Conseil Hebdomadaire

Découvrir et Comprendre un défaut nécessite de sérieusement remettre en question un aspect de notre psychologie, avec sincérité. Puis d'observer notre manière d'agir au sujet de cet aspect suspecté mauvais. Cette observation ciblée, sereine et détachée, mène à la compréhension directe et radicale d'un défaut

Ces merveilleuses entités de Philippe de Ségur

Comment faire un voyage astral ? Expériences, méthodes, témoignages, technique voyage astral.

Modérateur : Noe

Répondre
Avatar du membre
Jean Pascal
Messages : 709
Enregistré le : 25 mai 2010, 09:14

Ces merveilleuses entités de Philippe de Ségur

Message par Jean Pascal » 01 avr. 2014, 21:43

(Le déclencheur de sa prise de conscience est aussi une mort clinique)
ces merveilleuses entités.jpg
ces merveilleuses entités.jpg (68.66 Kio) Vu 1519 fois
Tables de matières

Ni biographie ni roman (Matérialisation d’une entité, Je compris que c’était son fantôme, Je ne crois que ce que je vois).
Un “malheureux” accident qui a changé ma vie (Depuis, je n’ai plus peur de la mort)
Ma création d’entreprise
Premières expériences télévisuelles (Des tunnels à entités, Couloir de la mort ou tunnel de lumière ? Il faudrait être fou pour ne pas y croire, Pourquoi moi ? Le médium-photographe, Photographie qui devait être un scoop, Elles nous révèlent le futur)
Orbes et entités (Photos ayant les caractéristiques de mort violente, Ces entités qui veulent une photo...)
L’image et même le son
Entités farceuses ?
Entités ou extra-terrestres ?
Les entités sont elles sociables ? (Le “pack-man”)
Les entités peuvent-elles nous harceler ?
Qu’en est-il des entités d’animaux ?
Le bien et le mal
Sauvé de la mort par un fantôme
Triste histoire, joyeux fantômes
Photo de famille (Bientôt la transcommunication grand public ?)
Quand mon père se manifeste (Orbes en déplacement)
Un château qui réserve bien des surprises (La “dame blanche”, Un bon détecteur d’entités)
Ma mission la plus noire
Elle ne savait pas qu’elle était morte
Des photos par milliers (Photo mystère)
Un passage. Vers où ?
Un guide
Multiplication d’orbes
Quand les célébrités s’en mêlent (Aussi éblouissant après la mort)
Le mot de l’éditeur

Un “malheureux” accident qui a changé ma vie

Un jour de juin 2008, à la suite d’un effort musculaire et une douleur trop intense, j’ai été victime d’un malaise cardiaque. Je me suis retrouvé survolant mon corps. J’étais dans une sorte de nuage, une sensation enivrante que je n’arrive pas encore à expliquer aujourd’hui.

Je voyais tout ce qui se passait dans la pièce et partout dans la maison en même temps, je voyais ma femme et ma fille, affolées, téléphonant au secours, c’était la panique générale dans la maison et moi j’étais là, flottant.

Quand cette lumière puissante et aveuglante est apparue et m’attirait comme un aimant. Je me laissais paisiblement porter, apparemment monter quand soudain quelque chose de violent m’attira en arrière. Ce fut le résultat d’un massage cardiaque que ma femme pratiquait sur moi. Au moment où je repris mes esprits et où mon cœur se remit à battre, mon corps fut pris de convulsions violentes qui me soulevaient du carrelage.

J’étais de retour, direction les urgences.

Je restais sous le choc durant quelques jours et la question qui me revenait sans cesse et qui est aujourd’hui encore sans réponse est : « Pourquoi moi, qui aime autant ma famille et la vie, me laissais-je porter ainsi vers cette lumière sans la moindre réaction ni même l’envie de revenir ? »

J’avais toujours eu l’image de la personne qui au moment de mourir se raccrochait au moindre fil pour que cela ne lui arrive pas.

Depuis, je n’ai plus peur de la mort

J’apprécie encore plus la vie et ne suis pas pressé de la quitter.

Au cours des mois qui suivirent, les évènements s’accélérèrent. Je voyais de plus en plus d’entités autour de moi, mais cette fois-ci une sorte de contact commençait à se produire, on ne peut pas parler à cette époque de vraies communications comme je les vis aujourd’hui, mais une forme de dialogue s’installait, par le biais d’un pendule.

Quelques jours après mon accident je tenais en main un gros porte-clefs qui se mit à tourner rapidement dans ma main. C’était le début de mon aventure.

Depuis plus de vingt ans je disais sans cesse à Marie-France, ma moitié, que la vie que je menais, n’était pas ma vraie vie, je me levais en pleine nuit et savais que je passais à côté de quelque chose d’important.

Il a fallu que je frôle la mort pour comprendre le but de mon existence.

Répondre