Calme mental et Vue profonde

La méditation, pourquoi et comment méditer, exercices de méditation... Des questions, c'est ICI.

Modérateur : Noe

Répondre
Avatar du membre
Lot
Messages : 673
Enregistré le : 12 janv. 2009, 10:55

Calme mental et Vue profonde

Message par Lot » 04 avr. 2012, 12:47

Très Chers Amis,

Le Bouddha Gautama a dit :
« Cultiver exclusivement la stabilité méditative, n’éliminera pas la discrimination de l’inhérente existence.
Les afflictions mentales reviendront,
Créant une multitude de perturbations. »

Sa Sainteté le Dalaï Lama parle :
« Le calme mental a le pouvoir de faire disparaitre les émotions contre-productives, mais il ne les élimine pas complètement. Pour cela, il faut recourir à l’introspection ou à l’exercice de la vue profonde. »

Dans nos cours de méditation, nous invitons les personnes à découvrir dans leur pratique comment atteindre une stabilité mentale sans toutefois négliger l'introspection. Tant que nous ne sommes pas capables pendant le temps de la pratique, de maintenir le mental souplement dans un état stable, non agité, imperméable aux innombrables distractions, nous devons persévérer encore et encore.
La nature du mental animal est de se concentrer par le mécanisme psychique de l’identification.
En l’état de notre psychisme, il ne me semble pas un abus de langage que de remplacer le terme de concentration par celui d’identification.
Lorsque nous nous identifions à un film qui nous passionne, il peut se passer plusieurs heures sans que nous soyons incommodés pour autant, alors que 10’ assis en fermant les yeux peut paraitre terriblement long et ennuyeux. Les deux attitudes procèdent de la fantaisie.
La stabilité mentale est atteinte lorsque nous comprenons comment agit ce mécanisme d’identification.
Au départ, nous nous identifions à un support, respiration, image, son, etc..
Cette identification produit une réaction, puisqu’une identification en appelle toujours une autre dans notre psychologie éclatée.
La résistance que nous opposons à la réaction inattentive renforce la bataille du mental.
Notre observation peut et doit se déployer sur ce mécanisme psychologique épouvantable.
A force d’observation va naître la compréhension, et avec elle une pleine concentration, mais il faut pour cela beaucoup pratiquer, tous les jours avec cœur.

Pourquoi sommes-nous capables de rester chaque jour pendant des heures sur un tabouret à regarder nos films ou séries préférés et sommes-nous négligents ou paresseux, au point de remettre à plus tard ce travail indispensable sur nous-mêmes ?
Ne sommes-nous pas superficiels dans nos intentions ? Avons-nous épuisé les forces vives de notre cœur à force de végéter dans nos habitudes ?
Ce n’est pas tant se fouetter qui est utile mais plutôt d’accepter pour de vrai notre misère intérieure, nos incohérences, nos contradictions.., et d’ouvrir notre cœur à l’inconnu, à notre Divine Mère, à notre Père Intérieur.
Se concentrer sans identification, sans être pris dans la bataille d’une identification qui en appelle une autre, entre une démarche attentive et une distractive, est merveilleux, quelque chose d’impératif à discerner.
http://don-et-compassion.com/comment-me ... ental.html

La stabilité mentale pourrait se suffire à elle-même comme un baume apaisant pour soulager un coup de soleil.
La stabilité mentale est essentielle… pour aller plus loin, pour déraciner en profondeur le faux sentiment du moi, ce que le Seigneur Bouddha nomme « la discrimination de l’inhérente existence ».
Lorsque le mental est stable, nous pouvons nous « attaquer » à nous voir nous-mêmes de manière de plus en plus pénétrante.
Les questions : Comment nous percevons-nous ? Comment percevons-nous les choses ? Comment se crée la pensée, comment se maintient-elle et disparait-elle ? Comment sommes-nous perdus dans la contemplation erronée et surestimée de nous-mêmes ? etc.., sont traitées avec de plus en plus d'acuité.
Il y a une dialectique logique dans ce travail psychanalytique qui n’exclut pas la pensée juste, précise et exacte.
Cette pensée n’est pas le fruit du raisonnement animal mais l’expression de l’illumination de notre mental par la conscience.
Nous voyons juste et nous pensons juste.
La méditation analytique et la stabilisation méditative doivent travailler de concert.
La perspicacité unit à la stabilité mentale produisent la vacuité.
La vacuité nous conduit pas à pas vers le silence profond et l’authentique paix.
En comprenant profondément l’inutilité de la pensée routinière, nous nous libérons d’elle, jusqu’à ce qu’elle se taise définitivement.
L’Etre nous accompagne dans ce travail, car il est et agit dans notre cœur.
C’est le cœur qui nous guide dans notre pratique, c’est lui qui nous permet de pratiquer tous les jours sans jamais nous lasser.

Le cœur en paix et en lumière par la sainte action de l’Etre nous mène à la l’illumination.
L.
"Le temps s'écoule plus vite que notre poussière"

Répondre