Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Provoquez l'éveil de la conscience et parvenez à l'illumination. Démarrez ici une expérience unique.

Modérateur : Noe

Avatar du membre
Lot
Messages : 673
Enregistré le : 12 janv. 2009, 10:55

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Lot » 31 oct. 2011, 18:31

Chers Amis,

La discipline intérieure est l’expression du nouveau ou encore d'une nouvelle manière de penser révolutionnaire.
Tant que nous pensons toujours de la même manière, il n’y a pas de discipline intérieure authentique.
Tous les efforts vers l’éveil sont alors inutiles et vains.
Parvenons-nous en toute lucidité à apprécier les fondements de notre système de penser ?
Dans son ouvrage « la Révolution de la Dialectique », le Maître est pourtant clair à ce propos.
Si nous n'avons pas résolu la question du pourquoi et du comment le mental fonctionne, il nous est impossible de vivre l'inconnu d'instant en instant.

Pour ma part, je ne me suis jamais imposé de visualisation dans chacune de mes méditations.
Ce qui m’a d’abord intéressé adolescent, bien avant avoir lu un quelconque livre, c’est d’observer en toute quiétude mes pensées.
Bien des années plus tard, j’ai recherché ardemment à comprendre l’ensemble des processus de ma pensée : d’où vient-elle ? Comment s’associe-t-elle ? Comment se soutient-elle ? Pourquoi je pense de cette manière et pas autrement ? Pourquoi je pense en ce moment ? Pourquoi je ne pense pas ? etc., etc., etc.
Ces questions ne sont pas formulées dans la pratique, c’est l’introspection intuitive qui guide notre observation vers la compréhension de la totale inutilité de la pensée mécanique.
Dans ce travail, qui pour être efficace doit être la parfaite continuité d’une auto-observation dans toutes nos activités quotidiennes, il ne peut y avoir d’écran noir. Il ne s’agit pas de rechercher un quelconque calme mental par la force, il s’agit de s’assoupir et d’observer l’activité de son mental avec le bistouri de l’auto-critique.
De cette observation sereine nait progressivement la compréhension de nous-mêmes et des bases psychologiques sur lesquelles nous reposons.
Il est évident que le temps n’existe pas lorsque nous nous proposons nous-mêmes comme notre propre sujet d’étude. Il peut se passer plusieurs heures sans que nous nous en rendions compte.
C’est que la découverte de soi est merveilleuse et le temps n’a plus aucune importance pour peu que nous mettions tout notre cœur dans cet ouvrage.

Parfois, il me plait de laisser ce travail d’introspection, pour m’abandonner dans le courant du son du cerveau, le cœur en parfaite dévotion. Dans le demi-sommeil, invoquant ma Mère Divine, je me laisse entrainer dans la contemplation du son. La concentration est un terme un peu galvaudé, car de mon point de vue, les adorateurs du « contrôle mental » se le sont appropriés. La concentration vient de la compréhension de nous-mêmes, de la lutte qui se joue à chaque instant dans le mental. Quand l’attention est pleine, la concentration est naturelle. Ce qui se passe après, chacun doit le découvrir par lui-même.
Il ne fait aucun doute, qu’il nous faut être profond dans notre travail intérieur. Nous ne comptons pas le nombre d’heures passées à observer et découvrir l’activité du mental.
Comment pouvons-nous décemment mettre en pratique l’enseignement, si nous ne nous connaissons pas nous-mêmes ?
L’écran noir témoigne de la qualité de notre observation de nous-mêmes à chaque instant de notre vie. Notre observation n’est pas entière, elle est fragmentée, divisée dans un moi et un autre, dans une pensée et une autre.
Le jour où nous vivons l’enseignement, où nous intégrons dans notre vie « la Psychologie Révolutionnaire », « la Grande Rébellion », « la Révolution de la Dialectique », il n’y a plus d’écran noir.

La violence nous aveugle !

Paix & Lumière
L .
"Le temps s'écoule plus vite que notre poussière"

Avatar du membre
Noe
Messages : 626
Enregistré le : 09 janv. 2009, 21:28

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Noe » 31 oct. 2011, 21:39

Bonjour cher frère bien aimé Jean-François,

Pour t'aider à répondre un peu à tes interrogations sur l'étape de l'écran noir à comprendre pour s'en débarrasser et en finir avec l'ignorance du processus du raisonnement, je dirais que c'est très facile avec la Doctrine du Cœur pleine de dévotion envers son Intime, sa Divine Mère, son Père qui est en secret, le Christ Intime, l'Esprit de Dieu qui vit en nous, l'Esprit Saint qui vit latent en nous et qui attend patiemment l'instant suprême de son illumination, l'Ancien des Jours, la Miséricorde des Miséricordes, etc.

Comme le disait si bien notre ami Lot, il est nécessaire d'échanger le processus du raisonnement pour la beauté de la compréhension créatrice : http://www.don-et-compassion.com/myster ... ience.html . Cela signifie qu'il faut comprendre l'inutilité de la pensée, car c'est ainsi que s'installera le Silence illuminateur. Et ceci ne se fait pas avec l'Ego, ni le Moi pluralisé, mais bien avec la Bouddhata, l'Essence divine, l'Intime, l'Être.

Pour commencer, il faut une discipline sans faille comme l'illustre l'Arcane 1 du Tarot Divinatoire : http://don-et-compassion.com/tarot-divi ... toire.html
Tout commence par le nombre 1, l'Ordre, la Discipline ésotérique du mental, cela est incontournable.

La suite viendra naturellement, car le Christ Intime, nous instruit dans le Silence intérieur. Il n'y a aucun doute, ni d'interrogation ! La suite se fait spontanément avec les enchantements de l'Amour et de la Compassion.

:idea: Je souhaite avoir éclairé ta lanterne, et ceci avec une immense allégresse et félicité ! Je serais avec toi jusqu'à la fin des temps, quoi qu'il en soit. Si tu as d'autres questions précises, je me ferai une agréable joie d'y répondre promtement.

Que la Lumière du Christ Intime illumine ton cœur et ton esprit !
Image
Lorsque le Coeur s'ouvre à la Compassion,
Les fleurs de la félicité fleurissent dans tous les coeurs.


Disponible via skype pour toute aide pratique.

Avatar du membre
Jean Pascal
Messages : 709
Enregistré le : 25 mai 2010, 09:14

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Jean Pascal » 14 nov. 2011, 06:59

Bonjour Jeff,

Je voudrais partager sur ton carnet de route un problème commun entre nous deux.

Apparemment, nous allons jusqu'au bout de nos erreurs.

Et lorsque nous sommes arrivés à un point de non-retour, seule la souffrance est notre salut.

Depuis que tu as conçu ton site à partir du mien, j'ai compris que tu voulais faire plus encore, et aller plus loin dans "l'encyclopédie".

Tu m'as aidé à arrêter cette recherche illusoire de la connaissance et du pouvoir intellectuel.

La première fois que j'ai mis en ligne les livres du Maître et fait des recherches rapides de mots-clés, j'ai senti un "pouvoir m'envahir", j'étais pris dans le système : je pouvais "penser comme le Maître" et m'imprégner de Lui. Il m'a fallu environ 7 ans pour m'en extraire.

En retour, je souhaite te sensibiliser à cet "extrêmisme quantitatif" et ce "perfectionnisme" qui nous caractérise.

Je suis en train de reprendre au début l'enseignement, par la pratique, c'est une double-peine que nous nous infligeons.

Et cela dans beaucoup de comportements, lorsque nous commettons des erreurs dont nous prenons conscience, non seulement il y a l'erreur à rectifier mais également la culpabilité, l'auto-flagellation et ses corollaires.

Enfin, la comparaison avec nos semblables nous dévore à petit feu et les désirs "d'avoir un maître", d'être "un disciple", d'être "aimé", d'être "apprécié", de "servir à quelque chose", d'être "utile", etc.

Je t'embrasse fraternellement
Pascal

Avatar du membre
Jean Pascal
Messages : 709
Enregistré le : 25 mai 2010, 09:14

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Jean Pascal » 14 nov. 2011, 18:50

Je souhaite partager un petit complément à propos "d'être le meilleur".

Sais-tu que je vérifiais quotidiennement, les premières années de mise en ligne du site, si j'étais référencé par Google en première page. Et effectivement pendant quelque temps, le site était référencé en première page sur de nombreux mots-clés.

Tu connais la suite, je l'ai supprimé pour briser le "cercle vicieux" du pouvoir.

Un détail qui me poursuit ici-même dans ce forum, mon carnet de route est le plus visité, et je regarde attentivement les effets que cela provoque sur ma psychologie... "Il" me dit souvent, tu es encore "le premier".

De plus, Noé a donné "un titre" qui ne me simplifie pas la tâche.

L'orgueil s'exprime dans des détails qui semblent insignifiants, mais la répétition quotidienne le nourrit.

Avatar du membre
Jean Pascal
Messages : 709
Enregistré le : 25 mai 2010, 09:14

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Jean Pascal » 14 nov. 2011, 19:28

Encore un détail parlant à propos du nombre de membres d'un forum.

J'étais modérateur, comme tu le sais, du forum gnosis_fr.

Je regardais quotidiennement le nombre de membres du forum et ressentais une fierté croissante en fonction du nombre croissant de membres, jusqu'à atteindre 200 membres.

Je me disais que c'était grâce à ma personne...

Je faisais des comparaisons entre des forums à vocation spirituelle, et c'était un des "trois premiers".

Comme je me glorifiais comme un paon... Pascal le Sauveur... en plus l'intellect faisait des associations hasardeuses conceptuelles entre le symbolisme de Pascal, Pâques.

C'est une réalité terrible et réelle, qui se passe tous les jours consciemment si l'on s'auto-observe, ou inconsciemment si l'on ne s'auto-observe pas. Il y a tellement de "détails quotidiens".

Avatar du membre
Jean-François
Messages : 142
Enregistré le : 19 juin 2009, 05:35

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Jean-François » 14 nov. 2011, 21:24

Merci à vous tous,
Une question en priorité pour tous ceux qui ont su faire tomber l'écran noir pendant la méditation : Lot, Noé, Pascal, venus, Laure, Nephtys, Jean de Dieu et ceux que je ne pense pas à citer parce que je n'ai pas lu ou vu... Etes-vous restés de longues années sans y parvenir ? On dit que c'est l'erreur des débutants... mais ça fait bientôt deux ans que je médite avec des périodes sans en hiver, je dois bien l'avouer. Comment vous y êtes arrivés ?
et bien je suis content sur les 7, il y en a 4 qui ont pris le temps de fournir une réponse. J'ai différé ma réponse malgré la promptitude de Lot et Noé à avoir enchaîné après Laure...

Je voulais vous dire que j'ai lu ces livres : la psychologie révolutionnaire et les autres, il m'a semblé en retenir les notions... Je les ai même classé dans mon sous-forum relatif au premier facteur... la chanson psychologique... etc... vous avez peut-être l'impression que je chante la mienne ces temps-ci !

Merci Noé de me promettre d'être toujours là pour me repondre et....

Lot, souvent tu me dis qu'il faut arrêter de raisonner. Je ne sais pas être sans raisonner, je ne sais pas attendre simplement l'Etre.

Lot dit qu'il ne fait jamais de visualisations, mais je voudrais vous dire que ça n'engage que lui. Laure en fait, moi j'essaie d'en faire même si j'ai pas le don naturel, Samael nous en a donné à faire. Certains passeront par les visualisations et d'autres non, ce n'est peut-être pas un passable obligé, Lot en étant la preuve vivante...

Seulement, j'aurais bien aimé savoir si vous aviez connu l'écran noir pendant vos premières méditations ou pendant deux années ou plus... ou si tout se suite en sachant comment la pensée venait... cela a fait tomber l'écran noir... Je ne vois aucune scène, des fois j'ai l'impression d'entendre une voix mais qui n'est pas celle de l'intime ou des scènes mais peu figuratives qui ne s'impriment pas et qui surtout ne sont aucunement rattachées à ma journée, faudrait que j'observe plus attentivement les rares fois où ça se manifeste, c'est tellement vague...

Ce qui est sûr, c'est que la méditation , n'est pas un plaisir pour moi, je me force chaque jour. C'est peut-être la raison pour laquelle je compte les heures à l'inverse de Lot. (Autant j'aime être sur ordinateur autant je rechigne à commencer ma méditation... maintenant je me pose plus de question, je fais mes méditations au réveil sans commencer à réfléchir... et au moins je sais que je les aurais faites, parce que le soir quand je commence à forumer... voilà où ça me mène !

Peut-être le jour, où je choisirai de faire 4 ou 5 heures de méditation par jour ou 3 jours entier d'affilée, j'avancerai ! Mon problème, c'est aussi la nécessité que j'éprouve de meubler la méditation pour éviter qu'elle soit lancinante... je la dirige, je suis presque toujours actif... je deviens presque jamais passif ou peut-être dans ces moments si rares où je ressens quelques frissons de bien-être ou aussi des tremblements involontaires mais c'est si rare...

Pascal,

Tu es la 3ème personne après un ami que nous avions en commun, et Marie, à me dire que je suis le jouet de ma propre culpabilité... Comme il y a quelques jours tu m'as dit que mes problèmes (comme les tiens) provenaient de copains intérieurs... Si c'est des copains, ce ne sont pas des ennemis, donc, j'ai eu tendance à les voir comme des bons égos... c'est à dire qui nous posent pas trop de problèmes mais qu'on doit quand même un jour éliminer aussi... parce que la seule chose qui à de la valeur, c'est une vertu et celle-ci naît quand l'égo est mort. Donc tu ranges toi aussi la culpabilité rémanente comme un égo... Il me semble que la culpabilité nous vient de notre Conscience ou de Notre Intime, je ne sais pas, ils sont plutôt liés ces deux là... On fait quelque chose de mal et après on s'en veut... On pourrait c'est vrai se repentir une bonne fois et dire ensuite, bon hé bien, c'est pardonné.

Et si plus tard, on retombe dans le même travers, on va redemander pardon, refaire les promesses qu'on sait pertinemment qu'on ne tiendra peut-être pas, parce qu'on n'est qu'un pécheur et qu'on est en tout et pour tout qu'un tas d'immondices dont malheureusement on n'est pas conscient ou que d'une partie.

Comment sait-on que c'est pardonné ? Parce qu'on sait que tout ce qu'on demandera à Notre Mère, elle nous l'accordera (sauf ce qui relève de notre karma - là elle ne peut rien faire). C'est la foi grande et un peu aveugle mais belle... même si ce n'est pas celle développée par l'expérience...

Le psychopathe et tous les déviants sexuels qui font ce qu'ils veulent pour tirer leur jouissance de ce qu'ils prennent de force aux autres... ont-ils cette culpabilité, éprouvent-ils après leurs actes un remord ? http://zone-7.net/v3/psychopathie ... ressentent-ils des sentiments ou sont-ils juste les esclaves consentants de leurs sens, de leurs égos de bas quartiers, ont-ils irrémédiablement divorcé de leur intime ? Il y a parfois de remarquable transformation à la suite de passage en prison... certains reçoivent la révélation... et ils se mettent à parler de Jesus Christ qui les a sauvés.

On fait des actes dans sa vie que plus tard au comparé d'une certaine morale, l'on voudrait n'avoir jamais commis. Après quand on se veut être un fidèle et que malgré ça, on s'éloigne du chemin, on se rend compte combien on est faible. On nous a donné des outils ou plutôt Durga dispose d'outils pour travailler les égos à condition qu'on la dirige précisemment. Samael l'apparente au 3ème logos, au Saint esprit... pas à la Mère Divine, enfin, ce sont des détails tout ça puisque à un moment la Mère divine va épouser le Saint Esprit... Pascal avait montré que dans le front (je crois) de Durga, se trouvait Kali. Samael dit que Durga et Kali sont des femmes sanguinaires. Le problème de Kali, c'est que les magiciens noirs lui vouent un culte alors nous aurions du mal à les imiter ! si ça vous intéresse : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 5542#p5542.. pour les vidéos : http://www.gnose-de-samael-aun-weor.fr/ ... 6813#p6813

Mais tu as raison, il est improductif de se fustiger sans cesse, on perd son temps à cela. c'est notre passé, on peut toujours le revivre pour comprendre si on y parvient, on peut peut-être se pardonner à soi-même... faut voir.

Il y a aussi le postulat de Samael qui dit qu'il faut comprendre l'Ego dans les 49 niveaux du mental comme dit Lot pour pouvoir l'éliminer. Seulement voilà, même si Samael dit qu'au début on ne va voir que quelques plans et qu'à mesure qu'on travaillera, on en verra davantage... Pour moi, il y a le plan de ma conscience ordinaire, quand je suis éveillé, et le plan ou je dors, où je suis inconscient... je suis incapable de distinguer d'autres plans...

Pascal, c'est important de donner aux autres, d'essayer dans la mesure du possible de se soucier des interrogations des autres... Maintenant c'est vrai qu'on peut croire les aider et au lieu de cela, on va les conduire à l'abîme avec pourtant les meilleures intentions du monde. Doit-on se mettre au service de la communauté seulement lorsqu'on a atteint un certain degré et non pas quand on est encore esclave de son mental raisonneur ? Mon encyclopédie de Samael peut-être m'est-elle néfaste à moi-même mais je sais enfin je crois qu'elle n'est pas inutile aux autres qui peuvent y trouver matière. Pascal, je ne m'estime pas sauveur, car à chaque fois que je participe, les réponses le Lot me donnent à penser que je suis à côté de la plaque... mais j'en ai besoin... besoin d'être réorienté bien que je n'écoute pas !

Tu sembles dire qu'il n'est pas important de savoir grand chose de la doctrine gnostique, seulement les grandes lignes pour se lancer dans la pratique. Lot s'était même trouvé plus jeune en désaccord avec les écrits samaéliens... il les refusait mentalement... finalement, c'est en passant pas la pratique qu'un jour il s'est mis à apprécier et accepter la vérité des écrits de Samael.

Hé bien moi, je pense néanmoins qu'on doit avoir une curiosité, la même que celle qu'avait les auditeurs qui venaient assister aux conférences de Samael... ou même ceux qui écoutaient religieusement les cassettes qu'ils recevaient dans leurs officines. Là, en lisant ou en écoutant Samael, il me semble que j'arrive à devenir passif, à m'ouvrir au flot. C'est vrai aussi que je gobe tout. Une énorme confiance difficilement justifiable. Il y en a à l'opposé qui disent : ne suivez pas aveuglément, vérifiez par vous-même... Samael disait cela même de ses écrits... J'aurais aimé que vous preniez passion à le lire mais te voyant Pascal te raviser de ton comportement passé, de tes décorticages de la doctrine, je suis dubitatif. Peut-être, estimes-tu avoir perdu ton temps ?!

Vous me sidérez tous parce que franchement, je trouve que vous êtes éclatants dans votre pratique. J'ai l'impression que ça marche plutôt très bien pour vous. Il y en a aussi qui disparaissent et qu'il va falloir aller repêcher...

Bon j'arrête, mai c'est trop tard j'ai encore pondu un roman.

Surtout, je voudrais vous dire... si j'ai une mauvaise influence que ce soit sur le forum ou sur certains... je sais, vous n'êtes pas obligé de me lire, d'endurer mes pérégrinations mentales, certains ont peut-être déjà appris à éviter consciencieusement mes posts parce qu'ils sont trop distrayants, qu'il n'amènent pas à l'Unité, qu'ils ne montrent pas le côté lumineux, qui veut étaler son savoir, qu'il s'agit d'un mental qui veut se faire voir, veut se montrer pour être adorer ou je ne sais quoi d'autres... hé bien, vous pouvez me dire publiquement ou en apparté que mon influence ou ma participation n'est pas bénéfique ou m'inviter à une retraite que ce soit pour votre bien ou pour le mien... N'hésitez pas ! ... C'est juste un égo de martyr qui cherche à se manifester.

Pas trop perdu votre temps ? Désolé !

Avatar du membre
Jean Pascal
Messages : 709
Enregistré le : 25 mai 2010, 09:14

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Jean Pascal » 15 nov. 2011, 06:48

Mon Ami,

Pour faire simple et court.

Ma femme m'a enseigné la différence entre la culpabilité et le remords de la conscience. J'ai fini par comprendre la différence en notre Intérieur.

On se sent coupable sans avoir compris. Le coupable reproduit les mêmes actes erronés.

Celui qui nous fait sentir coupable est un égo bon (voir le faux sentiment de l'ego).

Celle qui nous donne le remords est la conscience. Celui qui a compris ne reproduit pas les mêmes actes erronés.

Ensuite, autre chose, j'ai failli détruire mon couple à cause du temps passé sur l'ordinateur, exactement comme toi. Des heures à n'en plus compter... et ma femme abandonnée... et la méditation une corvée...

Je demande quelquefois des avis en privé à Lot et Noé sur des questions qui me semblent insolubles. Ils me font comprendre tout le temps, soit par le silence, soit par une réponse claire, que je dois déplacer la question dans mon coeur et attendre la réponse.
Jean-François a écrit :mais te voyant Pascal te raviser de ton comportement passé, de tes décorticages de la doctrine, je suis dubitatif. Peut-être, estimes-tu avoir perdu ton temps ?!
A ton avis ?

Tu ne me fatigues pas mon frère, tu me touches. Tu veux que je te fasse mal ? que je te dise des choses dures ? Combien de personnes se justifient en disant : "il fallait que je te dise la vérité !", même si cette "vérité" est le déguisement de l'intolérance, de la colère contrôlée.

Pascal

Avatar du membre
Lot
Messages : 673
Enregistré le : 12 janv. 2009, 10:55

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Lot » 15 nov. 2011, 12:57

Cher Jean-François, Chers Amis,

Lorsque nous avons décidé d’ouvrir un forum, nous avions un objectif, celui d’inspirer pas de suivre.

En d’autres termes, nous ne sommes pas des exemples à suivre et à mon sens personne ne devrait l’être. Que signifie être exemplaire ? L’image que nous nous faisons de l’exemplarité est toute relative, n’est-ce pas ? Celui-là sera un exemple pour certains et un contre-exemple pour l’autre. Pour le malfaiteur, le légendaire Spaggiarri sera l’exemple à suivre, pour le musicien Jamaïcain ce sera Bob Marley, pour le pacifiste, Gandhi, etc.
Tout dépend de nos centres d’intérêt. Un centre d’intérêt est un agrégat mental avec une charge sentimentale. L’exemple est par conséquent une référence purement intellectuelle et émotionnelle.
Nous ne pouvons vivre l’inconnu avec les références du connu, cela s’appelle en logique formelle un contre sens. L’inconnu n’est pas accessible au connu.
Partout abondent les théories de «l’exemple à suivre », et si nous devons passer nécessairement par ce stade d’imitatus, cette étape devra être transcendée.
Celui-là médite 3 heures, celui-ci donne des conférences, cet autre veut ouvrir un « centre » gnostique, etc., ceux-là sont-ils des exemples à suivre ?
Le raisonnement répond par oui ou par non, selon son échelle de valeurs correspondante au sujet.
L’intuition répond « J’ouvre un centre gnostique », « je médite », « je donne des conférences », etc..
Il n’est pas question de référence par rapport aux manières d’agir de Pierre, Paul ou Jacques, mais l'entière liberté d’exécuter ce que l’Etre dépose dans notre cœur.

Lorsque j’ai à titre personnel, invité les personnes à partager leurs pratiques de méditation avec leurs amis, leurs voisins, ou n’importe qui d’autre, je répondais à une impulsion intime qui pourrait se traduire par : « notre monde a besoin de lieux de méditation, de lieux où des bonnes volontés s’unissent pour chercher ensemble la Lumière et se faisant l’appellent sur le monde. Cette invitation n’est pas un exemple à suivre mais une invitation à écouter son cœur, à faire silence en nous-mêmes afin d’écouter les chœurs de la Grande Loge blanche, le Message du Verseau, la Divine Volonté de notre Bien Aimé Avatar, le Christ Samaël. »

Dans un autre registre,
L’âne brait, le chien aboie, le coq chante.., c’est une leçon qu’on apprend très jeune aux enfants.
Que fait l’animal intellectuel ? Il parle dirait-on, oui mais encore… Il raisonne.
Un âne peut-il cesser de braire pour aboyer ? Un coq peut-il cesser de chanter pour hennir ?
De même un animal intellectuel ne peut cesser de raisonner. C’est impossible, aussi impossible pour l’animal intellectuel d’être chaste, véritablement calme, heureux, humble, doux, généreux, amoureux, etc…
Les vertus de l’Etre n’appartiennent pas à l’animal intellectuel. Il peut tenter de se les approprier, de les imiter mais il ne peut "être" ces vertus.
Pour « être » ces vertus, il fausser cesser d’être ce que nous sommes.
Tout est dans le Mystère de la Transmutation révélé par le Bouddha Maitreya.
Pour cesser de raisonner, il faut cesser de penser comme un animal intellectuel.
Découvrir le nouveau, découvrir une nouvelle manière d’être, est l’impulsion fondamentale de la révolution de la conscience.
Si nous découvrons le chemin de l’Etre, qui est chemin de Mort, tous les problèmes que tentent vainement de résoudre l’animal intellectuel que nous sommes tous, trouvent leur solution.
L’inconstance dans le travail, les échecs mais aussi les victoires, le manque de volonté, les crises émotionnelles, les doutes, les raisonnements, mais aussi « l’écran noir », le temps passé dans la méditation, l’équilibre entre l’être et le savoir, etc. , etc., etc., Tout s’éclaire selon le « nouveau » qui s'exprime dans le silence de mort qui règne en notre intérieur.
Nous sommes vivants, trop vivants.
Le comble est que nous souhaitons changer en restant vivants, voilà notre erreur.
Face à la mort, il n’y a pas d’échappatoires, on ne peut filer à l’anglaise, on ne peut se dérober, on ne peut tricher, on ne peut utiliser nos raisonnements.
Face à la mort, tous nos efforts sont vains. La mort arrive et nous emporte.
Comment cesser de raisonner ? - En acceptant de mourir.
Le refus de mourir est la cause de notre stagnation.
Mais si nous acceptons profondément que toutes nos hésitations sont inutiles, qu’elles nous mettent sans cesse dans la situation du « reculer pour mieux sauter » - comme le dit l’adage populaire, car la mort viendra à nous très vite et que notre temps est compté, si réellement nous acceptons notre finitude immédiate, notre mort imminente et toute la vanité de notre vie dans notre « je » étriqué, alors la sagesse de la mort pourra pénétrer notre cœur et dans le renoncement total nous entendrons le Voix de notre Etre :

« Mon Fils, te voilà enfin ! »

Paix & Lumière
L.
"Le temps s'écoule plus vite que notre poussière"

Avatar du membre
Noe
Messages : 626
Enregistré le : 09 janv. 2009, 21:28

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Noe » 15 nov. 2011, 14:59

Bonjour chers frères bien aimés,

Lot vient de dire une vérité essentielle : sans la mort du moi-même, rien de nouveau !

J'ai exploré la méditation sous différentes formes, mais il m'a fallu plus de 20 ans pour dépasser l'écran noir de manière définitive.

Le jour où j'ai résolument voulu mourir avec une entière détermination sans faille, dans ma chair avec l'accord de l'Esprit de Dieu, une immense paix et joie intérieures se sont manifestés. J'étais à la limite de la mort subite, mais la félicité qui m'était intérieure me fit dire : que lorsqu'on est mort, alors on a fait de la place pour que l'Esprit de Dieu viennent habiter dans notre chair en reconnaissant sa propre créature.

Puis des mois d'extase et d'illumination se sont succédés pour laisser l'Esprit de Dieu s'exprimer dans ma chair. Il n'y a pas de mots pour expliquer cette expérience car l'intellectuel n'est qu'une programmation de l'ego et pour l'ego.

:idea: Si la mort est difficile au début, elle devient douce et suave au fur et mesure que nous mourons pour laisser le Christ Intime s'exprimer dans notre chair.

Sur ce chemin en lame de rasoir, il n'y a pas de place pour les tièdes ! Seuls les courageux prennent le ciel d'assaut !

Je vous souhaite, chers frères bien aimés, toute la lumière du Christ Intime !
Image
Lorsque le Coeur s'ouvre à la Compassion,
Les fleurs de la félicité fleurissent dans tous les coeurs.


Disponible via skype pour toute aide pratique.

Avatar du membre
Jean Pascal
Messages : 709
Enregistré le : 25 mai 2010, 09:14

Re: Carnet de route - Méditation Toute la Vie

Message par Jean Pascal » 16 nov. 2011, 07:03

Bonjour chers frères,

J'ai un choix simple : faire vivre ma famille dont je suis responsable jusqu'à ce que mes enfants puissent subvenir eux-mêmes à leurs besoins vitaux, ou mourir au monde afin de connaître la félicité ?

Je suis engagé dans une voie karmique de mon propre fait.

Je ne peux abandonner ma famille physique (femme et enfants) alors je dois trouver une autre voie en accord avec mon coeur.

Je ne peux donc suivre l'exemple de Noé ou Lot : mourir radicalement jusqu'à la mort physique si besoin est.

Je suis un tiède.

Pascal

Répondre