourner et nous on tourne aussi avec elle, puis on existe pas, on est rien, je ne peux vraiment expliquer cette sensation.. je pense que tout cela fait partie du processus d' eveil ou de la spiritualité, il faut vivre ces sensations, sans trop se prendre la tete ...

Contrario à ce que tu penses, ce n' est pas avec qqes experiences mystiques ou sorties sporadiques qu' on peut dire on n' est plus débutant, on a peut etre eu des vies avant ou on a commencé un petit peu et la on continue a son rythme.

je me sens toujours ainsi, une grande debutante, car je ne sais ni le début, ni la fin c' est quoi, et tant qu' on a pas l' éveil a 100%et en continue, ni trouver son maître en astral etc etc et egos éradiqués à outrance, je préfère encore et encore me considérer comme une débutante. du moins c' est ainsi que je vois les choses.

J' aurais du te poser la question du jeune avant de t' en parler, si tu le fais, mais suis allee dans un jugement de : elle ne doit savoir ce que c' est le jeune et ses effets bénéfiques, je vais lui en parler pour l' aider. Je m' en excuse. Alors si tu es à ce niveau d' expérience du jeûne, tu ne peux qu' avancer bel et bien, surtout que depuis qqes temps, je constate tu avances très bien déjà et persévère, mine de rien cela me donne du boost aussi et
m' aide bcp.
Surtout Quand je lis les autres cela m' encourage à continuer.

Ha l' ego de gourmandise ! Un truc plus de fille alors ? Quellle difficultés de ne pas craquer devant un gâteau et de se resservir, je te rejoins , c' est difficile parfois, surtout si le rappel de soi absent. On dirait on devient super égoïste et on se fiche du monde qui nous entoure, quelle contraste !

Continue à nous aider ainsi et bonne continuation coralie, ainsi qu' aux autres.

Coralie
Messages : 21
Enregistré le : 19 nov. 2018, 16:33

Re: Carnet de Route de Coralie

Message par Coralie » 02 déc. 2018, 16:00

Bonjour Noé et Sophia, Je vous remercie beaucoup pour vos réponses.

Oh surtout Sophia ne t'excuses pas, ta piqûre de rappel sur le jeune m'a été bien utile, car ça fait quelques mois que je n'ai pas trouvé le courage de faire un jeune long. Et ces derniers temps l'égo de gourmandise est bien présent, et je n'y prête pas assez attention. Alors au contraire, ça m'est bien utile (et je pense que ça peut aussi servir à d'autre alors merci !)

Merci bien Noé pour ce lien ! Le Koan correspond bien à ce qui se passe en moi. Je vais essayer de le reproduire. Je ne sais pas pourquoi je n'y parviens plus ces derniers temps. C'est comme si puisque j'ai expérimenté le fait d'être le "vide" et que j'y étais bien, ces questions n'ont plus autant d'impact. C'est comme si cette preuve que tout ça existait (et bien plus) m'empêchait de trouver ces questions judicieuses.
Je vais pratiquer encore et encore pour y parvenir de nouveau :)

Contente que toi aussi cela te parle Sophia. Ce que tu décris correspond bien à la sensation que j'éprouve dans ces moments là : avoir l'impression d'être rien et que tout est faux.

Répondre